Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette année la fermeture a été très pluvieuse et venteuse. Que ce soit en rivières, lacs ou sur les étangs, nous avons tous eu des déconvenues pour pratiquer nos besoins de tremper le fil. Personnellement, avec l’objectif gros sandre atteint, je n’étais pas l’un des plus motivé. D’autant que cet heureux épisode m’a valu 10jours de maladie (toujours pas terminé) et qu’avec le temps annoncé, remettre le couvert n’était pas la meilleure des idées que j’ai pu avoir.

Pour autant, je me sentais presque obligé d’au moins tenter une virée pêche. A ce jeu j’avais deux options, rejoindre le frangin et des amis sur un de mes sites de prédilection - mais la météo y était annoncée très désagréable - ou partir sur la Strike zone à gros sandre. Cela dit, les précipitations avaient sans doute fait remonter les niveaux d’eaux et le débit de la rivière. Il était dont presque assuré que les sandres aient bougé. Dans les deux cas, je misais sur la capture d’un gros poisson. Au vu des sessions précédentes et notamment la dernière, la quantité n’était pas mon objectif (photos ci-dessous).

 

La moyenne des nombreuses prises de la journée
La moyenne des nombreuses prises de la journée
La moyenne des nombreuses prises de la journée
La moyenne des nombreuses prises de la journée

La moyenne des nombreuses prises de la journée

Samedi matin lorsque le réveil sonne à 6h30. Mon état grippal me rappelle à l’ordre avec de terribles maux de tête, je suis incapable de prendre la route. Pourtant ce n’est pas mon style de refuser une sortie de pêche mais là, qui plus est avec le temps annoncé, je déclare provisoirement forfait. Il faudra attendre que les médicaments fassent effet pour engager les hostilités et mettre le cul dans l’eau pour quelques heures

Le spot à gros sandre est sans aucune surprise complètement modifié. La rivière est montée de près d’1m mais reste pêchable. Deux grands remous se sont formés et la zone productive du week-end passé est balayée par le courant principal. Les conditions sont idéales pour toucher un gros sandre à condition de les localiser car il est évident que les poissons ne sont plus aux mêmes places.

Ma pêche va consister à prospecter en linéaire dans les deux amortis formés tout en privilégiant la proximité du courant principal. L’animation consiste alors à faire glisser le leurre un peu comme au toc au gré des veines d’eaux en multipliant les mêmes passages. Lors des crues, les sandres chassent par pics d’activités et souvent les touches interviennent lors d’un passage.

La fermeture
La fermeture

Il me faudra 5mn pour décider le 1er puis le 2ème sandre. Un départ en fanfare qui me laissait présager une excellente session mais qui n’en sera finalement pas une. Par la suite, l’activité des sandres fut nulle (où j’ai été mauvais) et je n’ai plus réussit à décider la moindre touche. Il faut dire aussi que les poissons blancs étaient également très concentrés, au point de régulièrement en ramener par les bretelles. Les carnassiers n’avaient qu’à ouvrir la gueule…

Pour autant, je sais que sur de tels postes il faut être patient et resté concentré, à tout moment les carnassiers peuvent y monter chasser.

Se sera en plein courant dans une micro zone morte qu'un nouveau contact viendra me réveiller. Une touche qui au ferrage me déroulera quelques tours de tresse. Un brochet de 55/60 positionné sans aucun doute en chasse.

Que faisait-il là ??

La fermeture

Quelques lancers plus tard, au même endroit, je prends une nouvelle touche. Une fois encore plusieurs mètres de tresse sont déroulés avec un poids important dans la ligne. Si j’ai le droit de penser à un gros sandre, les démarrages en force me mettent le doute. Ce sera finalement un 2nd brochet bien taillé avec une incroyable patate !

S’aidant du courant puis de sa puissance, il me faudra au moins 3 tentatives pour l’emmailloter. Une jolie femelle de 85cm qui sera suivit quelques heures plus tard par un 3ème poisson d’un peu plus de 65cm.

La fermeture
La fermeture
La fermeture

A aucun moment les sandres ne pointeront leurs nez, bizarrement d’ailleurs puisqu’il est évident qu’ils étaient encore là. Au vu de la densité observée la semaine passée, j’ai dû pêcher sur une 12aine de gros poissons. Pourquoi n’ont-ils pas voulu ?? Etaient-ils gavés ou plus bas sur un autre amorti ??

Des questions qui resteront sans réponse. Par contre, la profondeur n’étant pas si importante que ça sur la zone, je reste persuadé que s’ils étaient aussi nombreux qu'auparavant, j’aurais au moins ressentis des contacts dans les veines plus calmes de courant…

Bref, ainsi s’achèvera ce premier mois de l’année 2016. Un premier mois de pêche très compliqué dans la recherche des gros poissons. Des conditions inhabituelles de pêche qui demandaient de s'adapter sous peine de ne rien faire ou uniquement des poissons calibrés (en nombre). 

Désormais nous allons attendre la mi-mars pour ressortir les armes, laissons les brochets frayés en paix (ils sont en cours) et se refaire une santé avant de lancer les hostilités sur les sites où la reproduction sera terminée depuis plusieurs semaines.

En revanche, il n’est pas dit que je n’essaye pas les gros sandres au ver manié sur les prochaines semaines une fois les débits diminués !

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0