Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cela fait maintenant quelques années que la région d’Extremadura en Espagne est renommée pour la pêche. Il faut dire qu’avec les milliers d’hectares d’eau, le terrain de jeu est immense avec la possibilité de pêcher de nombreuses espèces différentes : barbeau, sandre, black-bass et brochet. Si cette année je n’avais pas spécialement prévu de m’y rendre, lorsque l’ami Sébastien m’a contacté pour que je me joigne à lui, je n’ai évidemment pas pu refuser. D’autant qu’après y être allé à deux reprises, il avait les arguments pour me vendre la destination : brochets (gros), soleil et pêche. Croyez-moi j’ai bien essayé de résister à la tentation mais j’ai (trop facilement) craqué en entraînant dans l’équipe l’ami Fredy pour la semaine de Pâques.

Localisé à quelques heures en voiture de Madrid, le camp « Extremadura Monsters » dirigé par Mathieu Schölter est très bien situé sur la ville d’Orellana La Vieja. A moins d’une heure de route, les lacs sont très nombreux et offrent aux pêcheurs des richesses différentes. Si en Extremadure, le brochet est très bien représenté et atteint des tailles moyennes élevées - de quoi me réjouir puisque c’est bien pour lui que je fais le déplacement - l’espèce reine est ici le black-bass. Les eaux chaudes et tempérées des lacs ont permis à l’espèce de coloniser l’ensemble des barrages, au point d’être aussi bien carnassiers que proies au même titre que pourrait l’être les perches sur nos eaux françaises. Arrivent ensuite diverses autres espèces dont le barbeau et le sandre que nous n’avons pas recherché.

Doublé de becs de mêmes longueurs mais aux carrures bien différentes !!!

Doublé de becs de mêmes longueurs mais aux carrures bien différentes !!!

Autant vous dire que les choix des cannes et des leurres ont été très difficiles. A la fois il fallait pallier à toutes les éventualités sans non plus trop en emmener par les limites imposées du poids des bagages. Autant dire que les boîtes Plano étaient remplies de toutes sortes de leurres : Jerkbaits, Minnows, Cranck-baits, Lipless, Top-water, leurres à palettes et diverses autres souples. Question canne, mon choix s’est porté uniquement sur des ensembles polyvalents de puissance M à MH. A savoir en casting, un unique ensemble : Crucial 610MH avec un Calcutta 201DC et 3 cannes spinnings : une Expride 3-12gr pour les pêches fines du black-bass, une Gloomis M pour les pêches aux poissons-nageurs et finalement une Crucial MH pour alterner les pêches au souple et à la palette. Toutes les trois étaient équipées d’un Stradic.

Les brochets du soleil
Les brochets du soleil

Question bateau, le grand luxe ! Nous avons pêché sur un Nitro Z7 toute la semaine. Motorisation, coffres, dimensions du bateau, etc… tout est là pour faciliter la vie du pêcheur une fois installé. Un confort qui tranche radicalement avec ma pratique du float-tube, la vitesse de déplacement et les espaces de rangement ne sont plus à la même échelle !

Confort et vitesse...

Confort et vitesse...

Côté pêche, l’organisation est vraiment axée pour que le pêcheur perde le moins de temps de pêche possible. Les journées se déroulent de 8h30 à 20h/20h30 avec des guides qui connaissent parfaitement les lacs et vous emmènent sur les « postes clés » du moment. Le fait de suivre semaine après semaine les mouvements et comportements carnassiers, lorsqu’ils vous emmènent sur un poste, il est bien rare de ne pas faire au moins une touche. D’autant que des schémas de pêche sont prédéfinis pour que vous soyez efficaces dès les premiers lancers. Il faut avouer que sur ce point, les premiers jours, j’ai parfois été dérouté. Etant compétiteur et habitué à pêcher selon mes recherches et convictions, le fait qu’un guide vous dicte la pêche à mettre en œuvre peut vous surprendre. Cependant, l’expérience du site et les années de pratique font qu’ils sont souvent dans le vrai, on finit par s’y faire et se prêter au jeu. Après rien n’empêche de dévier la pêche selon ses envies, si parfois ça marche force est de constater que bien souvent on revient aux conseils initiaux !

Poissons "standards" de 85 à 95cm.
Poissons "standards" de 85 à 95cm.
Poissons "standards" de 85 à 95cm.
Poissons "standards" de 85 à 95cm.

Poissons "standards" de 85 à 95cm.

Vous l’aurez bien compris, bien que les poissons soient très nombreux, il ne suffit pas de lancer un leurre dans l’eau pour faire mouche ni n’importe où. Sur de telles étendues d’eaux, les poissons sont très mobiles et la connaissance des guides permet d’éviter des heures de recherche dans le vide. De la même manière que techniquement, sur l’ensemble des leurres présents dans les valises, ce sont les mêmes qui ont tourné toute la semaine en fonction de la configuration des postes pêchés. Pour résumé, se sont essentiellement les shad, shad à palette et les jerkbaits qui ont fonctionné pour le brochet suivant la profondeur et la présence ou non d’herbiers. A ce titre, les Shadow Rap Deep 11cm en teinte ablette se sont révélés très efficaces sur des animations très rapides et vives. Dès qu’il était question de pêcher sur un tapis d’herbes et d’agresser les carnassiers en place, il fallait le sortir.

Des tailles moyennes élevées.
Des tailles moyennes élevées.
Des tailles moyennes élevées.
Des tailles moyennes élevées.
Des tailles moyennes élevées.

Des tailles moyennes élevées.

Sans reprendre en détail le déroulement de la semaine, toute notre semaine nous avons bénéficié d’une météo clémente et chaude avec des touches violentes et franches. Hormis une ou deux journées où l’absence de vent et la chaleur ont rendu les poissons tatillons dans l’après-midi, il n’y a pas eu de réel temps mort. D’autant qu’à 3 pêcheurs sur le bateau, les lancers tous azimuts finissaient toujours par trouver preneur. La population de brochet est vraiment importante sur les lacs et étonnamment il n’y a pas de demi-mesure. Soit nous avons pris des poissons entre 50 et 60cm soit entre 80 et 100cm, cette deuxième classe d’individus est très présente au point que sur certains postes - lorsqu’il y’a une touche - le poisson est immédiatement annoncé à plus de 85cm.

Tailles des brochets qu'il est possible de capturer tout au long de la journée
Tailles des brochets qu'il est possible de capturer tout au long de la journée
Tailles des brochets qu'il est possible de capturer tout au long de la journée
Tailles des brochets qu'il est possible de capturer tout au long de la journée

Tailles des brochets qu'il est possible de capturer tout au long de la journée

Le big-fish du séjour sera pour Sébastien avec un brochet mesuré à 107cm, le seul métré du séjour. Cela dit, les sujets de 90 à 97cm sont capturés quotidiennement et il s’agit déjà de très jolis poissons. La diversité des postes permet de mettre en œuvre un bon panel de techniques différentes, sur une journée on alterne entre des pêches aux jerks dans 3 à 4m d’eau claire - où il n’est pas rare de voir les attaques en live - et des pêches en linéaire à la palette ou au shad dans plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Le pêcheur peut en conséquence s’éclater en fonction de ses goûts et envies.

Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.
Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.
Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.
Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.
Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.
Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.
Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.

Une 50 aine de poissons de 80 à 107cm ont été capturés, au point d'en photographier que certains.

Je ne peux pas terminer le compte-rendu sans parler des black-bass, l’espèce reine de ses lacs espagnols. Bien que visiblement nous n’ayons pas pêché le ou les lacs où ils étaient les plus nombreux, la densité observée est impressionnante. Toutes les baies pêchées étaient peuplées par des bancs entiers d’individus de 30 à 40cm. Sur des herbiers de pleine eau qui remontaient en surface, il était possible d’observer des bancs de plusieurs dizaines d’individus au bateau, sous le bateau où à le suivre comme des chiens …

La majorité des poissons que nous avons touchés ont été capturés en recherchant les brochets aux jerks, shads ou à la palette. Les poissons chassaient et évoluaient en pleine eau sur des herbiers de 3 à 4m de profondeur. Soit nous les tapions en même temps que les brochets soit à vue derrière le bateau qu'ils s'amusaient à suivre. Des petits moments de pêche "récréative" sur une journée où il est possible d'aligner plusieurs dizaines de poissons en quelques dizaines de lancers.

Les plus beaux au vivier pour une photo de groupe

Les plus beaux au vivier pour une photo de groupe

Si nous n’étions pas là pour ça, il est certain que pour les pêcheurs passionnés de cette espèce il y’a de véritables scores à réaliser avec la possibilité de déclencher des centaines de touches par jour. Les individus de 45 à 50+ sont monnaie courante et nous avons observé des poissons bien plus gros. D’ailleurs Sébastien en pêchant le brochet aux jerks se fera surprendre sur chandelle par un poisson de + 60cm.

Les poissons de 50 à 55cm sont courants et se touchent sans problème en pêchant le brochet
Les poissons de 50 à 55cm sont courants et se touchent sans problème en pêchant le brochet
Les poissons de 50 à 55cm sont courants et se touchent sans problème en pêchant le brochet

Les poissons de 50 à 55cm sont courants et se touchent sans problème en pêchant le brochet

Petit aparté sur la fraie des black-bass qui si chez nous est en cours, là-bas est tout autre. Sur de telles étendues d’eau, la fraie se fait en plusieurs phases en fonction des secteurs du lac et de la température des baies. Dans la semaine où nous avons pêché, il s’agissait visiblement d’une 3ème vague où ailleurs la fraie était terminée. Si dans l’esprit français, il est notoire de vouloir protéger l’espèce tant les populations ont des difficultés à se développer et qu’elles sont fragiles par les faibles superficies de nos milieux - et oui quoi qu’on en dise, les populations de black-bass ne sont pas les mêmes entre un étang de 5ha et un lac espagnol de plusieurs milliers d’hectares où il est proie et prédateur – étonnamment le black-bass n’est pas là-bas protéger. Bien au contraire, il s’agit de la période où il y’a le plus de pêcheur notamment portugais qui en font un commerce alimentaire sur les marchés. Les zones de frayères encore occupées étaient en conséquence visitées tous les jours avec des poissons (à partir d’une certaine taille) ramassés. Une pratique qui semble commune sur les lacs et qui ne fait pas fléchir les populations tant le prélèvement reste infime sur les quantités présentes. Bref, juste pour dire qu’ils sont très bien acclimatés au point d’en voir partout et n’importe où même au-dessus de plusieurs dizaines de mètres de profondeur, avis aux amateurs.

Au buster dans 10m d'eau, au shad dans 15m... ils sont partout et un tout gros peut être ferré n'importe où.
Au buster dans 10m d'eau, au shad dans 15m... ils sont partout et un tout gros peut être ferré n'importe où.
Au buster dans 10m d'eau, au shad dans 15m... ils sont partout et un tout gros peut être ferré n'importe où.

Au buster dans 10m d'eau, au shad dans 15m... ils sont partout et un tout gros peut être ferré n'importe où.

Ce séjour Espagnol s’achèvera sur un score de 320 poissons au bateau avec une superbe ambiance. Nous passerons les quelques anecdotes que je garde pour les prochaines soirées « pêche ». En attendant, je commence déjà à concevoir un prochain voyage à la recherche des « brochets du Soleil ».

Tag(s) : #Voyage

Partager cet article

Repost 0