Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fermeture est maintenant actée et il nous faudra attendre désormais le 1er mai pour retremper nos leurres sur les eaux de 2nde catégorie. Dans l’attente, nous avons fait le nécessaire pour essayer de leurrer nos derniers carnassiers !

 

Tout commence jeudi 16 janvier à la veille du salon de Clermont Ferrand où nous étions conviés les 3 jours. David et moi avions posé notre journée pour une virée au sandre. Avec la route du lendemain, notre choix était porté sur une rivière en crue de proximité.

 

Une mise à l’eau tardive (10h) et une courte session (fin des hostilités à 16h15) avaient permis de décompresser et de se reposer sur l’eau. Aucune prise de tête, une pêche simple de prospection était au programme !

9

Les eaux étaient boulées et le courant encore assez soutenu (phase descendante), l’idée était de prospecter toutes les eaux « mortes » : arrivées d’eaux, bras morts, creux d’un virage… bref partout où le courant était « cassé ». Des postes d’attente où les poissons blancs se réfugient en grand nombre !

 

Bateau calé en lisière de courant, l’un de nous prospectait en linéaire à descendre la berge et le second en verticale sous le bateau. En ce qui concerne la profondeur de pêche, tout était possible puisque dans ces conditions nous pouvions aussi bien retrouver des sandres dans une eau « morte » avec 3m de profondeur que des poissons calés dans 0.80m sur une bordure battue par un léger courant…

 

Après quelques réglages, les poissons ont été trouvés sur du shad 4 ‘’ chartreux monté sur un grammage de 10gr en linéaire. Des touches franches mais pas toujours violentes avec des sandres qui n’avalaient pas si facilement que ça les leurres.

8

Dans l’ensemble uniquement des sandres calibrés entre 50 et 60cm ont répondu présent.

 

Je déplorerai juste la décroche d’un gros pépère après quelques instants de combat, une mésaventure qui laisse supposer que le poisson (malgré un gros ferrage) ne s’est jamais piqué. Le leurre a été expulsé avec une facilité qui me fait suggérer que le fil n’a pas réussi à glisser entre les canines par la pression de la mâchoire…

 

Depuis, la semaine dernière nous avons effectué quelques micros sorties le midi, pas de grandes pêches mais quelques poissons : brochetons et perches. Le plus beau poisson a été pris sur les derniers lancers d’un coup du soir, une perche de plus de 35cm au twich Stick.

10

 

Fermeture - jour 1 :

 

Autant dire que ce week-end de fermeture était très attendu surtout après un mois de Janvier, on peut le dire, relativement compliqué où nous n’avons pas voulu baisser les bras. Il fallait que ça paye ! De ce fait, en compagnie de plusieurs amis, nous avions pris samedi la direction et l’optique d’une pêche de sandre. L’occasion pour moi de ressortir le float-tube et de pêcher à mon bon vouloir sans contraindre les amis : à savoir faire mes dérives et insister s’il le faut longuement sur les postes qui me paraissaient « peuplés ».

12

Dès la mise à l’eau sur une verticale lourde (18gr sur un shad 4’’ chartreux), je prends ma première touche (violente) et mon premier sandre : 55cm. Le secteur est peuplé puisque plusieurs poissons sont loupés et ferrés. Pourtant, je ne trouve pas la pêche et ne cesse de varier les présentations.

 

Linéaire léger sur shad 3’’ orange puis chartreux, tentative de diagonale et de pêche agressive, augmentation des shad pour de la taille 5 et 6’’ en verticale puis linéaire… bref je me disperse volontairement et ferre 3 autres poissons (30 et 2 x 50cm) au hasard des lancers et des postes !

 

Une constante ressort : grammage lourd (14/18gr) et leurre chartreux ! Cela dit, les touches au shad ne sont pas aussi régulières que souhaitées, il me manque un petit « truc » et il me faudra attendre midi pour trouver la pêche du jour.

3

J’arrive sur un cassant rocheux que je connais bien. Les sandres sont présents au sondeur et de fortes tailles, je passe en finesse 4’’ chartreux sur 14gr en verticale et dès la première dérive, je me fais déchausser le leurre violemment ! Sans nul doute un beau poisson…

 

Je repasse plusieurs fois la dérive et change pour un colorie « pétant » (orange/rouge). Grosse touche à la reposée mais une nouvelle fois loupée, j’ai tenu le poisson une petite seconde et c’était joli. Les poissons sont là, la couleur et le grammage je les ai depuis le matin (chartreux et 14gr), les finesses semblent déclencher des touches plus régulières, je repasse en chartreux en taille 4’’. 

 

Quelques animations, lourdeur et c’est ferré. Des bons gros coups de tête et voilà mon premier beau sandre du jour qui explose la surface: 75cm !

 

Je m’en saisis par la queue et le maintien dans l’eau, le poisson présente de superbes reflets qui me poussent à vouloir prendre un beau cliché. Mon appareil photo est dans mon dos, je le récupère et veut commencer le shooting : plus de batteries! Le temps de reposer l’appareil, je monte le sandre sur le float, le décroche sommairement et le lâche pour mettre en sécurité mon appareil photo. Quelle erreur…

 

Lui n’en demandait pas tant, d’un coup de queue, il saute du float s’emmêle dans mon fil où ma tresse est bloquée sur le scion de la canne et clac ! Me voilà maintenant que j’amorce les sandres au finesse… Heureusement la canne n’a rien et le poisson ne devrait pas mettre longtemps à se débarrasser du fil sur lequel il a souhaité rouler!

