Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défi prédators float tube de Villemouze

1er et 3eme place

 Habitués à concourir sur le championnat float tube (ex-AFCPL devenue GN CARLA), nous avons fait un petit extra en s’inscrivant sur une date nous tenant à cœur : Le Défi prédators Float tube de Villemouze.

 Inévitablement avec la régionalisation du circuit float tube, les compétiteurs se sont sectorisés signant la fin des grands déplacements, des week-ends découvertes et des retrouvailles entre amis « lointains ». Villemouze n’était pas dans notre programme mais quand c’est un ami qui l’organise nous répondons logiquement présents.

 En soit, une très bonne occasion de voyager et de revoir la personne à l’initiative de cette rencontre : Laurent ALARY.

Même si les kilomètres sont dans les pattes, qu’il est très tard, nous le retrouvons sur son pallier de porte avec le sourire. L’occasion de parler pêche, de dormir quelques heures et d’entamer une journée de compétition « amicale » et sans enjeu pour moi, Julien et deux autres amis.

Stratégie de pêche :

Avec sa superficie de 17ha, des fonds variant de 0 à 5m et une eau relativement claire, le plan d’eau de Villemouze contient brochet, sandre, perche, silure et black-bass en bonne densité. Si on rajoute à cela la diversité des postes (bordures et pleine eau) tout est mis à disposition du pêcheur pour battre un maximum de choix techniques. 

Julien en action

Malheureusement, ce début de saison a vraiment des difficultés à se mettre en place et l’activité carnassière était inexistante. Hors mis quelques poissons blancs et sauts de carpes, c’était le calme plat sur le plan d’eau.

Si au top départ, tout le monde s’est dispersé selon ces envies et convictions, Julien et moi avions respectivement comme optique de pêcher le sandre et le black-bass.

Ce dernier étant très sollicité sur cette date, j’ai d’entrée de jeu pris les choses en main et décidé de prendre une avance confortable sur mes seconds. En sommes, je n’ai fait qu’appliquer bêtement la règle la plus simple qui existe dans la pêche du black-bass : « premier arrivé premier servis ».

Ma technique était simple : flappin’craw monté en trailer sur jig et prospection rapide de chaque poste.  Tandis que Julien descendait les pentes et cassures une à une au shad (linéaire et verticale) dans l’espoir d’y intercepter les sandres.

La solution :

Après une grosse heure de pêche, les résultats étaient blancs pour tous les compétiteurs avec une absence totale de touches (même de poissons non maillés !!!).

A force d’alterner les profondeurs de pêche, les animations et les teintes de leurre, Julien finira par localiser les sandres. Cependant, leurs présences ne se faisaient sentir que par de brefs contacts inferrables.

De mon côté, par l’absence de résultats en périphérie et en intérieur des branches noyés « accessibles ». J’ai décidé de prendre des risques et d’aller chercher mes amis black-bass au plus profond des obstacles ! 

A ce jeu, il n’est pas question de finasser dans l’approche ou de skipper uniquement dans les trouées visibles. Bien au contraire, il s’agit de pénétrer la barrière végétale qu’elle que soit son épaisseur ! Pour ce faire, j’ai changé de puissance de canne et de tresse pour passer en mode « sanglier ». Et c’est finalement sur un lancer hasardeux par-dessus les branches (pour atteindre l’eau) que je subis ma première attaque.

Le black-bass se loupe à la première tentative et m’arrache finalement la canne sur le second posé. Sanctionné comme il se le doit, pas question de le laisser prendre du fil ! J’arrive à le bloquer dans son élan et caler sa tête hors de l’eau. C’est ensuite passé le moment critique d’aller le chercher et de couper le fil pour l’extraire mais ce poisson est finalement arrivé à moi !

Un black-bass  comme on les aime : ventru, massif et en pleine santé. Si bien proportionné qu’il ne logeait même pas en largeur dans la goulotte !! Mesure par conséquence « approximative» à 48.5cm !

Big Fish du jourPhoto 029

Etant le seul et unique poisson mesuré, il me classe provisoirement en tête. Un risque qui était à prendre et à ne pas laisser échapper, puisque ce sera le seul black-bass capturé dans la journée. Non pas qu’ils n’étaient pas présents, nous en avons vu en pleine eau à marauder (dont quelques un que je décroche au crankbait ).

Au sujet des sandres, Julien finira par trouver « la zone » de concentration.

Attractants, couleurs, animations, grammages… il finira par s’arracher les cheveux en succédant les ferrages dans le vide. Juste un daignera taper un peu plus fort que les autres ; mais mal piqué, il se décrochera quelques secondes plus tard.

Dernière chance : les perches

Face à cette absence de captures, nous avons fini par miser notre pêche sur les perches. Des bancs que nous avons réussi à localiser sous les bancs d’ablettes stockés sous d’épaisses couches de pollens en surface.

Malheureusement, nous aurons beau succéder les perches, aucune ne maillera ! Les plus grosses ayant été contrôlées (avant mesure) sur les goulottes des commissaires à 19.8/19.9cm.

Quoi de plus rageant que de prendre des poissons où personne n’en rentrent à qui ils ne manquent que quelques millimètres.

Julien en fera malheureusement les frais, malgré une 20aine de sorties ; au gong final il sera capot !

Résultats :

Vous l’aurez compris, la journée fût très éprouvante !

 Photo de groupe

Au final se sont un black-bass et une perche de 20.5cm qui seront comptabilisés. Ce qui me classe 1er de ce défi Prédator ! De la 3ème à la dernière place, les compétiteurs seront tirés au sort pour le classement final.

Julien sortira 3ème au tirage.

Bien qu’absurde et sans poisson maillé, cette place est plus ou moins méritée au vu de sa prestation du jour. Il a su trouver les sandres puis en ma compagnie les perches (sans jamais réussir à mailler).

Bien que cette date fût très difficile à appréhender, nous en tirons un grand bénéfice. En effet, malgré l’inactivité totale des carnassiers, nous avons réussi à trouver les poissons et tirer notre épingle du jeu.

 Remise d'un cheque poisson

Si le défi Prédator de Villemouze était pour nous une rencontre amicale, il faudra savoir prendre les poissons maillés sur les dates GN Carla :

-         5 Août : Lac de Saint Vincent-sur-Graon.

-         18 Août : En Bretagne sur la rivière Aulne.

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0