Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

IMGP0624

 

     

A travers ce récit, je vais vous compter l’aventure de 4 pêcheurs partis à l’assaut des grands lacs landais en float tube ! Autant vous dire que nous ne sommes pas revenus indemne de ces vacances pêche, aussi bien au niveau des captures que des paysages.

 

La chose là plus dramatique dans cette histoire reste immanquablement le retour chez soi. Il est évident qu’après la semaine que nous avons pu vivre, l’euphorie est encore présente avec des images et sensations plein nos têtes.

 

Néanmoins ce séjour, nous a permis de mettre le doigt sur la pauvreté de nos eaux ! Comment expliquer cette différence de gestion des populations piscicole ?

 

Quand on voit que sur ces lacs, le black-bass est en no-kill total, les perches ont une taille légale de capture, que des quotas de prises ont été mis en place, sans parler des aménagements humains pour la bonne reproduction des espèces carnassières !

 

Autant dire qu’il y’a encore du chemin à faire pour que ces mesures, si bénéfiques aux poissons, soient mises en place sur une plus grande échelle. Il est certains que nous ne pouvons pas comparer les milieux des uns des autres. Il est clair que chez nous, il ne s’agit pas de lacs naturels de plusieurs milliers d’hectares mais en revanche, rien n’empêche que des choses soient mise en place.

 

Revenons-en à ces fameux lacs landais et parlons-y pêche !

 

Je pense et sans me tromper que chacun de nous quatre n’avons qu’une hâte, celle d’y retourner. Des perches en quantité effarante, des brochets omniprésents, des black-bass très bien implantés. Je n’évoquerais pas les sandres, poisson mythique de ces grands lacs ! Malgré cette richesse piscicole énorme, il ne faut pas croire qu’il suffit de lancer n’importe où pour faire mouche !

 

Ces lacs sont d’immenses plages à fond uniforme sans réel structure apparente ! Ils ont une largeur moyenne de 2-3 voir 5 kilomètres pour une dizaine en longueur !! En ce qui concerne les profondeurs, ne pas s’attendre à des grands miracles. Pour notre part et à titre d’exemple, nous avons pêché dans 1.4m de profondeur à plus de 800m des berges !

 

Ces lacs sont finalement d’immenses bassines sableuses où l’élément essentiel pour faire pêche, est le vent.

 

Ces mers intérieures à proximité immédiates de la côte sont balayées toute la journée par le vent, créant ainsi des courants de surface. Ces derniers déplacent les sédiments, la nourriture et dans la même échéance le poisson fourrage et les carnassiers. La pêche peut se faire tel jour sur tel zone. Tandis que le lendemain, la zone sera déserte et le poisson localisé 200, 500 voir 8 ou 900m plus loin. Cette nuance pourrait être minime si on n’était pas au milieu de nulle part sans réel repère visuelle !!!

 

Durant toute la semaine, la pêche a essentiellement été basée sur le vent et les déplacements des bancs de poissons sans cesse en mouvement. Nous avons même été à près d’un kilomètre des berges pour trouver le poisson !! Sans repère précis, un véritable casse tête au milieu de cette immensité pour retrouver la zone!

 

Néanmoins, une fois que les poissons étaient localisés (perches pour l’essentiel), l’orgie était lancée. Avec le vent, les vagues et le manque de repère, rester sur les postes n’était pas facile. Régulièrement en se laissant involontairement dériver, on s’écartait et perdait le banc ! Avec des repères visuelles précis à + ou – 100m près, on arrivait en général à retrouver la concentration de carnassiers quand celle-ci ne s’était pas déplacée !

 

Je sens déjà les interrogations venir. Comment trouver les bancs sans aucune connaissance des lacs et des fonds au milieu de ces mers intérieurs ?

 

Et bien on va dire que nous avons eu un peu de chance. Dès notre arrivée le dimanche, nous avions localisé une zone (à + ou - 100m de la bordure) où différents pêcheurs en bateau (dont des pêcheurs de renoms en Bass boat) stationnaient. Les pêcheurs locaux sont toujours une mine d’informations très intéressantes et valable quand on est nouveau sur un secteur. Néanmoins, comme expliqué auparavant, la pêche d’un jour sur l’autre est totalement différente. Après une première belle pêche le lundi, les poissons avaient déserté le secteur par l’influence des courants et du vent. Il était évident que le poisson n’était pas rendu à l’autre bout du lac, mais encore dans les environs proche (la grosse centaine d’hectares aux alentours ^^). Sans connaissance et repère, il était presque impossible (sauf en ratissant mètre par mètre) de retrouver rapidement sans perte de temps la zone du jour.

 

De la même manière quand mer, nous avons fait confiance aux mouettes. Elles chassaient et piquaient sur des zones définies. Certains jours, il nous a fallu palmer et palmer (entre 3 et 10km dans la journée) avant d’arriver sur les zones de chasses. Mais à chaque fois nous tombions sur des grosses concentrations d’alevins (perchettes et gardons) où les carnassiers (perches et brochets) chassaient.

 

Par la suite, il nous suffisait (à chacun) de se prendre des repères visuelles pour selon nos fortes dérives (involontaire : vent et courant) se repositionner (à la louche) sur la dite zone du jour.

Cette recherche incessante des poissons a réellement été le point le plus intéressant du séjour. Le fait d’être sans cesse à l’alerte de la moindre activité, des chasses de mouettes ou de carnassiers, de peigner à droite et à gauche avec des techniques plus ou moins rapides, fût très enrichissant.

 

La pêche en elle même était en revanche assez simpliste, quand on a plusieurs milliers de carnassiers en activité alimentaire devant nous, il n’y a pas grand chose à chercher mise à part peut-être le leurre ou la couleur qui rapportera les plus gros poissons !

 

Il est évident que toutes les explications ci-dessous n’ont été valables que pour les pêches en pleine eau. En effet nous avons également pêché et testé les bordures.

Honnêtement et sans hésitation, la pêche de bordure était plus aléatoire qu’en pleine eau. Bizarre et pourtant vrai !

 

Les poissons sur ces lacs ne colonisent pas tous le linéaire des berges mais que certains secteurs. Encore une fois, sans connaissance de ces coins, on se casse littéralement les dents.

Dans notre séjour, nous avons procédé de la manière suivante, à savoir en général :

 

-           Matin : pêche en bordure sur des coins localisés sur carte

-           Après-midi : recherche des poissons en pleine eau selon description ci-dessus

 

Le résultat de la semaine est sans équivoque, 95% des poissons ont été pris en pleine eau (perches et brochets). Les bordures nous ont juste permis de capturer des black-bass, localisés sur des zones définies et restreintes.

 

Avant de commencer l’album photo journalier des différentes captures, je tiens à préciser différents points en ce qui concerne les photos.

 

De nombreux clichés présentes des doublés, triplés voir plus, de perches. Il faut savoir que nous pêchions sur des euphories carnassières, les prises s’enchaînaient à des vitesses hallucinantes. Les poissons (uniquement les perches) étaient alors, l’instant de quelques minutes dans l’attente des prises suivantes, conservés derrière le dossier du float tube (dans la poche d’eau permanente) ou alors dans un vivier à carpe.

 

Black-bass, brochets et très grosses perches était en revanche immédiatement remis à l’eau.

A noter également, sauf erreur de ma part qu’aucune photo ne présente le même poisson deux fois de suite. Sur chacune des photos, il s’agit de perches différentes, capturées tout au long des sessions. Seules les photos des plus beaux poissons sont en plusieurs exemplaires.

 

Les membres de l’expédition :

 

-           Walter

-           Julien

-           David

-          Théo

 

Particularité : Grands lacs

 

Poissons présents : Tous en grand nombre

 

Difficultés :

 

-          Absence de repères

-          Absence de structures

-          Fond uniforme

-          Vent et courant interne aux lacs

-          Aucune connaissance des biotopes

 

 

 

Dimanche 15 août : Découverte

 

 Premier lancer pour julien, premier poisson, brochet de + ou - 60cm:

  

IMGP0514

 

Julien sur-enchérit quelques minutes plus tard avec le premier black-bass:

 

 IMGP0735

Suivis du second:

  

IMGP0738

 

 Le festival continu avec une belle perche:

 

IMGP0516

 

Au tour de David de prendre son premier poisson:

 

IMGP0518

 

Puis de Walter:

 

IMGP0519

 

Spot pêché:

 

IMGP0742IMGP074317 

 

Nouveau black-bass:

 

  18

 

