Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avant d’entamer la dernière ligne droite du championnat de France float-tube sur les lacs de Mervent et d’Albert, nous avions rendez-vous en Creuse pour l’épreuve de la Coupe de France. Cette année elle avait lieu sur les plans d’eaux de la Ramade et de Méouze. Une formule qui nous avait bien réussit l’an passé (2ème place) et pour laquelle nous avions à cœur de faire un résultat. D’autant plus que pour 2015 les deux manches rentraient dans les points du championnat. Il fallait donc œuvrer sur deux tableaux : nos classements respectifs et la coupe.

Pour cela toute une stratégie fût mise en place pour maximiser nos chances. Il fallait trouver la meilleure combinaison sur les deux jours pour rentrer un maximum de points et de poissons. En effet, nous devions chacun pêcher individuellement un site une journée pour ensuite inversée le lendemain. Le problème est que caractéristiquement parlant, Méouze et la Ramade sont deux lacs peu profonds (atypiques de la Creuse) avec de fortes similitudes d’eaux, de structures et de profondeurs. Les populations de carnassiers y sont très bonnes, notamment en brochet, avec pour seule nuance que la Ramade n’est que très rarement pratiqué contre une pression de pêche existante sur Méouze.

Le choix est difficile à prendre, commencer par une pêche facile ou technique et qui s‘y colle ?

Nous finirons par trancher pour la formule Ramade/Méouze pour moi et l’inverse pour David. Côté matériel, si David avait prévu « large et diversifié », je m’étais orienté sur une unique pêche du brochet. Pour cela, j’avais misé sur 2 ensembles: une Crucial casting 610 MH avec Calcutta 201 DC pour les pêches lourdes et une Crucial MH Spinning avec Stradic 2500FJ pour les pêches plus « générales » aux petits jerkbaits, leurres souples et autres poissons nageurs. Cela dit compétition oblige, une 3ème canne « secours » était également dans mon fagot (Crucial spinning M avec Rarenium CI4+ 2500) pour d’éventuelles pêches de percidés.

Samedi, il est 12h30 lorsque les deux manches débutent simultanément. De nombreux compétiteurs connaissent les sites et savent déjà où partir, personnellement je prends la direction de la berge opposée où une grande baie s’ouvre sur le lac. D’abord en pleine eau puis en bordure, je prospecte lentement à l’aide d’un gros swimbait. La Ramade étant très riche en brochet, mon idée est d’essayer de toper un gros poisson d’entrée de jeu puisque très nombreux ici. J’aborde alors une zone abritée où de nombreux arbres noyés jonchent la bordure. De nombreux poissons blancs mouchent et s’affolent, quelques brochets sont en chasse et il ne me faudra que quelques lancers pour ferrer un poisson de 64.5cm. Les compétiteurs arrivent nombreux, je décide de ne pas insister pour continuer la bordure en première position.

Coupe de France en Creuse
Coupe de France en Creuse

Choix que je jugeais dans un premier temps judicieux mais qui me vaudra la plus grande déception du week-end… Si je réussis à prendre dans les minutes suivantes deux autres poissons de 50/55cm, me permettant de totaliser 3 brochets, il se trouve que les comportements carnassiers du moment sont ciblés sur des concentrations. La 1ère zone pêchée fournissait nourriture et couvert, les poissons y étaient très nombreux. Si bel et si bien qu’avec insistance et conviction, régulièrement des pics d’activités éclataient avec la possibilité de multiplier les belles prises. A vouloir battre du terrain je suis sorti de cette zone mais également des autres disséminés ici et là sur le lac. Les compétiteurs s’y postent et y insistent, je suis voué à tourner où je peux et dans les zones inoccupées.

Entre temps, une bonne nouvelle arrive. David, malgré la difficulté de la pêche sur Méouze trouve une zone où un micro pic s’est déclenché. Il y capture 3 brochets au BX-Swimmer ; synonyme de quota pour l’équipe !!!

Coupe de France en Creuse
Coupe de France en Creuse

Le minimum est atteint mais le quota est faible (poissons de 50 à 65cm) puisqu’au vu des captures des autres équipes (nombreux poissons de 75 à 95cm) il reste insuffisant. Nous passerons la moitié de la manche à la recherche de poissons plus imposants sans jamais réussir à les ferrer ni à améliorer notre quota. Nous finissons 7ème à 44cm du podium…

Si David a fait l’essentiel, je dois avouer n’avoir pas été bon sur la Ramade. Je crois même que je suis le seul à avoir pris 3 « petits » poissons au vu de la moyenne des lieux. Je m’en veux, puisque c’était à moi de faire la différence sur les brochets. Tout s’est joué sur un choix stratégique, or la multiplication et la moyenne des prises réalisées sur les secteurs repérés puis délaissés témoignent de mon erreur !! En parallèle, les amis du club réalisent de très belles pêches et notamment l’équipe John/Enzo avec 4 brochets (dont 106.6cm), 1 sandre et une perche.

Coupe de France en Creuse

Ainsi est la compétition mais rien n’est perdu, bien que la manche du dimanche s’annonce plus compliquée, il faut se remotiver et faire avec les nouvelles données. Sur la Ramade, un très grand nombre de brochets ont été ferrés et automatiquement il sera plus difficile de les déclencher alors que la pression de pêche de la veille sur Méouze va pareillement durcir la pêche. Pour gagner la coupe, il faut être régulier sur les deux jours, nous n’avons pas d’autres choix que de tenter un nouveau quota et dans l’idéal sur du brochet.

