Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mythique lac du Bourget était la destination choisie pour l’organisation de la Coupe de France Float-tube 2016. Une date pour laquelle David et moi jouions sur les deux tableaux puisqu’elle faisait également partie de notre calendrier Pro-Elite.

Si habituellement, concourir pour deux compétitions en simultané peut paraître compliqué, ici ce n’était pas le cas. En effet, bien que les sandres, silures et bass soient représentés sur le lac, ils ne le sont qu’en faible densité. Autant dire que les efforts se portaient uniquement sur une recherche du brochet puisque malgré une forte population de perche, l’espèce est ici réputée très difficile et lunatique dans les tailles qui nous intéressaient. Nous pouvions donc aborder les deux compétitions comme une unique avec pour seul objectif de capturer un maximum de brochet.

Pour cela, depuis plusieurs semaines le travail de réflexion était lancé. Diverses recherches internet mais également l’analyse des profondeurs grâce aux cartes bathymétriques m’ont permis de rapidement me faire une opinion sur la stratégie à adopter. Tout était clair dans ma tête pour une préparation optimale. En totale confiance, cela m’a permis de sereinement aborder cette date importante pour la suite du championnat. Dans la course en tête et s’agissant d’une de mes pêches préférées, c’était la parfaite occasion - si réalisation d’un bon résultat – d’essayer de prendre le large et il ne fallait pas que je loupe cette opportunité.

Pro Elite 4 : Lac du Bourget

Question matériel, misant uniquement sur le brochet, j’avais opté pour 3 ensembles. Une spinning GLoomis et une Shimano Crucial de puissances MH équipées de deux Stradic 2500 pour des pêches « standards » au shad. Puis une Shimano Crucial 610MH avec un Calcutta 201DC pour les pêches plus lourdes avec l’éventualité de rechercher un gros sujet. Niveau leurre, si j’avais chargé bien plus qu’il ne le fallait mes boîtes Plano, je misais essentiellement ma pêche sur du linéaire au shad d’une taille comprise entre 12 et 20cm. S’agissant d’une base sur les lacs Alpins, les teintes dominantes étaient bleus ou perches avec l’utilisation de têtes plombées aux grammages importants. Contrairement aux eaux de chez nous, les lacs Alpins bénéficient d’une topographie très accidentée et profonde. Les poissons se tiennent sur des cassures variant de 7 à 25m de profondeur où quelques herbiers se développent.

Suivant les vibrations et la densité des leurres, j’ai donc constamment tourné entre des poids de 18 à 28gr. Pour les’animations, sur l’ensemble de mes lectures et des visionnages de films, l’idée était de se placer dans la cassure à des profondeurs comprises entre 18 et 25m pour lancer vers la bordure sur des profondeurs inférieures. Ensuite le pêcheur doit réussir à juger le positionnement de son leurre dans la colonne d’eau pour tenter de suivre la pente. Il s’agit là du point le plus important et du plus déterminant pour faire pêche : savoir suivre le tombant efficacement pour passer sous le nez des brochets sans les survoler. Pour avoir régulièrement pratiqué ainsi sur certains grands lacs français, je ne l’avais encore jamais fait sur des tombants aussi accentués.

Pro Elite 4 : Lac du Bourget

Vendredi, après 8h de route, nous sommes partis rejoindre Joaquim Torres - membre de la team Rapala - qui tient « le centre de pêche du lac du Bourget » depuis de très nombreuses années. Une très bonne occasion de se revoir et de parler de la pêche actuelle. Avec un formidable accueil, il nous emmènera pêcher une poignée d’heures pour se familiariser avec le lac. En deux heures, nous toucherons 14 brochets compris entre 45 et 75cm. Tout ce dont j’avais pu lire ou préparer est alors confirmé par Joaquim. Nous sommes dans le vrai et automatiquement nous partons très confiants pour la 1ère journée du samedi.

La pêche a lieu au Nord du lac avec une mise à l’eau sur la plage de Conjux pour un démarrage de la 1ère manche à 13h et une fin à 19h. Ma stratégie est alors la suivante : palmer rapidement pour creuser le trou avec les autres compétiteurs et passer devant sur l’ensemble des postes. Tout du moins « le Poste » puisqu’en prenant la direction de l’Abbaye de Hautecombe, de la plage à cette dernière, la cassure est presque constante sur les 5km de dérive. Je me place donc dans 20/25m de profondeur et lance en direction des 5/6m pour descendre soit au shad soit à l’aide de leurres à palette le tombant en épousant au maximum le relief. D’immenses bancs de perchettes se situent tout du long entre 9 et 15m de profondeur sur la cassure, les brochets sont inévitablement postés autour ou en-dessous.

Tout du long de la dérive, je prends régulièrement des frappes entre 12 et 17m de petits brochets entre 40 et 50cm, je décide de ne pas insister sur les zones en marquant uniquement au GPS les secteurs où les touches sont les plus nombreuses. La cassure est plus ou moins monotone sur sa longueur, je cherche avant tout à intercepter les poissons actifs sans attendre une montée sur un poste où il n’est pas évident qu’un pic se déclenche. Je prends ainsi rapidement un poisson maillé de 54.6cm. Mais globalement la pêche est lente et les compétiteurs sont tous dans le même panier avec beaucoup de touches mais une incapacité à ferrer des poissons maillés.

La forte concentration de nourritures (perchettes et petits becs) n’a pas été tout au long du week-end un allié pour réussir à les déclencher. Il faudra attendre les dernières heures de la compétition pour ferrer un nouveau poisson de 66.4cm. J’apprends alors qu’avec deux poissons, je suis très bien placé et que cela va se jouer au millimètre pour le podium. Je vais alors lutter jusqu’à la fin pour tenter d'en rajouter un 3ème mais en vain. Heureusement ça passe et je termine 1er de l’épreuve à 2mm devant Sébastien Audemard et à quelques centimètres devant l’ami Sylvain Berland.