 

Les copains viennent me voir, je raconte ma mésaventure et Patrice me passe gentiment son appareil photo. Eux décident d’aller manger moi j’insiste sur la zone, des gros échos sont présents, je semble avoir trouvé la pêche il faut que je la confirme…

14

Quelques minutes plus tard, au même moment où mon sondeur m’annonce gros poisson ; je prends une touche qui résonne encore dans mon poignet. Au ferrage, la canne montre une courbure qui traduit la nature de mon assaillant. Le combat est violent mais aucun doute n’est possible, je ressens les canines frottées sur mon fluoro 25% ; je tiens un très gros sandre !

 

Après quelques instants, toutes épines dorsales hérissées il explose la surface de toute sa splendeur, il est magnifique. Délicatement je plonge ma main dans ces ouïes pour ne plus jamais le lâcher. Ce sandre est admirable, large et puissant avec mon leurre complètement aspiré dans le gouffre que représente sa gueule, je suis aux anges !!!!!! Laurent et Walter se précipite en bateau pour les photos et à la mesure le poisson affiche 94cm.

1315

Tétanisé, il mettra quelques instants à reprendre ces esprits pour repartir hanter les abysses qui l’ont vu naitre. A ce moment-là, il n’est plus question pour moi de manger. Je suis sur la bonne zone, le « pattern » est trouvé, il faut continuer. Si les amis retournent grailler, je repasse ma dérive au peigne fin et une nouvelle touche me comblera de joie.

 

De la même manière, le poisson est lourd et ma canne fait du yoyo par les puissants coups de têtes. Un poil moins gros mais tout aussi imposant, un magnifique 82cm explosera la surface. Seul au monde, dans un nuage, je prends quelques photos dans l’eau et relâche ce poisson rapidement pour continuer ma pêche….

76

Les copains me rejoignent, j’alterne mes finesses entre du 4’’ et du 5’’, trois autres poissons viendront me rejoindre (2x 55cm et un de 50cm). Sur une énième touche, je tiendrais un 4ème gros sandre qui finira malheureusement par se décrocher. En temps normal j’aurais gueulé mais est-ce aujourd’hui si important ?

 

14

Walter en profitera pour ferrer un joli poisson de 70cm, Laurent et Patrice quelques poissons plus petits mais le poste ne rapportera plus son lot de gros sandre. En alternant les postes avant le coup de sifflet final, je reprendrais plusieurs poissons maillés pour finir la journée avec 12 sandres. En soit, ma fermeture est de loin déjà réussie…

 

2

 

Fermeture – jour 2 :

 

Autant dire que le lendemain avec David, nous serions bien retourné sur les lieux du drame mais un engagement était pris avec Olivier Brosselin (TV Vendée et Seasons) pour un reportage sur le lac de la Buletière.

 

Les instances qui gèrent le lac ont malheureusement tirés dessus. Le niveau était à – 2.5m et la couleur de l’eau très teintée (on ne voyait pas à 10cm sous la pellicule). L’activité en surface était débordante sur l’étendue, signe que les poissons étaient vraiment éclatés et pas en boule comme habituellement à cette époque. Une pêche difficile était annoncée…

 

Nos premières tentatives ont été pour des pêches verticales lourdes avec des leurres « pétants ». En alternant les profondeurs de pêche, nous avions localisé la profondeur « payante » : 4/6m avec de nombreuses touchettes inferrables. Pour autant, aucune concrétisation au bateau.

 

Sur une hypothèse d’orientation de pêche : bannière dans l’eau qui influe sur la nage du leurre et la présentation. Nous avons alors reculé le bateau pour procédé en linéaire. David toujours au souple moi au jigging-rap pour exciter.

 

L’idée étant de continuer avec les leurres qui ont déclenché des tapes discrètes et de voir si l’agressivité que peut provoquer un jigging en linéaire ne déclencherait pas des attaques réflexes. Combinaison gagnante puisque je monte un premier poisson au bateau : un sandre de 45cm puis David surenchérira avec une perche de 25cm ; la pêche était trouvée…

 

Nous multiplions les touches mais la pluie est de plus en plus intense et il faudra suspendre le tournage. Dommage, la journée était enfin lancée… Nous plierons de ce fait à 11h30 pour regagner la maison un peu déçu.

11

Dans l’après-midi, un petit tour au brochet depuis le bord permettra à David de faire son brochet : 55cm et à moi de louper à deux reprises un poisson à 75/80cm. Malheureusement trempé, là aussi nous ne terminerons pas notre virée pour finir au chaud sous une bonne douche!

 

Ainsi s’achève le mois de Janvier, désormais il faudra attendre le 1er mai pour regoûter aux joies de nos 2nde catégorie.  Trois gros poissons entament ma saison sandre : 88-94 et 82cm… Vivement la suite !

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0