Mentalement je me prépare à Méouze. Il va falloir être solide et pêcher la journée pour une ou deux touches. Fort de mes erreurs de la veille et des résultats des collègues, ma stratégie consiste à insister et poncer le fond de tout un secteur du lac jusqu’à temps que les poissons craquent. En ce qui concerne la Ramade, David doit miser sur les brochets tout en sachant que les perches, très présentes, peuvent sauver les meubles en rentrant des points.

Il est 8h30, la manche débute et je file sur une zone repérée la veille par David et les collègues du club. Les heures défilent, je ponce de la bordure à la pleine eau méticuleusement les fonds sans rien déclencher. Ce n’est que peu avant midi - lorsque le vent se lève - que je prends un 1er brochet à la bille. Malheureusement non maillé et s’en suivra deux autres cognes inferrables. Les poissons sont là mais pas décidés. Situation d’autant plus frustrante que j’insiste, je réfléchis, je fais des tests et que j’alterne intelligemment sur cette petite 10aine d’hectares du lac….

 

Coupe de France en Creuse
Coupe de France en Creuse

Le doute s’installe et je me fais à l’idée d’aller chercher les perches pour sauver les meubles. C’est alors que David trouve le moment opportun pour m’appeler et m’annoncer qu’il a de son côté un quota de 6 perches. Une nouvelle réjouissante qui relance mes recherches. Si avec un quota perche nous nous classons milieu de tableau, nous savons qu’avec un ou plusieurs brochets, nous pouvons toujours espérer le titre !

Sauf que les heures défilent et que la zone où je suis ne se débloque pas. Je prends alors l’initiative de tenter le tout pour le tout sur une baie rejetée par l’ensemble des compétiteurs. Peu profonde sur une 20aine d’hectares (0.6 à 1m de profondeur), je mise sur le coup de chance. En effet, toute la journée ici et là un ou deux brochets ont pu être interceptés en chasse par des compétiteurs. Or s’il y’a bien une zone où mes chances sont réelles de les imiter, c’est bien sur celle-ci. En mode leurre souple, je me place à 50/60m du bord et m’enfonce dans la baie en balayant tout autour de moi.

Au loin, j’aperçois des compétiteurs mesurer des poissons sur la zone où j’étais auparavant. Le pic d’activité vient de se déclencher, mentalement je prends une claque avec une impression d’être passé à côté de la pêche. Après la manche, on m’informera que le pic en question a duré une 15aine de minutes avec plusieurs poissons à la clé.

Trop avancé dans la baie, je n’ai plus d’autres choix que d’essayer de déloger un poisson au travers les forêts de souches noyées. Techniquement, je reprends le pattern que David avait trouvé la veille : un BX-Swimmer couleur GSH. Rapidement, un second brochet me rejoint mais trop limite je prends la responsabilité de le relâcher pour éviter de pénaliser l’équipe déjà en mal de points. De son côté David perd un lourd poisson (brochet ??), on a la poisse.

Il reste moins d’une heure de pêche et je continue de m’enfoncer dans la baie jusqu’à me figer au large d’une roselière. Ma récupération est monotone et à quelques mètres du float-tube je l’accélère avant de relancer. C’est alors qu’un très beau brochet sort de nulle part et aspire le BX-swimmer. J’ai juste le temps de baisser la canne, de ferrer et de desserrer le frein pour relâcher la tension et éviter la casse. Il est là le poisson « bonus », je sais le leurre coffré et assure le combat. Un cri de soulagement transperce la surface lorsque je l’épuise, je l’ai !

Coupe de France en Creuse
Coupe de France en Creuse

Un joli poisson tout en forme qui – pas spécialement très gros – redonne un coup de fouet au moral. Il sera validé à 83.2cm. L’ultime moment d’adrénaline se passera quelques minutes plus tard alors que je fais demi-tour pour être à l’heure au point de ramassage des fiches. Je prends une nouvelle touche puissante et lourde. Au ferrage, je ressens les coups de tête et le poisson part en force. Persuadé détenir un brochet métré, j’assure le combat et à aucun moment j’ai pu me douter que je venais de ferrer par la bouche une carpe de 10kg… Elle me fera perdre de précieuses minutes avant que sonne la fin de la manche.

 

Coupe de France en Creuse

Avec 5 perches et 1 brochets de comptabilisés, nous sommes loin du podium du jour qui cumule à minima 4 brochets. Mais le poisson « bonus » permet de marquer de précieux points, nous raflons la 4ème place à égalité avec deux autres équipes au général. Au départage nous sommes 5ème de cette coupe de France, ce qui est tout compte fait un bon résultat malgré une certaine déception stratégique mais c’est avec les erreurs qu’on avance.

Bravo aux équipes du podium et notamment aux amis du club qui se classent 1er et 2ème et un grand merci au club Carnacreuse pour son organisation et son accueil. Nous avons passé un super week-end où faute du titre, nous avons marqué quelques points supplémentaires nous assurant la finale individuelle. Place désormais aux deux dernières manches le 14 et 15novembre dans la forêt de Mervent pour essayer de changer un peu l’ordre des finalistes.

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0