Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mois dernier marquait la première ouverture de l’année : la Truite.

Date à laquelle de nombreux leurristes ressortaient les cannes pour ré arpenter les abords des rivières classées en 1ère catégorie piscicole. Logique ; puisqu’à mi-chemin de l’ouverture des carnassiers, il s’agit d’une très bonne opportunité pour patienter tout en s’amusant !

Pour ma part, de nombreuses manifestations et de nombreux imprévus m’ont empêché de m’y rendre et il m’a fallu attendre début avril pour regoûter aux sensations de la rivière. Pour cela ; rien de tel qu’une petite visite chez le Frangin qui - réfugié en terre bretonne - bénéficie d’un réseau hydrographique important de 1ère catégorie. Dame fario y règne aux côtés des truites de mer et des saumons.

En termes d’équipements, le voyage se devait d’être léger. Les parcours étant essentiellement composés de rivières et ruisseaux encombrés, le pêcheur doit s’équiper du strict minimum pour se frayer des chemins dans la végétation. Ensuite, de par les faibles distances de lancers et l’encombrement rivulaire, son choix doit se porter sur l’utilisation d’un ensemble léger, court et polyvalent qui peut aussi bien lancer des petites cuillers que des leurres souples ou poissons-nageurs.

Pour ma part, la Sustain 1-10gr remplit ces critères et m’a permis de pêcher efficacement sur les deux jours de prospection. Equipé d’un petit Rarenium Ci4 et d’une tresse en 10%, j’ai essentiellement prospecté à l’aide de petite cuiller Blue fox et de poissons nageurs (flutterstick et countdown trout).

La canne et la truite...

La canne et la truite...

Tout commence le dimanche 05 avril au matin, David m’emmène sur un parcours de 6km récemment testé et validé. A deux voitures, une en amont et l’autre en aval, nous allons pouvoir pêcher tranquillement sans se soucier du temps de marche « retour ». Il m’explique alors que le début du parcours et la fin ne sont pas les meilleurs secteurs puisque proche des axes routiers. Fréquemment exploitées, l’idée est de pêcher ces deux zones rapidement pour insister prioritairement sur la zone centrale, la plus éloignée des accès ! Si les poissons sont régulièrement répartis, nos chances y seront plus importantes.

Et mon guide ne se trompera pas ! A midi, nous arrivons quelques centaines de mètres en aval de la « bonne zone » avec seulement une truite à 2. Sur la première partie du parcours, nous prendrons un grand nombre de suivis, de refus et de décrochés sur des poissons peu actifs et timides. Seule l’attaque d’un joli saumon sur un gomoku minnow pimentera nos premières heures de pêche.

A la vue de la mi-parcours, les sandwichs sont vites avalés. Les berges ne sont alors plus régulièrement piétinées, nos espoirs renaissent !

Les truites sont là...

Les truites sont là...

Dès les premières veines d’eaux, nous sommes mis au parfum avec des truites agressives et de tailles correctes (20/25cm avec quelques 28/30cm), la pêche peut enfin commencer. Pas moins d’une 50aine de sujets seront ainsi capturés avec quelques tacons. Cela dit, si les touches ont été régulières ; elles l’ont été uniquement jusqu’en limite de fréquentation du parcours. Ensuite, elles ont diminué jusqu’à notre base amont !

Une première journée en soit réussie où elle avait été mal engagée. La difficulté du parcours m’aura au moins permis sur toute la matinée de retrouver ma précision de lancer et mes marques pour ensuite être opérationnelle toute l’après-midi.

Et oui, en plus d’être pêché, le premier linéaire m’aura régulièrement vu accrocher les branches avec la fuite inévitable des rares truites postées et actives sous ses frondaisons ! De bons moments de rigolades et de fratries…

Moyenne des truites

Moyenne des truites

Ce n’est qu’après une nuit mouvementée en rockfishing et un sommeil réparateur que nous reprendrons le lundi en après-midi la traque des truites.

Nous choisirons un parcours inconnu mais prometteur, tellement que nous rebrousserons chemin après moins d’une heure de prospection...

Les traces directes de fréquentation, le faible ratio de touches avec la capture de petites truites auront eu raison de notre motivation.

C'est joli mais nous n'y prendrons que des petits poissons.

C'est joli mais nous n'y prendrons que des petits poissons.

Un plan B devait être trouvé et pour cela, il n’y a aucun problème David en connait !

Nous finirons la journée sur une petite rivière bien loin des habitations. Rôdés de la veille, les lancers sont précis avec des truites postés sous les frondaisons et les bordures. Les captures seront régulières toute la soirée avec notamment la décroche de quelques sujets estimés ente 35/40cm dont une truite de mer.

L'avenir est assuré par l'abondance de petits tacons (jeunes saumons)

L'avenir est assuré par l'abondance de petits tacons (jeunes saumons)

Nous terminerons ainsi ce week-end sur une bonne note avec plus de 80poissons, capturés essentiellement sur du flutterstick et des petites cuillers.

A refaire cet été par des eaux moins fréquentées et moins hautes, David m’y promet la capture de poissons beaucoup plus gros (autour des 40cm), affaire à suivre…

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0