Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bien que le mois de Janvier soit celui que je préfère, il est souvent tronqué par les impératifs familiaux, le salon de Clermont et autres manifestations qui m’octroient peu de temps pour pêcher. Une fois n’est pas coutume, 2015 n’échappe pas à la règle et se sont 15 jours qui j’ai vu défiler sans pouvoir tremper le fil…  

Autant vous dire que rien, ni même la météo, ne pouvait m’empêcher d’aller faire la fermeture. Avec l’unique journée de dimanche pour pêcher, ce n’est ni la fatigue ni les maux de tête qui m’ont freiné. La journée de fermeture est comme celle de l’ouverture, immanquable !

1

 

Pour en profiter un maximum, nous avons joué dans le local et du concret. Un spot maitrisé et surtout de « petites » dimensions pour rapidement comprendre les poissons et multiplier les captures. Si la mise était possible sur un de nos nombreux lacs de barrage, nous avons préféré pêcher du « vivant » : la rivière !

 

Et il y’en a une, pas très grande, où les courants se sont réveillés. Des branches, des arbres noyés, quelques rochers forment les bordures alors que quelques petites cassures jonchent le lit, que demander de mieux comme terrain de jeu pour rechercher les sandres…

 

Au petit matin, nous retrouvons une rivière haute avec un débit de fin de crue. Nous débutons une exploration des zones profondes et habituellement habitées. Mon compagnon du jour débutera en verticale et diagonale tandis qu’à l’arrière du bateau j’opte pour un mixte entre pêche lente et pêche rapide en linéaire au gré des dérives et des postes rencontrés. Les premières heures sont longues avec des rares touches inferrables et loupées. Les poissons semblent refuser les « vibrations » trop fortes au contraire de plus faibles (finesses ou shads avec petites caudales) pour autant j’alterne les couleurs et les grammages avant d’éliminer définitivement ce schéma de pêche !

Le 1er poisson arrivera en verticale pour l’ami Éric, un sandre maillé qui se décrochera avant de voir le jour… merde... mais l’indice des « petites vibrations » semble confirmé par une 2nde touche, toujours pour Éric avec un sujet de 45/50cm. Le poisson du « soulagement » car je commençais à bouillir intérieurement de ne pas trouver de solutions concrètes ! Je décide donc de l’imiter avec le même modèle de shad en changeant juste la couleur…

3

 

Dans le 1/4h qui suit j’aligne deux sandres en linéaire quasi coup sur coup, la solution est trouvée !!! Les sandres sont le nez dans les courants et si quelques poissons se tiennent en retrait dans les cassures ou les zones plus calmes (prenables difficilement en verticale), les poissons actifs sont calés dans la première colonne d’eau. Les poissons restent cependant sélectifs et il faut trouver la bonne combinaison « vibratoire » pour les leurrer : ni trop forte (shad classique), ni trop faible (finesse) mais juste à la limite (toute petite caudale).  

4

 

Solution en main, il n’y avait plus qu’à peaufiner ! Chose qu’Éric réalisera en rajoutant un 4èmeet dernier poisson au vivier avant de manger. Juste assez pour une photo de famille et des doublés respectifs :

2

 

Un score qui aurait pu être gonflé sans la décroche d’un très joli poisson au goût très amer. Gros sandre ou autre poisson ??? Qu’importe, l’après-midi est devant nous pour approfondir la pêche. Si Éric décide de garder son montage gagnant et repart en verticale, pour ma part l’objectif est de trouver la couleur gagnante ou un leurre équivalent avec un gros penchant pour une pêche linéaire.

Le tressautement dans la tresse ou le « Toc » au moment où vous raccompagner le leurre dans le courant sont juste incomparables et me permets de varier les plaisirs habituels de verticaliers.

7

 

Sur la première heure nous galérons à retrouver des postes similaires à celui de fin de matinée. Quelques zones sont occupées mais nous n’arrivons pas à trouver les bons compromis. Nous reprendrons un sandre chacun avant de retourner sur la 1ère zone et l’assiéger. On sait où ils sont, nous n’y repêcherons pas avant le 1ermai alors autant essouffler le poste …

8

 

La bordure est assez particulière à cet endroit puisqu’elle se démarque par quelques plaques rocheuses où le courant se casse avec des profondeurs un peu plus importantes à proximité. Si les sandres peuvent être partout, ce sont ceux postés en bordures qui nous intéressent puisqu’actifs. On cale alors le bateau en retrait et on descend marche après marche - en s’aidant du courant - le relief de la rivière. Cette fois-ci je change pour un shad aux vibrations plus fortes avec un grammage plus important. Inévitablement, les touches sont inexistantes et confirment le ressentit du matin. Le pattern est donc remis en application et j’alterne les couleurs jusqu’à trouver le « must » ; un marron/gris que les sandres vont désormais apprendre à se méfier.

5

 

Les touches se succèdent, l’absence de triple voleur me fait louper quelques poissons et si parfois je ramène qu’une écaille, globalement je suis gagnant en jouant au dentiste et en multipliant les poissons.

6

 

Cette journée de fermeture s’achèvera sur un joli petit score de sandre calibré entre 45 et 55+, on aurait aimé la visite d’un gros « joker », je l’ai peut-être perdu, tant pis nous verrons ça d’ici quelques mois…

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0