Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce week-end avait lieu la 6ème date du championnat de France float-tube zone « Nord ».

4

 Bien loin de nos contrées vendéennes, nous avons pris la destination de Cloyes-sur-Loir (Dept. 28) près de Châteaudun. Une manifestation qui était organisée par l’AAPPMA « Les brochetons du Loir » (qui porte bien son nom) et son président Jean-Luc Quernec sur le plan d’eau Fédéral des « Tirelles ».

1

Le site fait 24ha et était divisé en deux secteurs (A et B) que les compétiteurs ont pêché successivement selon le tirage au sort.

La Zone A (12ha) était caractérisée pas une faible profondeur moyenne (1 à 1.2m), une île et quelques herbiers alors que la zone B (12ha) avait une profondeur encore moins importante (0.80m) sans aucune structure de bordure et de pleine eau.

Sur cette date, les couleurs de RAPALA étaient en force avec la participation de Jean-Michel Marcon. Bien loin du cadre de la compétition, l’idée était de passée un bon week-end ensemble avec une sortie commune le dimanche. Mais au final, il faut le dire, Mr. Marcon est venu nous « botter les fesses » sur notre discipline…

5

Tout commence au petit matin, le fond de l’air est froid et les compétiteurs se réchauffent comme ils le peuvent dans l’attente du briefing et du tirage au sort. Les eaux de l’étang sont claires et la faible profondeur du site couplée à la chute des températures ne présagent rien de très bon sur l’activité des carnassiers.

La manche débute à 9h30, je commence par la zone A alors que David et Jean-Michel débutent en « B ».

La profondeur du site étant très faible avec une majorité des pêcheurs qui balayent les bordures, je décide de pêcher uniquement la pleine eau.

En effet, les fonds sont uniformes et rien ne peut retenir les poissons, de ce fait ils tournent dans cette masse d’eau et peuvent se tenir n’importe où. Mon idée est de peigner large et rapidement tout en jouant sur l’agressivité. Armé de ma Crucial 610MH en casting, je balaye de « l’eau » au Clackin’Rap.

Rapidement, je prendrais une première touche avec un premier poisson maillé (perche de 24cm) puis plusieurs petits brochets. Face à cette « petite » concentration de poissons, nous décidons avec un collègue de gratter la zone. Après quelques minutes, nous faisons monter à nos float-tubes un grand banc de perches maillées, nous tenons la « bonne zone ».

Mais voilà, nous sommes en plein milieu du plan d’eau sans de réels repères visuels, nous dérivons avec le vent et nous perdons rapidement le secteur !! Derrière nous, deux amis vendéens prennent le relais et retrouvent les perches. Ils y posent un repère et bloquent la zone.

Toute la pêche va se faire dans ces 10m², les perches sont nombreuses et d’autres carnassiers viennent se mêler aux chasses. Ils y prendront des petits brochets, deux silures et une pagaille de perches maillées. A leurs côtés, nous essaierons tant bien que mal de gratter autour « la pleine eau » pour également essayer d’intercepter des poissons mais en vain. Hors mis une seconde perche maillée pour moi, nous ne toucherons que des brochetons.

A midi, le constat est mitigé, toute la pêche c’est jouée sur notre zone « A » sur les 10m² au centre du plan d’eau. Quelques poissons ont également été validés en bordure alors qu’en zone « B » c’est le néant ; David et Jean-Michel sont capots !

Il est l’heure d’alterner entre les deux zones et nous avons une grande crainte : une montée d’activité sur ces fameux « 10m² » ! La zone a été repérée et divulguée, de nombreux compétiteurs risquent d’y passer l’après-midi alors qu’en zone « B », au vu du résultat du matin, nos chances sont faibles.

David et Jean-Michel feront pêche ensemble et trouveront un second banc de perches sous un ponton et y insisteront. David ne rentrera que des petiotes (une de maillée) alors que Jean-Michel trouvera l’astuce (micro jig) et bouclera un quota perches (6 poissons).

De nombreuses coupes de brochets joueront avec les nerfs des compétiteurs et (ce qui était prévisible) la petite zone de « 10m² » a rapporté beaucoup de poissons (perches et quelques brochets). Au kong final, nous savons que nous sommes dans les choux et que Jean-Michel a sauvé les meubles. Les nombreuses perches mesurées l’après-midi en zone « A » vont permettre à beaucoup de pêcheurs (capots le matin) de reprendre des places.

Au final, je me classe 11ème de l’épreuve contre une 16ème place pour David.

La gagne se fera avec 5 perches et 1 brochet pour l’ami John Rivasseau, deux silures et 4 perches pour l’ami Sylvain Berland et la 3ème place sera attribuée à Jean-Michel avec son quota perches.

3

Les « zébrées » auront permis à beaucoup de pêcheurs de sauver les meubles, un résultat qui aurait pu être tout autre si les brochets avaient voulu mordre. Puisqu’au vu du nombre de brochetons capturés (entre 2 et 300 sur la journée : de 5 à 20 par compétiteurs), la population semble conséquente puisqu’il ne s’agit que de la reproduction naturelle (aucun alevinage) !

En bon perdant, nous paierons samedi soir le restaurant à Jean-Michel pour sa belle performance. Nous parlerons pêche, pêche et encore pêche en prévision de la pêche du lendemain.

Dimanche matin, sous un air glacial, nous avions misé sur une descente de la rivière locale : le Loir. Une rivière magnifique où les herbiers abondent, le tout dans une eau translucide (loin de nos rivières ligériennes…).

Comme la veille, le coup de froid avait calé les poissons et nous alternerons toute la matinée de techniques pour trouver la pêche, en vain !

2

Les perches sont restées inexistantes (deux poissons de 20/25cm) et même les chevesnes jouaient avec nos, pardon mes nerfs. Seuls quelques petits brochets se laisseront séduire au fil de nos dérives, (8 poissons de 45 à 70cm) sans réelles techniques miracles. Le seul gros poisson ferré sera décroché par David, un brochet de 90/100cm qui est venu claquer le Spinner dans ces palmes. Le manque de bannière et la nervosité du poisson auront eu raison du ferrage, dommage !

En finalité, nous avons passé un excellent week-end malgré le manque de poisson et de réussite. Revanche prise à l’Aube où nous retrouverons Jean-Michel, en attendant, le week-end prochain nous concourrons à l’open de Trémelin.

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0