Dernier poisson de la journée:

 

IMGP0521

 

Comment expliquer ces résultats ? (de la triche...):

 

IMGP0739

 

Bilan de la première journée:

  

- 5 brochets (2 maillés)

- 3 sandres non maillés

- 105 perches avec 3 jolies

- 10 black-bass (5maillés)

 

Lundi 16 août: Carnage

 

Aperçu de la clarté de l'eau :

 

 DSCN3225DSCN3226

 

Paysage surprenant :

DSCN3230DSCN3234

 

Des perches :

DSCN3239DSCN3242DSCN3256DSCN3254IMGP0525IMGP0532

 

Même les leurres maison façon Haribo fonctionnent :

 

IMGP0531

 

Des brochets :

 

DSCN3228DSCN3244DSCN3246DSCN3249DSCN3253DSCN3251DSCN3258

 

Après la remise à l'eau sans photo d'un 75cm, nouvelle erreur et retour précipité d'un joli brochet :

 

  DSCN3252

 Bilan de la journée:



- 9 brochets (5 maillés)

- 950 perches avec une 60aine de jolies

- 1 black-bass non maillé



Mardi 17 août: Splendide paysage

 

Un mauvais choix stratégique et de loin la moins bonne journée.



Paysage pêché:

 

DSCN3260DSCN3261DSCN3262DSCN3263DSCN3264DSCN3267DSCN3268DSCN3269DSCN3273

 

Le matos :

 

DSCN3270

 

Les rares poissons :

 

DSCN3275DSCN3274.JPG

 

Bilan de la journée :

 

- 2 black-bass non maillés avec 6/7 de loupés

- 2 perches, une seule jolie

  

 

Mercredi 18 août: Vengeance de la veille

  

 Spot matinal :

 

DSCN3276DSCN3278IMGP0752

 

Et ces habitants:

 

DSCN3282DSCN3283

DSCN3284PIC 0023

 

Big fish présent:

IMGP0537IMGP0539IMGP0757

 

Prêt pour l'après-midi ?

 

DSCN3285

 

Un, deux, trois la pêche est lancée, walter et un 75cm:

 

DSCN3287DSCN3290

 

Des petiots:

 

DSCN3292 PIC 0034

 

Des perches en quantité affolante:

 

DSCN3294DSCN3295DSCN3297IMGP0541 

IMGP0543 

IMGP0546IMGP0548IMGP0549IMGP0552IMGP0553PIC 0032PIC 0036PIC 0046PIC 0040

 

Bilan de la journée :

 

- 4 brochets, 1 maillé à 75cm

- 12 black-bass, 8 maillés avec deux poissons à 45 et 48cm

- 2 sandrillons

- plus ou moins 450 perches, 250 maillés max à 35cm



Jeudi 19 août: Sortie orgiesque

 

Après une nouvelle sortie fructueuse, nous redémarrons cette journée remontés à bloc. Elle sera la plus belle de la semaine avec des souvenirs pleins les yeux.

 

 

 

Une mer intérieur:

 

DSCN3301DSCN3303DSCN3304

 

Matin sous le signe des black-bass:

 

DSCN3305DSCN3306IMGP0556IMGP0558IMGP0560IMGP0758

 

Une après-midi perches et brochets:

 

DSCN3316DSCN3317DSCN3318DSCN3321

 DSCN3323DSCN3330DSCN3331DSCN3339DSCN3336DSCN3340DSCN3342IMGP0566IMGP0569IMGP0571IMGP0572IMGP0573IMGP0576IMGP0577IMGP0578IMGP0581IMGP0583IMGP0584IMGP0586IMGP0587IMGP0588IMGP0589IMGP0590IMGP0591IMGP0592IMGP0593IMGP0594IMGP0595IMGP0603IMGP0604IMGP0759IMGP0760IMGP0761IMGP0762IMGP0764IMGP0769

 

Et chacun avait sa big perche (une chacun de +40cm).

 

Théo et sa grosse perche:

 

DSCN3343DSCN3344IMGP0767

 

Walter et la sienne:

 

IMGP0579

 

David:

 

IMGP0597

 

Julien:

 

IMGP0599IMGP0600IMGP0601IMGP0602

 

Bilan de la journée :

 

- Entre 4 et 500 perches, une centaine entre 35 et 45cm

- 7 brochets, 4 maillés

- 9 black-bass, un maillé à 35/40cm

  

Vendredi 20 août: Le départ

 

 

Dernier jour du séjour, la fatigue, pêcheur sur le nuage de la veille, nous n'avons pas réellement pêche comme il le fallait. L'objectif était d'en profiter jusqu'au dernier moment !

 

Matinée pêche en bordure:

 

DSCN3348DSCN3352IMGP0614IMGP0610IMGP0770.JPG

 

La surprise de théo:

 

DSCN3353DSCN3355

 

Après-midi en pleine eau:

 

DSCN3365DSCN3356DSCN3357DSCN3358DSCN3360DSCN3361DSCN3362DSCN3363DSCN3366DSCN3368DSCN3372DSCN3380DSCN3374DSCN3381DSCN3377DSCN3382DSCN3379DSCN3383IMGP0616IMGP0617IMGP0619IMGP0620

 

Le aurevoir et à bientôt :

 

DSCN3386

 

 

Bilan de la journée :

 

- Environ 200 perches, max 35cm

- 4 brochets, 2 maillés

- 6 black-bass, 2 maillés à 45 et 47cm

- 1 sandrillon

- 1 silure

 

Bilan du séjour :

 

 

 

 

Brochets :

Poisson omniprésent sur les lacs, néanmoins au vu de la topographie des milieux ils restent très durs à localiser et à pêcher. De part la multitude de postes, les lacs offrent un biotope d’une grande richesse pour les brochets. La majorité des captures réalisées l’ont été derrière les bancs de perches sur des pêches en pleine eau. Au total nous totaliserons :

1-      19 brochets pour Julien, 11 maillés

2-      5 brochets pour Walter, 2 maillés

3-      5 brochets pour David, 1 maillé

Total de 29 brochets.

Classement plus gros brochet : ex-æquo Walter et Julien avec un 75cm.

A noter sur le séjour une quinzaine de coupes dont 7/8 sur de gros sujets !

Les perches :

Dans ces grands lacs, cette espèce est en densité très importante. On pourrait même dire que c’est le poisson fourrage dominant ! Nous n’avons eu aucun problème à les trouver et à les pêcher tant les bancs sont nombreux et immenses. Les résultats selon les 4 pêcheurs que nous étions sont fluctuants en termes de quantité. En effet selon les jours, chacun pêchait à sa sauce, à savoir recherche des perches ou des brochets. Au final les cartons faits par les uns ont été un retard pour les autres.

1-      David avec entre 950 et 1000 perches, environ 300 maillés

2-      Théo avec environ 700 perches, 250 maillés

3-      Ex-æquo, Julien et Walter avec environ 300perches chacun, pour environ 250 maillés par pêcheur.

Total d’environ 2200 perches !

Classement plus grosse perche : On pourrait dire qu’il n’y a pas de vainqueur, puisque à quelques choses prêtes (pas de mesure précise), nous avons pris les mêmes grosses perches. Néanmoins Théo aurait en toute logique, à un poil près, la plus grosse.

Encore une fois on peut également évoquer que de nombreuses grosses perches ont été décroché lors des euphories carnassières.

Les black-bass :

Le black-bass est très localisé sur des zones précises et distinctes sur les lacs. De part les mesures strictes prisent sur cette espèce, les populations restent très importantes à notre plus grand bonheur. Les très gros spécimens sont très nombreux et de nombreux poissons (7/8) de 50 à 60cm ont été décroché ou cassé.

1-      Julien avec 14 black-bass, 8 maillés

2-      Walter avec 13 black-bass, 5/6 maillés

3-      Théo avec 7 black-bass, 2 maillés

4-      David avec 6 black-bass, 2 maillés

Total de 40 black-bass.

Classement du plus gros black-bass : Théo avec un 48 et un 47cm. Classement qui aurait pu s’inverser sans la perte d’énorme black-bass.

Les sandres :

Espèce très bien représenté sur les lacs landais. Néanmoins sans connaissances des lacs, nous ne les avons pas recherchés. Au vu des profondeurs auxquels nous avons pêché durant toute la semaine, nos chances de captures étaient minimes. Néanmoins en pêchant la perche, nous capturerons 6 sandrillons (4 pour David) avec un maximum à 35cm (David).

 

 

Partager cet article

Repost 0