Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après 4 jours de pêche, je dois dire que je reste perplexe sur les conditions du moment. Je viens de prendre plusieurs claques sur l’eau dont une sévère qui va rester très longtemps dans les annales. Le moral en a pris un sacré coup. Au point qu’à l’heure où j’écris, je m’octroie une petite pause « pêche ». Un repos nécessaire avant de rentamer les hostilités dans le bons sens, la pêche est difficile, l’heure est à la réflexion et à l’oubli…

Tout commence samedi dernier où avec mon père je décide d’aller chercher les sandres sur l’un de mes secteurs de pêche. Je lui promets une pêche facile avec de nombreuses touches mais c’était sans compter sur mon absence de plusieurs mois sur le site. Sans les suivis des mouvements de poissons et des comportements des sandres, je me confronte à mes propres habitudes et à l’absence des carnassiers désirés !!! Mes postes sont inhabités, le sondeur indique quelques rares poissons et je ne déclenche rien. Lorsqu’on connaît la qualité de pêche ici cela fait mal. Je me sens tout petit et inutile. Non sans mal, au gré des tests et des dérives, je finirais par prendre 2 sandres de 40cm et 3 perches de 25/30cm. Un bien maigre bilan où j’en ressors impuissant avec une incompréhension totale. Pas de techniques appropriées, ni de conclusions pertinentes pour améliorer prochainement la sortie...

Le lendemain, je pars avec l’ami Eric P. préparer une des prochaines dates de compétition. Nous y avons volontairement pêché des postes inconnus pour confirmer ou affirmer des choix. Et bien si nous avons réussi à localiser des bancs de perches « pêchables » (c’est-à-dire plus de 20 cm), nous n’en avons tiré aucune conclusion. Les poissons sont très mobiles et les niveaux vont baissés, un pré-fishing inutile qui aura juste permis à Eric de prendre connaissance des lieux. Nous finirons de ce fait sur un poste à black-bass où nous avons multiplié les loupés à vue. Si j’arrive à sauver la mise en allant les chercher au plus profond des obstacles (en équilibriste depuis la bordure), je prends surtout plusieurs grosses humiliations sur des énormes poissons de +50 et je dirais même proche des 60cm. Des refus sur des black-bass excités qui viennent voir les leurres, les reniflent mais ne prennent pas. Mon palpitant à 100km/heure et les muscles tétanisés seront les seuls moments d’adrénalines de cette journée de pêche.

Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…

Si bel et si bien qu’après 2 jours sur des spots « locaux », j’avais besoin de m’évader et de partir. Même si quelques poissons ont été pris et qu’en poussant le vis il y’avait moyen de trouver la pêche, j’avais envie de voir autre chose. Voiture chargée, je suis parti pour un minimum de deux jours sur un lac que j’apprécie fortement avec la possible extension d’une journée selon les résultats.

Aujourd’hui, je suis rentré motiver mais en même temps abattu. Deux sentiments opposés qui m’ont poussé à écourter mon séjour. Du poisson il y’en a eu, même beaucoup mais je viens d’ouvrir une blessure mentale qui n’est pas prête de s’en aller…

Tout commence lundi matin où je prends la route dans la nuit pour rejoindre 3 pêcheurs installés sur place. Avec quelques captures de brochets de 75 à 90cm sur le week-end, les heures de route sont vite avalées pour une mise à l’eau aux alentours de 9h30 sur le lac. Le soleil est déjà haut et la température élevée, je crains que l’on galère sur les brochets avec des fenêtres d’activités passées du matin.

La pêche débutera sur un chenal de navigation que perches et brochets affectionnent. Les poissons sont là en quantité et en l’espace de quelques dizaines de minutes, nos épuisettes qui servent de vivier sont déjà pleines de perches de 25 à 35cm. De telles concentrations poussent forcément des brochets à chasser et pourtant nous y toucherons que des petits poissons de 35/50cm. Ils ne sont malheureusement pas très actifs mais à force de pêcher sur les herbiers et d’agresser les poissons, nous finirons par décider quelques poissons maillés. Les pics d’activités sont très courts, juste le temps de ferrer 3 ou 4 brochets et les touches s’estompent. Heureusement les perches, elles, sont très actives, les périodes de creux sont comblées par les zébrées. Seul bémol, nous ne toucherons aucune grosse perche.