Pro Elite 4 : Lac du Bourget
Pro Elite 4 : Lac du Bourget

J’engrange ainsi de précieux points bonus (victoire de manche) pour le championnat Elite mais je prends également une bonne option pour la coupe de France. David quant à lui, en appliquant la même pêche tout au long de la journée, ne réussira pas à mailler. Si beaucoup de pêcheurs se retrouvent capots, je sais également toute l’importance de réussir la seconde manche. A l’image de la compétition du Salagou où j’avais également remporté la 1ère manche, le classement Elite se joue sur la régularité. Si je n’arrive pas à reprendre du poisson le dimanche, l’avance sera perdue. Ne souhaitant pas à renouveler cette erreur, je porte toute la soirée jusqu’au lendemain une grosse pression sur mes épaules. Cependant ma stratégie est bien ficelée et j’ai confiance en elle. Dans l’idée, dimanche matin, je décide de refaire le même parcours mais en beaucoup plus rapide pour pêcher efficacement la fin du parcours situé à 4km de la mise à l’eau. Le Samedi, je l’avais atteinte après 2h30 de palmes pour ne pouvoir y insister que 30mn avant de devoir faire demi-tour et rentrer dans les temps. J’y avais pris beaucoup de touches et quelques petits poissons, la zone semblait plus ouverte et active avec une concentration plus importante de poissons.

Sur la seconde manche, je joue donc très gros avec un quitte ou double. En 1h10 j’atteins la zone en pêchant très rapidement les secteurs de la veille pour me donner la possibilité d’y pêcher une grosse heure. Je vais avouer qu’en y allant, beaucoup de doutes se sont installées puisque contrairement à la veille, la pêche était encore plus lente. A plusieurs reprises j’ai hésité à m’arrêter pour insister sur certains secteurs puisque contrairement au samedi, en m’y rendant je n’ai pris que très peu de touches et un unique petit brochet (+ 10 le samedi). Le début de pêche sur le plateau de l’Abbaye de Hautecombe ne me rassurera pas, où j’avais pris des touches je n’en prends aucune. En continuant d’avancer, persuadé d’y trouver une zone où ça croque, je finis par être récompensé. Sur un 1er lancer, je prends un poisson non maillé, au second lancer, un autre, etc…. avec une finalité de 6 lancers pour 6 brochets dont le plus gros mesurait 49.5cm. Sur une telle concentration ponctuelle, je me résous à marteler la zone en lançant tous azimuts sur le tombant, la pression finira par me quitter quand je rendre enfin un poisson juste au-dessus des 50cm (mesuré par la suite à 50.4cm). Ce poisson me libère et m’assure une victoire en Elite puisque j’apprends qu’il ne se prend absolument rien (ou presque) par les autres compétiteurs. Je joue désormais les points bonus en tentant de prendre le point « big-fish » et les 2 points de l’étape du jour en tentant de multiplier les captures pour m’assurer la victoire de manche. Pour cela, je poursuis ma dérive dans l'espoir de retrouver une autre concentration en gardant  en tête celle que je viens de pêcher pour le retour.

150m plus loin, je prends une lourde frappe dans 17m, la Gloomis est cintrée et je me sais aux prises avec un poisson largement maillé. A la suite d’un combat tout en puissance, j’épuise avec un cri de soulagement un joli poisson de 75.0cm. Placé dans le vivier, j’ai juste le temps de contacter les commissaires et de relancer que je me fais à nouveau assassiner au lancer suivant. Le même combat s’engage et les commissaires ont juste le temps de me rejoindre que j’épuise mon 3ème poisson mesuré à 73.4cm.

Je n’ai alors plus aucune pression, d’autant plus que j’apprends qu’il ne s’est rien pris. La victoire de manche étant acquise sauf s’il y’a un enchaînement de poissons pour un des compétiteurs en Elite, je décide de rentrer à la mise à l’eau. Si le timing me permettait d’insister encore 1h pour miser sur le point quota, au vu de l’avance acquise, j’ai préféré jouer la sécurité pour éviter un carton inutile. Le retour sera donc fait en speed avec quelques petits poissons non maillés et une arrivée 1h en avance à la mise à l’eau.

Dommage, j’avais le temps de poursuivre ma pêche...

Pro Elite 4 : Lac du Bourget
Pro Elite 4 : Lac du Bourget
Pro Elite 4 : Lac du Bourget
Pro Elite 4 : Lac du Bourget

De son côté, David qui avait choisi d’aller à l’opposé de moi sauve son week-end avec un poisson de 69cm qui lui permet de se classer 8ème au classement Elite et de prendre des points au général. Pour ma part, sans surprise de dernière minute, je remporte une nouvelle fois les manches des deux tableaux avec une victoire au général en Elite et à la Coupe de France. Des précieux points ont été acquis lors de cette compétition et sont maintenant à consolider pour tenir jusqu’à la fin du championnat la tête du classement.

Le podium en Elite sera complété par Samuel Brenet à la seconde place et Franck Marmier à la troisième marche. Pour la Coupe de France, le podium sera le même or mis que le bronze sera récupéré par Sébastien Vivion. Un grand merci au club No-Killeurres 73 pour l’organisation mais également à Joaquim Torres pour l’accueil sur ses terres avec la promesse d’y revenir. Prochain rendez-vous début octobre dans le Lot…

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :