Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce début d'année 2021 est particulièrement froid, cela faisait longtemps que nous n'avions pas vu rivières et lacs gelés. Après les fortes précipitations du mois de décembre, cela permet au moins sur les étangs ou sites à brochets d'éclaircir les eaux et de relancer une certaine activité. Pour le sandre, ce changement d'état est en notre défaveur.

Depuis Noël, je n'ai malheureusement pas pu profiter des crues et des mouvements d'eaux pour aller chercher les "grands sandres". Pourtant il s'agit du meilleur créneau pour les traquer avec succès. Les grands poissons sont alors à nos pieds à s'alimenter activement. Les possibilités de ferrer des sandres "géants" - c'est à dire au-delà de 90 et même 95cm - sont réelles. J'avais bien un créneau pour les tenter mais avec les amis et suite à une 2020 découpée par le Covid, nous avons préféré finir la saison aux brochets sur un grand lac Français.

Cela est devenu depuis quelques années notre rendez-vous "d'hiver". Une pêche simple en linéaire avec des leurres présentés aux bonnes profondeurs au-dessus des poissons avec pour unique objectif de ferrer un grand brochet. Malheureusement cette année, il semblerait que les poissons se soient alimentés avant notre arrivée. Les brochets avaient anticipé la chute des températures pour faire du gras. Si bien que sur nos 4 jours de pêche, le lac était en "off". Et nous savons tous qu'un brochet en digestion et encore plus par des températures d'eaux froides est un poissons très dur à déclencher. 

Début glacial
Début glacial

Notre connaissance du site nous a permis de multiplier les dérives sur les zones "clés" du lac, des points GPS qui chaque année rapportent un lot intéressant de touches. Les poissons étaient visibles au sondeurs et souvent collés au fond dans des profondeurs comprises entre 7 et 10m.

Nous avons principalement pêché lourd (personnellement en 28gr) pour faire évoluer le plus facilement  et lentement possible des leurres au niveau des poissons. Une pêche mentale où vous poncer 4 à 5ha d'un lac de + 2 000ha pendant des heures jusqu'à ce qu'un "pic d'activité" se déclenche.

Si nous devions tirer un bilan, les matinées ont souvent été pauvres en touches et il fallait attendre 11h30/12h pour commencer à avoir quelques contacts. Le meilleur créneau se situait entre 15 et 17h où avec la baisse de la luminosité quelques brochets montaient sur les plateaux chasser.

Début glacial
Début glacial

Dans l'ensemble, nous nous en sommes bien tirés au vu des résultats des locaux mais il a fallu batailler. Pour preuve, le dernier jour de pêche il a même fallu pêcher presque "exclusivement" en verticale dans 9m d'eau. 

Autant vous dire que verticaliser au brochet n'est déjà pas courant mais le faire sur un fond relativement plat d'un lac de + 2 000ha n'est pas naturel. On a l'impression de pêcher dans le vide. Sauf que cela a permis de multiplier les prises où en linéaire nous ne déclenchions "rien".

Au final, nous réussirons à valider des poissons de +80 à 96cm chaque jour. Des poissons magnifiques et "ronds" comme des ballons. 

Début glacial
Début glacial

Depuis cette expédition, localement, la pêche a été plus calme.

Avec la chute des températures les poissons ont stoppé l'euphorie qui était lancée sur nombreux de nos lacs. Les sandres semblaient taper partout avec de jolis scores et moyennes en taille. Cette année, je n'ai malheureusement pas pu me libérer pour aller les tenter et je suis arrivé une fois la "guerre" terminée.

L'avantage est qu'avec le froid et la forte baisse des résultats pour les pêcheurs, à mon retour je me suis retrouvé presque à chaque fois "seul" sur l'eau.  Avec des eaux à 5°C, les poissons fourrages étaient descendus en profondeur et les carnassiers ont naturellement suivi. En réalisant des dérives en "S", à savoir des dérives ou tantôt je remonte la pente et tantôt je la descends, cela m'a permis de rapidement trouver la "bonne profondeur" de prospection (autour de 7m). 

Côté pêche, la verticale  lente et proche du fond semble actuellement supérieure aux pêches plus rapides en diagonale. Sur cette pêche, le leurre survole un peu plus les structures. Mais au sandre, pour réussir, il faut trouver le bon compromis. A savoir le juste équilibre du grammage de la tête plombée en fonction de la vitesse de dérive, la couleur du leurre et parfois de la tête plombée et enfin la vibration du moment.

Début glacial
Début glacial

Suivant les lacs, l'heure et les conditions météos, le bon compromis change et demande aux pêcheurs de constamment faire tourner les présentations sur les postes occupés. En variant 2 ou 3 fois le grammage, la couleur de la TP (Fluo avec UV ou opaque), plusieurs tailles, couleurs et vibrations de leurres on a rapidement une 12aine d'essai rapide à réaliser.

En général, je débute toujours selon mon ressenti puis en fonction des touches ou non j'adapte. Par exemple, dernièrement nous étions deux à pêcher ensemble sur un lac de barrage. Le collègue a débuté avec un LS marron et une TP opaque, du coup j'ai contrasté en utilisant une TP fluo UV et un leurre blanc. Cela m'a rapidement permis de prendre un premier sandre, puis un second, un brochet, une perche et plusieurs autres touches. Lui de son côté n'avait rien vu.

Mon procédé a alors consisté à repasser sur les zones où j'ai déclenché en faisant varier un paramètre: changement de couleur du leurre ou de la tête plombée, vibration etc... Après l'analyse est simple, si j'ai des touches plus régulières ou de meilleures qualités, le paramètre qui a été changé va dans une amélioration de la pêche. En revanche, si absence de touche, je reviens systématiquement à ce qui a marché.

Dans cette exemple, après de multiples essais, il s'est avéré que je n'ai pris qu'avec une TP fluo de 14gr et un modèle de leurre en couleur blanc et taille 4". Toutes les autres présentations y compris celles du collègue n'ont rien déclenché même ne serait-ce qu'une poussette...

Ce jour là, par chance, j'avais vu juste dès ma première dérive et dans la journée je n'ai pas réussi à trouver mieux. Cela ne veut pas dire que j'avais la présentation parfaite mais il s'agit de la seule qui a rapporté des touches tout au long de la journée avec la finalité d'un score honorable.  Un choix valable un jour mais qui n'est pas forcément le même le lendemain...

Début glacial
Début glacial

Heureusement, dans l'attente que les eaux se teintent et que les débits de nos fleuves et rivières gonflent, les brochets sont coopératifs avec le retour des eaux plus claires.

L'occasion de s'amuser à faire du nombre sur les sites bien peuplés. Avec les eaux froides (entre 4 et 5°C), les brochets sont étonnamment actifs, ils font du gras avant d'arriver dans la période charnière pour la pérennité de l'espèce. Des pêches lentes près du fond à l'aide de belles bouchées font la différence. Les poissons sont souvent concentrés sur des petits secteurs où la bouffe abonde. Il est alors possible de prendre plusieurs poissons cote à cote.

Début glacial
Début glacial

Encore quelques jours de pêche avant la fermeture administrative, tâchons d'en profiter avant que l'on soit de nouveau arrêté dans notre élan...

Tag(s) : #Session
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :