Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Allez après la présentation lors de l'ouverture du blog, un peu plus d'informations sur la Team Himbert.

La pêche, qu'est ce que c'est ???

Ah tiens alors que nous avons un poil plus de 3étés ^^ nous voilà chacun sur les genoux d'un père pêcheur. Déjà à taquiner et martyriser quelques poissons. Les gardons et autres vairons étant relativement joueurs, David a vite accroché à cette passion. Moi j'y allais aussi, mais à l'époque il m'arrivait aussi de dire non ???? (
Je devais être fou )
.
Enfin bref, notre cher paternel nous a tout appris sur la pêche au coup, mais nous a surtout appris les premiers pas de la patience.
Au fur et à mesure du temps, nous nous sommes améliorés et nous sommes devenus autonome dans la pêche au coup. Si bien que nous y allions régulièrement le samedi, pour faire des vifs pour le dimanche matin pour le père qui lui allait ensuite aller taquiner le sandre au posé.

C'est dans les âges de 6/7ans que nous avons vraiment pris conscience de à quoi ressemblait un sandre, un brochet, une perche... Mais à ce moment là, nous nous pêchions qu'au coup. On effectuait quelques concours de pêche au coup dans le département par l'intermédiaire d'une appmma locale "
Gardon genestonnais
".
Le virus de la pêche était là, déjà omniprésent en nous, d'ailleurs lors des concours nous arrivions régulièrement en tête, ainsi que sur le podium
(Merci papa et son amorce miracle)

En semaine, nous allions directement en bas de chez nous pêcher les vairons, goujons et autres petits poissons. Je me rappelle même que nous nous étions spécialisés dans la pêche au chevesne. On les pêchait à la grande canne au ver, à la sauterelle, à vue ou au buldo.
Au fur et à mesure du temps, notre mère avait commencé à nous emmener voir notre père. Ce dernier solidement posté sur ces postes à sandres en attente d'un départ.
Au final on se bagarrait, se chamaillait plus qu'autres choses avec lui.
Avec le frangin on se faisait un concours de celui qui voyait le premier l'élastique ou le caillou sauté. Afin de crier le fameux mot
départ.
Ces lors de ces fins de matinée que nous avons pu voir nos premiers sandres se faire prendre. Toutes les techniques employées par le père pour les tromper, la finesse du choix des postes, du lancer à la bonne position, du contrôle fréquent des lignes... Tout un art, que notre père nous apprenait et nous expliquait.

Vers 8ans, notre père commença à nous apprendre à lancer. Pour cela il montait une canne à lancer légère avec un flotteur, un ver de terre. Et hop là, après avec le frangin on alternait une touche sur deux. Les poissons chats nombreux et souvent très mordeurs, nous ont ainsi permis de nous faire rapidement la main.

Par la suite très rapidement, nous avons acquis une petite canne à lancer chacun. On se levait à la même heure que le père, et comme lui nous portions fièrement nos affaires. A vrai dire "plus légère" car seulement composée d'une canne et de quelques vers de terre.
Alors que lui pêchait le sandre, nous on s'éclatait aux poissons chats. De temps à autres une anguille venait jouer sur nos cannes pour nos plus grands plaisirs.
D'ailleurs comme tous gamins, notre jeu était de défaire nous même le caillou qui servait d'indicateur. Le but était simple, ferrage dans le vide, et relancer
(là était l'intérêt de la chose
).

David déjà très chanceux à l'époque, prenait (
sans le vouloir par cette méthode bidon de " faux départs»)
des poissons qui n'avaient pas eu le temps de signaler la touche. Et déjà en pêchant au coup il avait capturé un sandre de 38cm et quelques zizis brochets sur du 8%.

C'est durant le Noël 1998, que contre toute attente nous avions reçus nos premières vraies cannes à lancer.
L'objectif était simple, 1999, pêcher les carnassiers avec papa.

Et la nuit avant la première ouverture fût interminable, comme toutes les autres depuis.
Cette première ouverture est restée gravée dans ma mémoire. Imaginez-vous avoir 50 pêcheurs (surement
3 fois moins, car souvenirs d'enfants de 9ans 1/2 ^^). Je fût le seul à
prendre un poisson sur l'étang. Ma première ouverture et mon premier sandre.
Ne cherchez pas pourquoi maintenant je me suis spécialisé sur la pêche du sandre !!!  Vous pouvez vous en prendre qu'à mon père ^^. C'est lui qui a fait rentrer le virus de la sandromanie, virus qui n'a jamais été guérit.

Ce premier poisson, était certes pas bien gros: 51cm pour 1.1kg (et oui à l'époque le No-Kill et autres termes, on ne connaissait pas
).
Enfin bref au fur et à mesure des sorties, avec le frangin nous avons pris chacun nos tour des sandres. Et dès l'an 2000, alors que nous n'avions que 10ans1/2, nos premiers vrai gros sandres. Des poissons de 75-76-77cm et des images gravées à jamais dans nos mémoires, nos yeux de gamins explosaient de bonheur.

Enfin bref tous ces premiers poissons, que se soit les premiers sandres, brochets ou black-bass (dès 2002) ont été pendant longtemps des supports à anecdotes, rêves et autres la nuit.
D'ailleurs toutes ces premières prises ont définitivement arrêté (malgré de belles performances à l'époque
)  une évolution de pêcheurs au coup.

Et c'est jusqu'à un âge de 12/13ans que la pêche des carnassiers étaient pour nous synonymes de pêches à poste fixe au posé ou au flotteur. La remise des poissons à l'époque on n’y pensait même pas. C'était quelques choses de normales pour nous d'en conserver. Par contre, il est certains que nous n'abusions pas de la richesse piscicole comme certains viandards. On pratiquait déjà sans le savoir une pêche raisonnée. On gardait ce qu'on avait besoin ( avec des mailles augmentées), et on remettait le reste.

Le grand changement dans nos comportement a débuté en 2003 alors que nous étions âgés de 13ans et quelques patates. De mon côté, avec l'essort d'internet, j'ai commencé à regarder un peu ce qu'il s'en disait en matière de pêche au sandre et autres.
Des noms comme tirette, leurre souple, Mort-manié, cuillers... et autres étaient alors sans cesse mentionnés.



Courant 2003, nous avons donc tout en continuant de pêcher au posé, testé ces techniques "nouvelles" pour nous.

Après le virus de la pêche, puis celle du sandre, est arrivé le virus de la pêche active.
Les résultats sans être miraculeux ont tout de suite favorisés l'apprentissage. Tout d'abord des perches, des brochetons, quelques brochets maillés ainsi que de rares sandrillons se sont laissés piégés.
Malgré des débuts laborieux c'était de grand moment de pêche pour nous débutant, de pêcher ainsi.

D'années en années nous avons continué sur la chose. Le dimanche c'était généralement la sortie pêche au posé avec le père et après le reste de la semaine au lancer avec le frangin.

L'apprentissage fût très dur car nous avons appris tout seul. Néanmoins au fur et à mesure les poissons (toujours petits) se multipliaient. A l'époque on pêchait avec des petites cuillers, des micros shad basiques et autres Grub. Mais également aussi avec quelques petits jerks et minnow. Les poissons visés: perche pour l'essentiel, brochet ensuite si il y'en avait et puis c'est tout
Le sandre on en prenait pas au leurre. D'une on pêchait dans très peu d'eau, de deux on pêchait avec de très petits leurres et de trois dans des coins où franchement, les chances d'en prendre était minime. Pour le black-bass, c'est simple où on "
s'entraînait"
, il y'en avait pas. 

Mais têtu comme nous étions, nous arrivions tant bien que mal à capturer des poissons maillés, tout juste maillés certes. Mais des poissons qui renforçaient l'envie de poursuivre.
Après une découverte en 2003, les années 2004 et 2005 furent des années mémorables. Aussi bien d'un point de vue technique, que découvertes.
C'était simple, nos temps libres, nos vacances.... se passaient tous au bord de l'eau. On effectuait des sorties à thèmes. Aujourd'hui on pêche au Spinner, aujourd'hui en drop shot, aujourd'hui à ...
Et ce jusqu'à temps de " maitriser " la technique. J'entends par " maitriser ", savoir animer, prendre des poissons régulièrement, savoir quoi prendre suivant les conditions..... Enfin bref sans parler de faire 15 poissons par sorties avec. Au moins prendre quelques poissons, quitte à faire un carton, mais dans tous les cas comprendre ce qu'on fait.
Durant l'année 2004 nous avons pu ainsi passer en revue pas mal de techniques de pêches différentes. 

DSCN0078
DSCN0083

Et la chose qui faisait énormément plaisirs, était celle de partir 15jours en vacances dans une région montagneuse (Pyrénées, Cantal, Aveyron, Jura, Alpes...) et de louer des gîtes à proximité de lacs ou de rivières. Ces 15jours de vacances avaient d'abord un but de visites et découvertes en famille, mais pour nous pêcheurs, certaines journées et surtout le soir, étaient d'aller tester nos connaissances acquises, sur ces terrains méconnus.
Et le plus beau était qu'on prenait des poissons: perches et brochetons pour l'essentiel. 
Ces vacances nous ont permis de découvrir la pêche dans des milieux divers, dans des cadres et conditions très variées....
Enfin bref la bonne école.


Et de par le fait qu'on passait notre temps à la pêche, à apprendre, persévérer. Sans s'en rendre compte, le niveau de pêche a vite évolué.
Avec le frangin courant les vacances d'étés, on partait tout simplement la journée entière à pied ou en vélo à la pêche.
En résumé 2mois de pêches intensives où nous avons fondé toutes nos bases en accélérées. Au lieu d'apprendre en 5-6 ou 8ans, par les centaines d'heures cumulées passées au bord de l'eau. On a appris en très peu de temps à effectuer les bons gestes, les bonnes animations, à apprendre les techniques de lancers.

DSCF1876



En 2005, les choses n'ont fait que se poursuivre et s'améliorer avec une très forte augmentation du nombre des prises, des tailles de plus en plus hautes...
Et surtout des prises de plus en plus régulières de sandres aux leurres. Poisson qui jusque là était pêché que le dimanche avec le père, principalement au vif.
Mais qui grâce à la connaissance acquise à l'aide de notre grand professeur qui est notre papa, mais aussi à l'aide des observations acquises au bord de l'eau ne pouvaient que se multiplier.
DSCF1882
DSCF2427

Toujours dans les mêmes temps, avec ma présence sur les forums et mes lectures de plus en plus assidus des articles, nous avons admis la pratique du No-kill. Tout du moins à l'époque sur les espèces du brochet, du black-bass (peu de prise car nous ne pêchions pas dans des secteurs où ils étaient présents) et de la perche.
Néanmoins nous nous ne privions pas de conserver de temps à autres un beau sandre, au fur et à mesure des années, les choses se sont consolidées. Et désormais seuls les sandres condamnés (très mal piqués, saignants, ne repartant pas...) sont graciés pour la table.

Copie de DSCF2425

2006 et 2007 furent des années qui n'ont fait que succéder aux progressions des années antérieures. Mais avec la redécouverte de la pêche du black-bass
( skipping, pitching et tout ce qu'on veut qui en découle)

De par ce fait, la progression a continué avec la découverte de nouvelles méthodes d'approches, de pêches et de sensations.

brochet 04
DSCF2209
DSCF2217
DSCN0508
DSCN0390
PICTz0008
DSCN0532
DSCN0328

Ces deux dernières années et ce début 2010 ne sont que l'évolution de 5 années consécutives de pêches intensives.
Années qui doivent cumuler peut-être l'expérience de 10années de pêches si ce n'est plus d'un pêcheur allant à la pêche de manière classique, apprenant à son rythme.
Tout aussi fou que nous étions à l'époque avec le frangin, sans se rendre compte de ce qu'on faisait nous avons bouffé des heures et des heures de pêches. Qu'une seule phrase en tête
" Partir à la pêche"

Et ce qui est marrant dans l'histoire c'est que tout deux avons pris des chemins différemment sur le point de vue stratégie de pêche. L'un ( David) c'est orienté vers des pêches fines et funs de la perche et du black-bass. Et s'adonne que s’il est nécessaire à la recherche du brochet et du sandre. Il pêche également qu'en casting et que très rarement en spinning, essentiellement avec des leurres finesses et autres, à la recherche des perches et black-bass.

DSCN1233
Photo 004
PICT0021

Alors que moi je me suis concentré sur le sandre et le brochet, sans laisser à l'abandon le black-bass. La perche étant un poisson sur lequel je ne me penche pas trop sauf si recherche spécifique de gros sujets. Et au point de vue du matériel c'est tout l'inverse, canne spinning, pêche lourde avec des leurres de tailles assez conséquents.

DSCF3884
Photo 002
PICT0015


En gros l'un a suivi l'évolution de sa pêche et est resté sur ces dernières sensations à savoir, le black-bass et la perche en light. Alors que moi. Même si j'ai suivis cette même évolution, je suis retourné sur mes origines que sont le sandre.

Enfin bref si il y'en en qui ont eu le courage de tout lire, la conclusion est toute simple.
L'évolution de la pêche en générale, de nos pratiques, du niveau... intervient par l'ouverture d'esprit, la découverte d'un " autre chose", d'un perfectionnement. Au lieu de rester sur des aprioris et garder du recul, se jeter les deux pieds dedans quitte à chuter ou glisser. Mais dans tous les cas ne pas rester renfermer. L'apprentissage s'effectue par les heures passées au bord de l'eau, les bredouilles, la persévérance. Si nous nous avons eu la chance d'apprendre en quelques années ce qu'on aurait pu apprendre en 10ans c'est parcequ'un peu trop passionné (passion peut-être d'ailleurs trop excessive bien que saine) nous n'avons pas reculé vis à vis des obstacles, bien au contraire. Nous avons décidé de les franchir, de les passer, quitte à butter sur une technique, insister, forcer pour réussir et approfondir.
Maintenant il y'a encore beaucoup de choses à apprendre, à essayer, tester. Nous sommes loin d'être complet, et encore peut-être trop renfermé sur nos techniques de prédilection. De ce fait on en délaisse d'autres parfois meilleurs dans une situation X. Les bases sont acquises, mais en ce qui concerne les espèces rien n'est acquis et tout reste à apprendre.

Partager cet article

Repost 0