Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le week-end du 14/15mai se déroulait la 1ère épreuve float-tube de l’année sur le magnifique lac d’Orient. Une date attendue par tous mais également redoutée par des conditions de pêche jugées difficiles.

Pour cela, dès le week-end de l’ascension - accompagnés de plusieurs amis dont Jean-Michel Marcon - j’avais fait le déplacement pour tâter le terrain. Un préfishing volontairement réalisé sur des secteurs autres que les zones de la compétition pour ne pas s’enfermer sur des postes de pêche précis. L’objectif était simple : pêcher, s’amuser, échanger tout en essayant de construire une base de pêche pour la compétition. A savoir trouver la tendance du moment, les mouvements et comportements carnassiers avec éventuellement des choix de leurres plus efficaces que d’autres. Le verdict avait été sans appel : pêche difficile.

Si les bordures peu profondes (-3.5/4m) étaient colonisées par la végétation, aucun support dense ne permettait de maintenir des poissons en pleine eau (4 à 10m). Nous avions alors retrouvé quelques brochets sur les bordures mais très timides (suiveurs) et galéré à intercepter des poissons en pleine eau. Cependant, deux approches de pêche avait été mise en avant. Sur les herbiers, malgré des brochets méfiants, le naturel avait primé, le BX Swimmer avait alors été le leurre du week-end. Pour la pleine eau, il fallait multiplier les profondeurs de pêche et casser la monotonie d’une nage linéaire au shad pour déclencher les touches. En revanche, cette pratique était plus aléatoire puisqu’elle consistait à multiplier les lancers dans l’espoir d’intercepter un brochet en mouvement et qui plus est actif. Le pêcheur se devait alors de régulièrement alterner les profondeurs de pêche mais également le rythme de nage du leurre. Les teintes naturelles avaient là-aussi été les plus favorables.

Par ce constat, le jour « J » j’ai voyagé léger en amenant que deux cannes spinnings : une Crucial et une Gloomis pour des pêches relativement fines du brochet. Mes boîtes étaient alors constituées que de leurres calibrés entre 12 et 15cm (PN et souple). L’objectif étant de ne pas cibler les gros spécimens (prendre du tout-venant) tout en restant sur des leurres de tailles convenables. La seule petite note que je peux apporter était sur la matière des leurres souples, la plus tendre possible. Ceci dans le but de minimiser les décroches avec des hameçons qui ressortent plus facilement.

Le début de la 1ère manche était fixé à 9h dans la baie à droite de la plage de Géraudot. Un secteur que j’apprécie particulièrement puisqu’il m’avait valu une victoire en 2015. La topographie de cette baie est d’autant plus intéressante que le lac d’Orient est en pente très douce et que sur ce secteur, les multiples criques forment autant de rupture de pentes et d’avancées de pointes noyées vers le large. Un fond dessiné qui permet d’alterner entre les profondeurs importantes et les avancées d’herbiers de faibles profondeurs. Ma stratégie était alors de pêcher les entrées de criques et les pointes en variant les profondeurs puisqu’il s’agit des seules structures « apparentes » pour maintenir les poissons. Pour cela j’avais monté une canne en pêche linéaire au shad sur les pentes douces entre 4 et 7m de profondeur et une au BX-Swimmer pour les herbiers. Maintenant la difficulté était de prendre un poisson puisqu’au vu des conditions actuelles un à deux sujets suffisaient pour remporter la manche.

Dans l'ordre 755-800-825
Dans l'ordre 755-800-825
Dans l'ordre 755-800-825

Dans l'ordre 755-800-825

A ce jeu, mon stratagème fût le bon. Alors que les touches furent très rares tout au long de la journée pour l’ensemble des compétiteurs, j’arrive à tirer mon épingle du jeu en déclenchant régulièrement des brochets. Sur 7 touches, 5 poissons seront mis au sec pour 4 maillés : 825-800-755-614mm, ce qui me permet de remporter la manche. David de son côté se classera 5ème avec un brochet de 751mm.

Malgré une large avance, l’importance était de réitérer la même pêche sur la seconde manche du dimanche. En pro Elite, la régularité prime et il est impératif de prendre du poisson les deux jours pour figurer en haut du classement. Et si à ce titre, ma pêche semblait être la bonne, je craignais la topographie de la plage. Avec de longues pentes douces sans rupture de pente, la monotonie du secteur allait engendrer de grandes difficultés pour localiser et intercepter les brochets. Une manche que j’annonçais difficile et où chaque touche allait compter.

Au démarrage dimanche à 8h, je pars en direction d’un secteur qui m’avait valu quelques touches l’an passé. Les poissons sont comme prévus décimés et les touches n’arrivent pas. Si quelques poissons sont capturés ici et là, aucune zone ne semble plus favorable que d’autre. La lutte commence, il faut rester concentré et ne pas louper les rares contacts de la journée. Chaque touche est importante et peut amener la victoire. Si un unique poisson me suffit pour l’assurer, il s’agit également du plus dur à trouver et il me faudra une grosse heure pour me libérer. Sur une prospection pleine eau, une lourde touche finira par intervenir avec un poisson de 793mm assuré dans un cri de soulagement. Le seul poisson de ma journée - il le fallait - malgré une seconde touche loupée.

Float-tube Pro Elite – Lac d’Orient
Float-tube Pro Elite – Lac d’Orient

Comme annoncé, cette manche sera fatale à de nombreux compétiteurs. Très peu de brochets furent capturés et s’agissant du big-fish du jour, mon brochet me hissera une nouvelle fois à la 1ère place. David fera malheureusement capot. Un poisson en « or » puisque nous sommes que deux pêcheurs à avoir capturé des poissons sur les deux journées. Automatiquement avec deux manches remportées, je récupère la 1ère place au général du week-end (avec 5 brochets) contre une 2nde place pour l’ami John Rivasseau (2 poissons). Mickaël Valladeau avec 2 brochets complètera le podium.

David récupére quant à lui la 6ème place au général.

Un grand merci à Rapala/Shimano/Vmc pour leur confiance mais également à Jean-Mihel, Thierry et Sébastien pour avoir lutté 3 jours à mes côtés lors du préfishing. Prochaine étape le lac du Salagou…

 

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0