Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je vais avouer ne pas savoir par où commencer tant 2014 a été une saison formidable. Elle a été pour moi l’année révélatrice, la plus monstrueuse de mes saisons mais surtout et avant tout l’accomplissement d’années de recherche et de travail.

4

Les heures passées au bord de l’eau n’ont pas été comptabilisées, surement entre 600 et 800h répartis entre des journées complètes, des semaines de vacances, les compétitions et les rapides excursions du midi et/ou du soir. Quelle que soit la météo, un moment de disponible était toujours prétexte d’une nouvelle excursion aussi courte soit-elle. Les proches et amis n’ayant pas toujours le même planning, j’ai passé beaucoup de temps à pêcher seul et donc à approfondir et découvrir des anciens ou nouveaux secteurs de pêche.

5

En conséquence, j’ai pu pêcher des centaines de rivières, étangs, lacs et fleuves aux quatre coins de la région mais également de la France. Trois voyages à l’étranger sont également venus compléter le tableau : la Suède et l’Espagne.

Au niveau poisson, puisque c’est bien de cela que nous allons parler. J’ai pu, par l’implantation du frangin en Bretagne, redécouvrir la pêche à la truite et celle du rockfishing dans les ports.

5

Mais également de manière plus locale, la pratique du float-tube en mer.

14

Entre pêche de force, de précision ou de discrétion, il a été intéressant de s’exécuter à ces pratiques. Non seulement elles permettaient de changer d’air mais surtout de voir autres choses, couper le rythme frénétique de mes sessions « sandres ». Nous y voilà au centre du sujet : le sandre.

15

Après le départ de David, je ne cache pas que j’ai été livré à mes propres envies et convictions. Plus de compromis d’espèces ou de secteurs de pêche, j’ai été au bord de l’eau avec un unique but : capturer du sandre.

Si les précédentes années m’ont permis de comprendre bien des comportements, des techniques mais surtout des secteurs de pêche. Une saison complète avec mise en application  des acquis coïncide avec une année exceptionnelle en capture et régularité. Se sont plusieurs centaines de poissons qui ont été ferrés dont un grand nombre de sandres calibrés entre 50 et 60cm avec régulièrement des sujets au-delà des 70cm et un plafond à 94cm.

11

Oui il reste du sandre chez nous et j’aimerai dire partout. En revanche l’approche, l’animation, le grammage sont autant de variantes qui font ou non la pêche. D’un à deux poissons ; on peut rapidement basculer à des journées à + de 20 sandres et ce ne sont pas les pêcheurs avec qui j’ai partagé de nombreux moments qui me contrediront sur les scores réalisés.

9

Une saison comme je n’en referai peut-être plus puisqu’une certaine lassitude a fini par s’installer. Trop y aller et trop en faire ont tué à certaines périodes ma passion pour cette espèce. Au point de me retrancher sur d’autres pêches ; en guise de coupures. Si - sur le sandre - je recherche avant tout la touche, la compréhension du comportement du moment et donc en conséquence le nombre plus que la taille. L’année 2015 va être une transition vers d’autres pratiques, la recherche des plus gros d’entre eux (+ de 70cm).

3

Bien des techniques sont non exploitées et à explorer, je risque de vivre des journées de galère mais je compte bien me lancer dans la verticale « pélagique ». En parallèle, la pratique sur des nouveaux milieux m’a ouvert de nouvelles portes pour des nouvelles explorations, je pense notamment à la Loire mais également à des petites rivières testées en fin de saison.  Bref, je ne veux pas me renfermer sur ce que je sais faire mais compléter mes connaissances et mes pratiques sur cette espèce.

Là est mon principal objectif de l’année 2015 et j’espère bien multiplier les gros sujets avec - qui sait - peut-être un second sandre métré ?

A certaines périodes, l’overdose de sandre m’a également permis de reprendre goût à la pêche du brochet. Quand on est habitué aux grands milieux ; la Suède, grands lacs français… il est difficile de lancer des leurres dans nos pauvres eaux où les touches sont surtout fonctions des conditions météorologiques et du choix des lieux. Oui, nous avons du brochet, il nous en reste et même par endroit avec des tailles moyennes relativement hautes (75/85cm). Nous en avons peut-être pas autant que dans d’autres départements mais des sorties potables sont réalisables. Les densités de fourrages produisent quelques grands poissons sous-exploités. Voilà mon second objectif 2015 !

lun 2

Grâce à mes nombreux voyages (France et Suède), j’ai capturé un très grand nombre de brochets en 2014 avec régulièrement des 85/95cm + quelques métrés. 2015 va se tourner sur ces populations de gros individus qui dorment sans craintes dans nos cours d’eaux. Il est évident que je ne vais pas gagner à tous les coups mais je suis persuadé qu’il y’a moyen de sortir quelques gros spécimens.

16

Pour le reste, nous verrons bien.

19

Quelques sorties black-bass et silures sont programmées- les deux oubliés de la saison 2014 - ainsi qu’une continuité en compétition. Pour la 2nde année consécutive, je termine champion de France – rétrogradé Vice-Champion par erreur - Ce qui n'enlève en rien la performance et le titre de Mathieu C.

Nous verrons ce que 2015 nous réserve.

3

Toujours est-il que je vais continuer à d’abord pêcher et m’éclater (qu’importe les résultats). Nous verrons ensuite comment cela s’engage. L’espoir de représenter la France (avec les 4 autres sélectionnés) a été amorcé, affaire à suivre.

Ainsi se résume ma saison 2014, un grand remerciement aux amis, à la famille et aux sponsors pour le soutien apporté tout au long de l’année mais également à vous lecteurs par vos messages. Je vais désormais conclure ce bilan en annonçant le retour du Frangin sur le blog, qui  - après une saison d’apprentissage de nouvelles pêches - est désormais paré à vous les faire partager. Bar, congre, truite, brochet… seront vos nouvelles lectures.

0

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0