Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le week-end du 1-2 juillet avait lieu notre 2ème manche pro élite float-tube de l’année sur le site du Salagou. Un grand lac de barrage réputé en France pour la pêche des carnassiers et que nous avions découvert l’an dernier lors d’une épreuve. Une date poissonneuse dans un cadre magnifique, de quoi nous tenir en haleine tout au long du trajet.

Au vu des nouvelles législations en vigueur (maille 50cm pour le sandre et 60cm pour le brochet), ma stratégie misait avant tout sur la recherche des perches. Il faut dire qu’elles sont ici très présentes dans les nombreux herbiers, les cassures mais encore dans les bois immergés. Les possibilités de faire un quota rapidement sont réelles pour dans un second temps tenter sandres et brochets. Deux espèces indispensables pour gagner puisqu’ils viennent renforcer le quota. Pour cela je m’étais équipé de mes NRX 822 avec Cardiff Ci4+ ainsi qu’une Crucial 70M en TC4 monté d’un Casistas. Non pas que je ne souhaitais pas miser sur la capture d’un big-fish (lac réputé pour les brochets métrés) mais qu’en compétition il est toujours plus payant de prendre 10 petits qu’un seul gros sujet. Le choix de mes leurres étaient donc tout aussi « restreint » pour ne pas me disperser (ou me tenter), à savoir des poissons-nageurs (Shad Dancer, Mini Fat Rap, Gomoku Dense,… ) et souples de 2 à 4 pouces. Je n’ai pas négligé les pêches agressives en ajoutant des Micro jig Gomoku ainsi que des jigging rap en W7. Du côté de Julien, l’objectif était sur une recherche des brochets avec du matériel adapté, les perches n’étaient pas sa préoccupation peut-être à tort…

Pas moins de 10h seront nécessaires pour traverser la France et prendre connaissance des lieux mais surtout du vent. Et croyez-moi, dans le sud il est tout sauf un allié pour la pêche en float. Le mistral est juste horrible sur ce lac. Des nouvelles peu enchantes surtout lorsqu’elles sont couplées à celles des quelques compétiteurs qui – arrivés plus tôt – ont eu le temps de tremper le fil durant l’après-midi. La pêche est difficile avec beaucoup de petits poissons.

Samedi matin, le réveil est difficile avec un accueil compétiteur à 6h30 sur la plage de Liausson. Pour cette manche, le secteur de pêche est un immense plateau dessiné dans les terres avec des herbiers plus ou moins denses qui avancent très loin vers le large. Secteur que Julien avait apprécié l’an passé puisqu’il avait remporté la manche sur une pêche de brochet. Naturellement au top départ, 8h, il décide de repartir sur les mêmes zones. Quant à moi, je fais le choix de partir sur des structures noyées repérées l’an passé (arbre mort, pieds de vigne etc… noyés dans 7 à 9m de profondeur).

Salagou - Pro Elite par David

Tout se passe alors très vite, dès mon 1er lancer j’enregistre mon premier poisson maillé, une perche. Bon choix de zone ou coup de chance ? Julien semble également avoir la main chanceuse puisqu’après seulement quelques minutes, ils comptabilisent déjà 2 perches maillées et un beau brochet de 88cm. Il semblerait qu’il a trouvé la pêche, au point de me faire hésiter sur ma stratégie. Mais en compétition, il faut parfois savoir rester sur ces convictions et mon sondeur sait me réconforter en m’indiquant de nombreux poissons sur zone. J’opte alors rapidement pour une prospection agressive au jigging rap. Les touches arrivent alors très rapidement avec 4 perches maillées puis des sandres que je localise en allant faire mesurer aux commissaires. Légèrement décollé, les sandres étaient clairement également à la fête. Waypoint enregistré, je n’avais plus qu’à retourner dessus une fois les mesures effectuées.  Il me faudra seulement deux animations pour me faire bloquer au fond. Une soixantaine de centimètre pour ce premier sandre puis un second de 57cm et encore un 3ème de 52cm. Avec 3 perches et 3 sandres, le quota est largement atteint avec un bon cumul de points.

Salagou - Pro Elite par David
Salagou - Pro Elite par David

Julien m’informe ensuite qu’il vient de valider son 2ème brochet et une 3ème perche, tout s’annonce pour le mieux pour notre duo. A quelques heures de la fin, nous sommes en tête. En poursuivant ma pêche j’arrive à grignoter quelques centimètres en améliorant mes perches, ce qui me classera finalement 2ème de cette 1ère journée. Julien à seulement quelques centimètres avec 5 poissons terminera 3ème, il perdra à plusieurs reprises le poisson du quota qui lui aurait valu la victoire de manche. Si cette première journée est très réussie rien n’est pourtant joué. En pro-Elite, il faut être régulier les deux jours, il est impératif de prendre du poisson le lendemain…

Pour la seconde journée, nous changeons de secteur pour les villages d’Octon et de Celles. Le Salagou à ici un aspect totalement différent. Plus enclavé, les berges descendent d’avantage vers des profondeurs importantes (5/7m) avec des herbiers moins dispatchés mais plus denses. Une configuration qui remet à plat tous les acquis de la veille avec une pêche complètement différente plus typé power fishing. Configuration qui m’avait réussi l’an passé mais pas du tout pour julien. Je repars automatiquement sur les mêmes bases, à savoir une pêche d’arbres noyés dans 10 à 15m de profondeur sur des perches en suspension dans les étages de branches.

Le problème sur le Salagou est dans l’immensité des bancs de perches, sur les arbres ils sont très compacts et essentiellement constitués de poissons non-maillés. Il faut donc réussir à passer les premières (situées entre 2 et 6m sous la surface) pour ensuite trouver les poissons plus jolis situés entre 5 et 7m.  Plusieurs approches s’offrent alors à moi : le split shot avec un shad de taille correcte et un plombage à 2gr, du cranking au DT20 voir du jigging rap ou micro jig et lame vibrante entre deux eaux. Chaque technique va être exploitée avec plus ou moins de réussite (je parle en poisson maillé, puisqu’à presque chaque descente une perche est prise mais souvent trop petite) mais à force d’insister et d’épurer les bancs, je parviens à faire un petit quota de perche. Un véritable soulagement pour la suite de la compétition puisque cela doit m’assurer un podium sur les deux manches.  Pour Julien, c’est la galère, les perches ce n’est pas sa tasse de thé et il peste  à chaque petite capturée. Il parvient tout de même à valider 3 perches ce qui lui permet de sauver à minima les meubles.

Salagou - Pro Elite par David

A l’issue des deux manches les scores sont très serrés, je prends la seconde place pour cette date et julien la 4ème. L'ami Sylvain a également bien tourné puisqu'il termine à la plus haute marche.

Un déplacement qui a payé avec une bonne opération pour la suite de la saison. Désormais la prochaine étape se trouve sur la rivière le lot le 5 et 6août, affaire à suivre…

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0