Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Partir en voyage de pêche a toujours été un rêve étant jeune, désormais cela est devenu une habitude et pour la 8ème fois consécutive je suis retourné sur les terres Suédoise. Bien que je commence à connaître cette destination et ses lacs, je ne m’en lasse toujours pas. Cela est devenu une drogue et lorsqu’on y a goûté une fois, on ne peut plus revenir en arrière. Aujourd’hui, je ne cache pas que si je suis de retour en France, une partie de moi est encore là-bas et m’appelle pour un énième voyage. On n’y revient jamais complètement…

La Suède est un pays fait de lacs et de forêts. La nature est ici reine et il vous suffit de fermer les yeux pour vous en rentre compte. Sur les lacs il y’a uniquement vous, l’eau, les animaux et surtout les poissons. Mais attention, partir pêcher la Suède, ça se mérite. En effet, étant situé proche du pôle, les conditions climatiques sont très fluctuantes et conditionnent automatiquement la pêche. D’un jour sur l’autre tout peut changer et nombreux sont les pêcheurs à s’y être cassé les dents. La pêche peut aussi bien y être fantastique que morale et psychologique. Cela dit, si vous êtes un tenace et préparer à affronter les pires conditions, vous pourrez y vivre des grands moments de pêche.

Tout commence samedi 22 Août à l’aéroport de Nantes où je décolle avec l’ami Walter pour Paris puis Stockholm. Nous sommes tous les deux impatients de pêcher et avons rempli copieusement nos valises de leurres. Notre destination est le lac Baven, un site aux eaux très claires et aux fonds irréguliers où la pêche peut se révéler aussi bien généreuse que difficile. Pour cela, il fallait que nous ne manquions de rien ! Une grosse poignée de leurre souple dont les incontournables Slop Hopper Trigger X, une autre de poissons-nageurs peu plongeants (Twich Stick, X-rap, BX-Swimmer…) mais également des spinnerbaits et toute la gamme Stratégik Bladed swimbait pour les pêches d’herbiers. En parallèle, quelques bigbaits et gros swimbaits ainsi qu’un assortiment de leurres à perches et sandres également très présents dans ses eaux (Gamme Scatter Rap, les Arashi Storm, des Skitter Pop, du BX Walking minnow et autres leurres de surface ainsi que de nombreux jigging-rap). Pour les cannes se sera 2 ensembles casting : une Shimano Crucial 610MH avec un Calcutta 201DC et une Gloomis GL3 MH avec un Curado 201 mais aussi une spinning Shimano Crucial MH avec un Stradic 2500. De quoi me permettre de pallier à de nombreuses situations.

Le programme de cette 1ère journée est très chargé. Avec une arrivée à 14h30 à l’aéroport d’Arlanda, nous devons retrouver l’ami Florent, récupérer le véhicule de location pour ensuite faire les courses de la semaine et enfin avaler les 1h45 de route nous menant au chalet. Il sera finalement 19h lorsque nous retrouvons la sérénité du lac Baven. La pression monte et si chacun prépare tranquillement son matériel dans le salon, je ne suis pas sans penser aux nombreux souvenirs que j’ai ici. Baven m’a offert dans le passé de grands moments de pêche dont la capture de mon tout premier brochet métré, un instant resté gravé et si désormais la liste est longue, j’ai un lien qui m’unit à ses eaux. Le reste du groupe composé d’Alex, Nicolas, Vincent et de son père nous rejoindra dans la nuit.

Allez, direction le bord de l’eau dimanche matin pour la première journée de pêche. Divisés sur 3 bateaux, nous commencerons en face le chalet sur les grandes baies. Je fais équipage cette semaine avec Walter et nous commençons par une prospection pleine eau au large des roselières. Très vite, je prends une première touche d’un brochet de 70cm avant un long moment sans touche. Le lac est très grand et il n’est pas si facile de trouver les brochets. La 1ere journée est souvent synonyme de recherches et de tests. Chacun se disperse techniquement et stratégiquement pour localiser les poissons, si bel et si bien qu’il s’agit rarement de la meilleure journée. Avec un grand soleil et peu de vent, Walter et moi tomberons ici et là sur des micros pics d’activités. Nous finirons à 16 brochets en fin de journée avec un joli 103cm.

Sur les autres bateaux, la pêche a été compliquée avec quelques poissons de capturés dont 88 et 80cm.

Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1

La fin de cette journée offrira de magnifiques lumières, l’occasion d’immortaliser quelques images et de tester les perches en topwater. Le skitter Pop n’aura alors pas mis longtemps à faire mouche. Le soir, nous tenons un débriefing leurre et analyse. Il en ressort que les deux extrémités de la journée ont mieux donné sur des postes de pleine eau contre une pêche d’herbiers par pleine lumière. Les leurres durs à billes n’ont pas payé contrairement aux swimbaits animés lentement sur les herbiers ainsi que les shads montés en texan palette et notamment avec les hameçons texans Stratégik Bladed swimbait qui offrent une bonne présentation du leurre.

Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1

Lundi, nous changeons de secteur pour pratiquer la zone Nord du lac. Les bateaux sont dispatchés sur plusieurs zones pour mieux analyser les comportements du moment. Malheureusement, la météo et la lecture de l’eau auront été les deux éléments décisifs sur cette deuxième journée. Avec une matinée sans vent, il fallait pêcher exclusivement les tapis d’herbiers et de nénuphars. Sur des pêches lentes aux shads et swimbaits, nous avons ainsi multiplié Walter et moi les captures. Quel fabuleux spectacle que de voir des brochets de +90cm venir chercher les leurres en surface à quelques mètres du bateau. Des combats musclés parmi les herbes qui ont mis à rude épreuve nos ensembles mais où nous nous sommes sortis victorieux avec une jolie paire de poissons : 93-91 et 89cm pour les plus gros.

Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1

Sur l’après-midi, le vent est ensuite réapparu avec une nouvelle pêche à appliquer : Swimbaits et jerkbaits sur les herbiers profonds ainsi que les cassures devant les roseaux. Nous finirons à 34 brochets au bateau avec le rajout de quelques jolis poissons dont un 91 et 99cm. Pour les autres bateaux s’étaient moins la fête, les postes pêchés n’étaient pas les plus productifs et nos amis se sont heurtés à des poissons tatillons. A l’annonce des résultats, le moral prend un coup mais ce n’est que le début du séjour et tout est encore possible.

Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1

Mardi, 3ème jour, les conditions météos ont radicalement changé. Les vents sont tournants et nous prenons quelques averses, sur les 3 bateaux nous galérons à faire pêche. Même dans des eaux très poissonneuses, il ne suffit pas de lancer un leurre pour attraper un poisson. Nous serons des heures entières à chercher et à essayer des leurres sans prendre le moindre contact ni indice. En se divisant, nous finirons chacun à plus ou moins grande échelle à localiser une ou des zones ponctuelles d’activités. Même de courtes durées, ces micros pics auront permis de totaliser 34 poissons sur la journée à 6 pêcheurs pour un maximum de 92cm avec de nombreux poissons entre 80 et 87cm. Une pêche morale où il ne fallait rien lâcher et rester concentré pour ne pas louper les rares touches.

Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1
Suède - Le retour partie 1

A mi-séjour, nous totalisons 107 brochets avec une pêche encore à définir. Les changements climatiques ont perturbé les brochets et nos approches, il faut revoir nos copies et tout miser sur les 3 derniers jours.

Que s’est-il ensuite produit ??

Vous le saurez prochainement

Tag(s) : #Voyage

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :