Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour beaucoup de pêcheur le démarrage d’une saison de pêche est voué à de nombreux rêves, objectifs, idées et envies « pêche » à réaliser.  Si certains « rêves » s’évanouissent, d’autres se réalisent … mais tout reste possible jusqu’à la dernier sortie, le dernier lancer…

 

Aujourd’hui, onze mois viennent de s’écouler et nous entamons  le « dernier mois » de la saison. Bien qu’il s’agisse d’eaux froides et de rudes conditions pour le pêcheur, il y’a souvent à la clé ; des grosses pièces qui peuvent sauver ou conclure l’année écoulée.

 

Alors à vos cannes pour ce « mois espoir » où tout peut arriver ! Pourquoi pas une grosse femelle sandre en gavage ou un brochet « poutre »…

  

Toujours est-il que nous ; nous y étions !

 

Dernier-mois 7129

 

Après une semaine à courir quelques heures au bord de l’eau sur les postes « d’hiver » où une multitude de petits sandres (de la folie !!!!) s’entassent au point de désespérer prendre un vrai gros (les eaux sont claires, ça peut venir au premier coup d’eau…). Le week-end était le bienvenu pour rechausser les palmes et verticaliser.

 

Malheureusement, ce travail je le ferai sans mon binôme ; David, partit concourir chez les tourangeaux sur une compétition amicale (avec également la doublette: Alain et Walter). Une date à laquelle je ne pouvais pas participer (vidange d’étang et Sport) et que David complètera par un article ces prochains jours.

 

Bref, revenons-en à nos sandres !

 


 

Samedi 01/12 :

 

Engagé le matin à participer à la vidange de l’étang d’alevinage de l’AAPPMA ; ce n’est qu’en début d’après-midi que je pu me libérer pour une séance verticale.

 

Je ne vous raconte pas toute mon excitation et toutes mes espérances à la vue de cette « micro sortie » ; surtout après avoir manipulé des sandres toute la matinée dont certains avoisinaient les 85cm !

Float-tube gonflé, je chausse les palmes en vitesse (pas de temps à perdre) pour engager ma séance de traitement.

 

A l’allumage de l’échosondeur, la sonde m’indique une température d’eau  à 9.0°C (valeur relativement correcte au vu des gelées matinales). N’ayant pas beaucoup de temps devant moi (3h de pêche), je décide de tout de suite m’orienter sur une grande ligne de « pêche » :

 

-           Poissons descendus en-dessous les 7.5m de profondeur

-           Poissons apathiques et posés au fond = verticale pour insister sur les zones

 

Dans de telles conditions pas question de finasser, l’idée est de présenter une bonne bouchée (minimum 4 ‘’) sous le nez des sandres sur des grammages assez lourds (pour taper le fond) et c’est ainsi que j’entame ma pêche autour des 8.5m.

 

Une première demi-heure s’écoule, les touches sont inexistantes, je commence à varier les vibrations des shads (plus ou moins forts battoirs) jusqu’à ce que je subisse une grosse cartouche inferrable (malgré le triple voleur…).

 

Je reprends alors attentivement mes dérives où deux autres cacahouètes me laissent supposer que la solution est trouvée. Les touches ont lieu dans les 9.0m, le chartreux semble satisfaire…

 

Oh que non !

 

 Les dérives se succèdent, sous moi j’ai des échos de malade et je ne déclenche aucun poisson ! L’heure tourne, le capot commence à pointer son nez… pas le choix il faut que je trouve ! J’alterne alors par des leurres finesses, moins de vibrations seraient peut-être plus fructueux ?

 

Malheureusement je réalise le même résultat alors qu’au loin ; un bateau m’enchaîne deux sandres (70 et 60cm) au plomb palette. La solution serait aux pêches agressives ?

 

Allez hop, je sélectionne des postes similaires à l’emplacement de l’équipage « plomb palette » et commence ma prospection colonne par colonne au jigging rap ; où malgré des échos de folie ; aucun contact et aucun petit toc viendront me conforter.

 

Il reste 1h de pêche, le capot semble inévitable, je décide de changer quelques variantes en verticale ! D’une nage lourde et sèche, je diminue les grammages (de 14/18gr dans 8m, je passe en 7gr) pour une présentation plus planante.

 

Première dérive, aspiration, ferrage et enfin le premier contact. Les coups de têtes sont serrés et rapides, nul doute ce n’est pas un sandre mais une perche, pardon une grosse perche. Après quelques hésitations à m'en saisir (doigts gelés), elle est enfin dans le float !

 

Dernier-mois 7136

 

Je veux la mesurer et la photographier mais il m’est impossible de le faire « proprement » avec des baguettes en guise de doigt…

 

Un petit tour sur la berge et un coup de minuteur me permettront de valider ce poisson à 47cm.

Dernier-mois 7143

 

C’est bon de dédouiller ainsi !

 

Une petite sœur de 25/30cm viendra me rejoindre quelques minutes plus tard ; par contre les sandres ?

Et c’est justement au moment où je me posais cette question, qu’en remontant un talus (6.8m) c’est le fameux TOC.  Aussitôt sanctionné, ma « piqure » monte au float tube, pas un gros poisson (autour des 50cm) mais je prends quand même ^^.

 

Dernier-mois 7152Dernier-mois 7154

 

Malheureusement, j’ai tardé à comprendre la pêche ou tout du moins ce qui pouvait fonctionner. Il est l’heure de plier les bagages, juste le temps de faire une dernière dérive et de ferrer un 2ème et dernier sandre de 45/50cm.

 

Comme quoi la pêche se joue parfois à pas grand chose ! Une nuance peut tout déclencher…

 


 

Dimanche 02/12 :

Après une matinée « sportive » désastreuse, nous partons à deux sur un autre site tenter une nouvelles fois les sandres !

Les eaux plus fraîches (7.5°C) y ont malheureusement bien calmé les poissons. Un échosondeur à 90% du temps vide et ; qui plus est ; un choix de poste merdique (de ma part) avec aucune structure flagrante ! De quoi vite tourner en rond.

Malgré tout, dans ces conditions une technique permet rapidement avec une nage lente (mais plus rapide que la verticale) de battre du terrain : La diagonale.

23

 

Après quelques calages de profondeur, les premières touches sont arrivées et se sont enchaînées avec une profondeur de pêche trouvée (6.2/6.8m).

1

 

Malheureusement, l’essentiel des tapes étaient loupées (2 seulement de pris en diagonale). La verticale (en 7gr du coup ^^) a alors pris le relais pour finir le boulot sur les zones localisées.

Nous prendrons une poignée de sandres et uniquement des sandres calibrés autour des 50cm (sauf deux de 35cm) en 3h30 de pêche. De quoi remotiver et laisser patienter au week-end prochain avec cette fois-ci ; des journées complètes...

Partager cet article

Repost 0