Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le week-end du 18-19 juin avait lieu notre 2ème manche pro élite float-tube de l’année sur le site du Salagou. Grand lac de barrage réputé en France, il est devenu une destination phare de la pêche des carnassiers, au point que cet évènement était attendu par de nombreux compétiteurs. Situé près de Montpellier, le Salagou occupe 700ha d’eau et bénéficie d’un environnement extraordinaire. Entouré de monts ocre, le lac ressemble plus à un oasis qu’à un site artificiel. Une qualité d’eau et de biotope qui permettent aux perches, brochets, sandres et silures d’être très bien représentés. Pour autant dans la pêche se sont les poissons qui décident et à ce jeu nous ne savions pas à quoi nous attendre…

Dans mon idée, après de nombreux retours positifs, ma stratégie misait avant tout sur une pêche du brochet. Très présents dans les herbiers de bordures, les poissons de 50/60cm étaient ma cible avec dans un second temps, une recherche des perches pour compléter un éventuel quota. Pour cela je m’étais uniquement encombré de cannes spinnings de puissance M à MH (Shimano Crucial et Gloomis équipés de Stradic et Rarenium 2500). Non pas que je ne souhaitais pas miser sur la capture d’un big-fish (lac réputé pour les brochets métrés) mais qu’en compétition il est toujours plus payant de prendre 10 petits qu’un seul gros sujet. Le choix de mes leurres étaient donc tout aussi « restreint » pour ne pas me disperser (ou me tenter), à savoir des poissons-nageurs (Xrap 10, clackin’minnow, BX-Swimmer…) et souples entre 8 et 12/15cm, de la palette ainsi que tout l’attirail du pêcheur de perches. En complément, quelques bases pour la pêche du sandre (souple et leurres à dandiner type jigging rap) et le sac était rangé en toute confiance dans le coffre de la voiture pour un départ prévu à 5h30 du matin le vendredi.

Pas moins de 8h seront nécessaires pour traverser la France et prendre connaissance des lieux : des alevins plein les bordures, des herbiers, des arbres noyés, des rochers … bref le royaume des carnassiers !! Notre premier contact avec le lac se fera ensuite très rapidement sur un secteur hors compétition. L’occasion de tenter plusieurs techniques et approches en fonction des postes rencontrés mais également se rassurer puisque perches et brochets maillés répondront présents. Samedi matin, le réveil est difficile avec un accueil compétiteur à 6h30 sur la plage de Liausson. Pour cette manche, le secteur de pêche est un immense plateau dessiné dans les terres avec des herbiers plus ou moins denses qui avancent très loin vers le large.

Le top départ sera donné à 8h, nous faisons le choix avec David de partir chacun de notre côté à la découverte des lieux. En partant sur la droite, je retrouve exactement le type de poste que je souhaitais à savoir des grandes langues d’herbiers avec des couloirs vides. L’idéal pour rechercher le brochet aux jerks et autres minnows. D’ailleurs, il me faudra que quelques dizaines de lancers pour ferrer mon 1er brochet maillé (52.4cm) à quelques centaines de mètres de la mise à l’eau. Tactiquement malgré de nombreuses captures sur la zone, je décide de poursuivre jusqu’à l’extrémité du parcours pour retrouver une certaine solitude. Je retrouve alors un immense herbier avec des profondeurs intéressantes variant de 1 à 3.5m sur plusieurs hectares. Secteur que je décide de travailler toute la journée en alternant les profondeurs, animations et présentations. Malgré quelques périodes mortes, j’arrive régulièrement à enchaîner des petites perches mais également des brochets avec un second maillé à 65.0cm. Il faudra creuser encore un peu plus le poste pour dénicher deux perches de 20.0 et 26.0cm.

Après quelques heures, la zone baisse en rendement et il faudra attendre l’arrivée du mistral pour que de nouveaux poissons montent en chasse. Un 3ème brochet (51.6cm) viendra me rejoindre après qu’un joli bec me fausse compagnie en me privant par la même occasion du quota 6 poissons. A 2h de la fin, la force du vent s’intensifie et je suis obligé d’arrêter la pêche pour rejoindre la berge. Il est alors impossible de remonter le lac en pleine eau et il faut s’appuyer sur les faibles profondeurs des bordures pour engager le retour à la mise à l’eau et redonner les fiches captures à l’heure.

Pro Elite - Salagou

Avec 5 poissons (3 brochets et 2perches) je remporte la 1ère manche suivis d’un peu plus loin par Samuel B. (5 perches et 1bec) puis Vincent (1 sandre, 1 bec et 2 perches). David quant à lui aura galéré toute la journée en jouant également de malchance en perdant un très gros brochet en pleine eau. Ça pêche consistait à rechercher des boules de poissons au sondeur ainsi que les carnassiers et de les tenter en mode pélagique. Seulement 2 perches le récompenseront pour une maudite 16ème place. Pour autant rien n’était joué et cela se vérifiera le dimanche. En Pro Elite seule la régularité prime et il est impératif d’être « bon » les deux journées puisque se sont-elles qui figent le classement de l’épreuve.

Dimanche, changement de secteur pour les villages d’Octon et de Celles où le Salagou à un aspect totalement différent. Plus enclavé, les berges descendent d’avantage vers des profondeurs importantes (5/7m) avec des herbiers moins dispatchés mais plus denses. Une configuration qui remet à plat tous les acquis de la veille avec une pêche complètement opposée et annoncée comme axée sur les « percidés ». Si la méconnaissance du lac était moins importante la veille, ici, elle avait toute son importance puisqu’il était rapide pour le pêcheur de se disperser et de passer à côté des bons postes.

Pro Elite - Salagou
Pro Elite - Salagou

Cela sera mon cas tout au long de la journée… Sur une pêche plus axée perches et sandres, j’ai presque visité l’ensemble du parcours du jour en multipliant les postes et les dérives. Malheureusement, instable sur les postes – ce qui a surement été mon tord – je n’ai réussi à déclencher que des petits poissons : brochets et sandres non maillés ainsi qu’un grand nombre de perchettes. La gagne se fera sur des postes précis avec insistance et persévérance. John et Sylvain du club s’en sortiront très bien en martelant une berge tout au long de la journée avec quelques perches et brochets à la clé. Mais David l’avait également bien ressentit en partant en direction d’une forêt noyée. Il insistera dans les dédales de branches une grande partie de la journée sans bouger de plus 50m. Il alignera ainsi 3 perches maillées ainsi qu’un joli brochet, tous pris en suspension dans les cimes d’arbres. Ce qui lui rapportera la 2ème place de cette manche et une 6ème au général.

Pour ma part une perche suffisait, elle sera décrochée à 4mn de la fin au jigging-rap le long d’une route noyée. Un poisson de 35cm qui me coûte très cher puisque cette perte m’expulse d’une 1ère place certaine à une 9ème position. Trois autres pêcheurs seront dans le même état d’esprit que moi en loupant l’une des deux manches, ainsi est la pêche mais pour nous 4, la victoire nous a filé entre les doigts. Les vainqueurs réussiront à prendre du poisson les deux jours sans faire de grosses pêches mais ils ont su s'adapter aux deux "biotopes" et prendre du poisson, bravo à Sylvain, John et Mathieu.

Prochaine étape le 2 et 3août sur la rivière le Thouet, affaire à suivre…

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :