Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Après chaque voyage en Suède, il y’a toujours un temps d’adaptation plus ou moins long où l’envie de retourner au bord de l’eau n’est plus ! Les sessions du week-end dernier (petits sandres le samedi + compétition compliquée à Graon) n’avait pas aidé à consoler mon moral !

 

Mais, entre discussions pêche et contacts téléphonique, j’ai vite repris le droit chemin, il le fallait… Pour cela, rien de mieux que de reprendre les bases sur un rapide coup du soir et une pêche rapide du brochet en power fishing ! Une canne, un spinnerbait, des Wadders : rien de plus simple !

 

Les poissons sont présents sur les postes habituels et rapidement la 1ère touche arrive ; un petit poisson vite relâché. Malheureusement le site n’étant jamais pêché, il a fallu refaire les trouées qui mènent à l’eau. Je déplacerai 5 poissons sur les bordures de 50 à 70cm avant de faire demi-tour. Les postes sont réalisés, d’ici peu je repasserai les saluer en toute discrétion ! Des beaux poissons règnent dans ces eaux et je ne doute pas qu’avec l’automne quelques-uns seront leurrés !

 

Samedi, une animation est prévue en après-midi et seule la matinée m’est disponible. Le réveil sonne à 5h, que faire ? Me lever ou en profiter pour un essai au sandre ! Mon esprit est mitigé mais avec toute la volonté du monde je finis par réussir à poser un pied à terre, plus le choix il faut se lever !

 

Le spot est sélectionné en dernière minute, le sondeur est oublié à la maison, je peux oublier les pêches de verticale pour une recherche en linéaire des poissons en chasse. Je suis seul, le soleil se lève lentement et une épaisse brume recouvre la surface.

1

 

Une ambiance mystique dont je ne me lasserai jamais ! Le moindre bruit est amplifié, la concentration est maximale et pourtant on voit à peine où on lance. Après 10 lancers, les sandres confirment mon bon choix de poste, ils sont là et mordeurs.

 

Le 1er poisson, 45cm arrive rapidement sur une animation agressive en linéaire puis un 2ndet un 3ème que je laisserai en attente au vivier de fortune que représente mon épuisette. Les poissons ne sont pas très gros, calibrés entre 45 et 55cm mais les touches sont nombreuses, de quoi ne pas regretter la sonnerie de mon réveil.

2

 

Le poste est marqué, la brume se lève et je sens qu’il y’a plus gros à ferrer. Rapidement un contact très lourd se fait ressentir, le ferrage est ok mais le poisson se dépique rapidement. Un second se décrochera au float-tube (70/75cm) pour finalement sortir le 3ème :

34

 

Ma matinée est dorénavant réussie, deux autres poissons de 35 et 55cm me rejoindrons vers 10h, heure à laquelle je décide de plier. Les poissons étaient tous postés sur une marche que je connais bien où se succède un lit de rivière parsemé d’obstacles. Un poste d’école où les poissons montent régulièrement chasser.

 

Mais la vraie sortie qui mérite cet article a été réalisée ce dimanche. L’ami John, féru de pêche en float-tube du bar, organise une session découverte. Au programme, pêche du bar dans les bouchots avec une éventualité de ferrer du maigre !

5

 

Le réveil est très matinal pour une arrivée au petit matin sur la plage de mise à l’eau. Nous sommes en marée descendante avec un courant qui pousse les float-tubes vers le large et les fameux bouchots. Les débuts sont hasardeux, que ce soit pour moi, Alain ou Walter, nous prenons nos marques ! Le courant longe les bouchots, les bars sont dedans et les leurres doivent atterrir entre les rangées ou en lisière. A la touche, pas de quartier possible, il faut tirer !

 

Sur la première heure, chacun trouve un peu de poisson, essentiellement des petits bars de 30/40cm qui réagissent sur des LS 4’’ sur TP 10gr animés à mi- profondeur. Jusque-là rien  de nouveau mais sur un lancer lointain en parallèle des encombres, je me prends une touche qui vous fait tout de suite comprendre que le client est sérieux.

 

La canne est cintrée, je palme comme un âne vers le large pour extirper le poisson des moules tranchantes mais je ne peux rien faire. Si le poisson ne me prend pas un mètre, je ne lui en prends pas non plus. Un gros remous finit par exploser en surface, décroché ! Pour le non habitué à la pêche en mer que je suis, je suis euphorique ! A première vue, il s’agissait d’un poisson autour des 65/70cm, une puissance incroyable !

 

Sur les lancers suivants, je prendrais plusieurs poissons de 40/45cm, rien de comparable !

6

 

Je ne parlerai pas de techniques, non expert dans ce domaine je ne me mouillerai pas dans des explications de positionnement des poissons mais j’ai de la touche et je m’éclate. Avec une 12aine de bars de 30 à 45cm, il me manque le petit plus qui rend une sortie inoubliable.

 

Nous sommes alors à l’étal, le groupe est divisé et je me retrouve avec John sur un linéaire profond de bouchots. La marée commence à remonter avec un courant qui s’intensifie, moment où les bars « adultes » semblent avoir décidé de monter.

 

Je prends une touche incroyable à la descente de mon leurre, le ferrage est puissant mais le frein chante déjà ! Une nouvelle fois je suis attelé sur du lourd, aucune erreur ne doit être commise. Je pompe vers le large et le poisson suit le courant. Arrivé sous le float, il s’en aide pour repartir de force. Le combat est agréable et jouissif mais je réalise une grossière erreur… Alors que le bar est très gros, je l’estime autour des 80cm et visiblement cuit, je desserre le frein pour éviter la casse sur un ultime rush. Le poisson en profite pour repartir et se décrocher…

 

Non énervé mais complètement euphorique de cette scène, je me repositionne et relance sur la dérive précédente, deux animations et BOUM. Un second poisson s’auto ferre et je redémarre un nouveau combat, le poisson est taillé à l’identique (un poil plus petit), j’hurle gros poisson à John en indiquant que je suis sur un banc de gros. Malheureusement sur l’un de ces coups de tête, la tête plombée se dépiquera sur un bridage un peu sec d’un ultime rush en direction des bouchots !

 

L’instant est irréel, je ne réalise rien et ne fait aucun état d’âme pour relancer encore sur la même dérive. Je récupère 3m et de nouveau BOUM. Le poisson est moins gros mais bien taillé : 55/60cm avec un combat bien maîtrisé. Cela dit, rien n’est à comparer en puissance aux précédents poissons touchés !

11

 

La séquence se poursuivra encore un gros ¼ d’heure où tous les 1 à 2 lancers je suis attelé sur un poisson de 50 à 65cm avec même en prime un moucheté d’une 40aine de centimètres.

7913

 

Je suis dans la bonne veine d’eau et en alternant les lignes de bouchots en fonction des mouvements des bancs de bars, je fais systématiquement mouche !

 10128

La marée continue à grimper avec un courant de plus en plus fort vers les terres mais nous arrivons à nous maintenir sur zone. En insistant plus en profondeur en pied de bouchots, je prends une grosse cacahouète. Au ferrage la canne est en deux avec un poisson qui descend le courant vers moi. Je pressens le gros poisson mais n’arrive pas à le juger. Mon adversaire tient le fond et une fois arrivé à mon niveau, j’annonce big fish ! Le poisson tient le fond, je ne le décolle pas d’un centimètre et il file dans le courant.

 

Pour autant aucune violence n’est à déclarer, tout se passe en force avec des énormes coups de boules dans la canne. John annonce un maigre ! La pression sur la ligne monte mais j’arrive à maintenir le poisson dans le chenal. Chaque tentative est contrôlée avec un combat en lourdeur et des coups de massues de plus en plus intenses. Après 5mn de lutte, je finis par décoller le poisson et apercevoir un large reflet. Sur l’instant je crois au très gros bar mais c’est bel et bien un maigre qui m’a malmené. Le poisson mesure entre 80 et 85cm, superbe !

14

 

3 rapides photos pour graver à jamais l’instant et les abysses de l’océan retrouvent ce petit trésor.

 

Les heures tournent, l’euphorie se termine par quelques autres bars plus petits. Je n’ai qu’une seule chose à dire : Terrible !

 

Pour une entrée en matière dans la pêche en mer, je ne pouvais pas rêver mieux : des bars et 1 maigre. Si je ne suis pas devenu addict (je pense déjà à mes prochaines sessions au sandre), je ne cache pas que je vais renouveler l’expérience plus souvent. Merci à John pour cette découverte !!!

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0