 

Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…

Ce sera ainsi toute la journée, même le coup du soir ne sera pas plus convaincant. Pourtant nous misions beaucoup en soirée sur la baisse de luminosité pour une éventuelle montée d’activités. Toujours est-il que nous avons pris de la touche et cela fait du bien. La pêche consistait à trouver les herbiers puis de localiser les perches. En grattant au leurre souple lentement au-dessus des herbes autour des boules de perches, les brochets rodaient, ailleurs il ne s’agissait que de poissons isolés en mouvement.

Le lendemain, nous partons sur un autre secteur du lac plus profond. Je débute seul à l’aube sur un immense herbier profond de 4 m. Les heures fraiches me semblent plus appropriées pour un éventuel gros brochet. Méticuleusement, je prospecte des dizaines d’hectares sur différentes présentations sans prendre la moindre touche. Chose d’autant plus rageante qu’un bateau arrive sur moi, coupe ma dérive et en pêchant un peu à « l’arrache » loupe sous mes yeux un joli bec. Les poissons sont donc bien là mais je ne déclenche rien. La stratégie est donc complètement inversée et je passe sur des présentations plus lentes au gros shad à raz les herbiers dans 3m de profondeur.

Plusieurs touches successives non concrétisées de petits poissons confirment mon choix jusqu’à ce que je ressente une petite lourdeur. Sans nulle doute une herbe sur l’hameçon, je m’empresse donc de mouliner pour la retirer et ensuite relancer. Tout se passe alors très bien jusqu’au float, moment où je m’apprête à retirer le leurre de l’eau. D’où il est venu je l’ignore mais sûrement attiré par ma récupération rapide, un brochet sort entièrement de l’eau dans mes palmes.

Une telle scène vous fait sursauter, qu’importe la taille du poisson, mais là il s’agit du brochet d’une vie. Un monstrueux poisson de 120+ à moins d’un mètre de mes yeux et entièrement hors de l’eau. La scène dure une fraction de seconde, je suis pris de surprise et le brochet ré atterrit presque dans l’épuisette. Entre panique et mille autres sentiments, je ne sais pas exactement ce qu’il s’est ensuite passé. La canne est redescendue droite vers l’eau, le frein hurlait et le brochet filait entre mes palmes. L’action a peut-être duré 2 ou 3 secondes mais je le tenais au bout de mon fil. Impuissant, il s’est décroché de force sur son démarrage de fuite.

Quelques secondes plus tard, je réalise enfin ce qu’il vient de se produire. Un cri de colère s’échappe sur le lac, je suis seul au milieu de l’eau et je viens de perdre le brochet d’une vie. Inconsolable sur mon float, je ne sais pas combien de temps j’ai mis pour reprendre véritablement la pêche. La scène n’a duré peut-être que 10 ou 20 secondes mais toutes les images défilent où remords et impuissance se mêlent. J’ai envie de plier et en même temps de continuer.

Les collègues me rejoindront que plusieurs heures après mais je ne suis plus dans ma pêche. Je lance pour lancer jusqu’en milieu d’après-midi avant de retourner ma veste et reprendre la route sans poursuivre le séjour. Je ne sais pas combien de brochets j’ai pu capturer, entre 25 et 30 en deux jours (max 60/65cm) mais non seulement je n’ai pas les leurres qu’il faut au vu des conditions mais je n’ai également plus l’envie. Les touches sont ici nombreuses mais essentiellement de petits poissons (-65cm), les plus gros sont dans les herbiers et demandent des présentations lentes avec des vibrations « faibles ». Très peu de leurres adaptés sont en ma possession (à la maison mais pas sur le float), je reviendrai mieux équipés en attendant je suis en deuil…

Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Vacances 1 : Il faut se ressaisir…
Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :