Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il y’a encore une dizaine d’année, la fermeture n’était qu’une étape de transition dans l’année dirons-nous « soutenable » !

 

A l’heure d’aujourd’hui, elle est juste un supplice ! Quand on a pris le rythme d’être toujours fourré au bord de l’eau, autant vous dire que la fermeture est une punition terrible !

Si cette période de disette est dans un sens logique au vu des nombreux abus de certaines classes de pêcheurs : pillage de brochets qui remontent vers les frayères, des nids de sandres/black-bass saccagés…, elle ne mériterait pas d’être si longue où tout du moins elle pourrait être aménagée selon les espèces…

41

 

Bref ; l’abus des uns fait le malheur des autres et ces trois long mois vont au moins permettre à nos amis de se reproduire en paix sur bon nombre de secteurs peuplés de pêcheurs sans scrupules !

 

En attendant, après l’avoir loupé en 2012 (Salon de Nantes), cette année hors de question de laisser filer ce dernier week-end (petite pensée à l’ami Arnaud d’astreinte ^^)!

 

Pour autant, les nouvelles n’étaient pas exceptionnelles ! Si depuis une semaine le frangin tâtait le terrain (au chômage), il était évident que suite au chute des températures, la neige et tout ce qui s’en ai suivit ; les poissons étaient calés et redescendus en profondeur !

 

L’avantage dans ces conditions, c’est que les poissons ont tendance à se concentrer et une fois localisé, il n’y a plus qu’à taper dessus jusqu’à tant de les faire craquer… A ce jeu, toute la semaine sur ces sorties, David avait réussi à sortir des perches (20/38cm) et quelques sandres (40/50cm).

La pêche se devait d’être plus lente que les semaines passées et surtout dans une colonne d’eau plus profonde (6 à 8m voir 10m et +).

 

De mon côté après 10 jours sans pêche, j’ai réussi à trouver deux petits créneaux horaires (midi) pour assouvir ma passion. Pêche lente et insistante sur un poste m’ont permis de prendre 2 sandres justes maillés et un brochet de 60/65cm. D’ailleurs pour l’histoire, ce dernier a réussi à se louper sur une attaque violente et au ferrage (je m’attendais à un gros poisson) je l’ai raccroché par le dos - qui plus est en texan !

 

La pêche du week-end s’annonçait difficile !

 


Samedi :

 

 Après une grosse demi-heure de retard, nous retrouvons Alain, Walter et Fabien déjà à l’eau pour une virée sandre.

 

Cela dit, malgré un enthousiasme et une envie débordante de tâter le terrain, après quelques semaines sans avoir pêché le secteur il n’était pas question de commencer à l’aveugle. Un rapide tour d’échosondeur était impératif pour reprendre les bases, repérer les zones de poissons et trouver la profondeur de pêche !

 

Premier constat, la température de l’eau : 4.7°C !

 

En clair, la pêche risquait de se résumer à une pêche lente en verticale. Pour autant, l’échosondeur annonçait des poissons calés assez haut sur l’échosondeur (5/5.5m) : poissons actifs ou températures de conforts avec le redoux ?

 

Toujours est-il que nous commençons nos pêches sur des tailles de leurres conséquentes (5 à 6’’) : David au shad et moi en finesse en verticale lourde (14/18gr dans 5m) pour la simple et unique raison que nous sommes en hiver, les eaux sont froides et que les poissons vont bouger pour des proies adaptées !

 

Pourtant, malgré quelques semblants de touches (peu franches), c’est l’ami Fabien qui débloquera le compteur sur un LS 3’’ en 7gr : un sandre de 35/40cm !

 

Petit leurre et tête plombée légère (= nage plus planante), pas vraiment ce à quoi nous aurions pensé malgré cela il semblerait qu’il s’agisse de la pêche du jour, puisqu’il enchaînera plusieurs autres touches franches de sandres (malheureusement loupés) alors que sur les mêmes dérives nous ne décidions aucun poisson !

 

Fort de ce résultat, David prendra le relais sur le bateau et descendra à son tour en grammage (10gr) et en taille de leurre (4’’). Le résultat fût immédiat, une dérive et 2 poissons au bateau (perche de 25/30 et sandrillon de 30/35cm).

 

Pour ma part, toujours en finesse 5’’ sur 18gr, je ne me prendrais qu’une unique touche violente ! Mon idée était simple : pêcher lourd et taper sur le nez des sandres.

Mais parfois il faut savoir écouter les autres et les imiter sans être figé sur ces idées ! Chose que je n’ai pas fait et à l’arrivée je m’en mords les doigts !

 

En effet, les touches se sont succédées tout au long de la journée pour mes camarades (pas mon cas).  Alain et Walter sortirons 3 sandres maillés (max 60/65cm) sur un pic d’activités, Fabien décrochera un autre sandre alors que David reprendra une perche et montera la première vachette 2013 au bateau (87cm) :

76

 

Moi ? Je finirais capot sur ma propre pêche !

 

Ne jamais oublier qu’il n’existe qu’une seule règle à la pêche à savoir que ce n’est pas aux pêcheurs de décider à quoi les poissons vont mordre mais eux qui décident de ce qu’ils veulent !

 


Dimanche :

 

Fort et rageur de l’expérience de la veille, il n’était pas question de reproduire les mêmes erreurs !

Changement de décor, nouveau site, nouvelles pêches et surtout (croyez-moi) la ferme intention d’envoyer quelques sandres chez le dentiste.

 

Pour cette dernière journée nous étions accompagnés du paternel : Moi en float tube, David et Papa au bateau.

 

Comme la veille, nous entamons la session par un rapide tour d’horizon des lieux. Les eaux sont plus chaudes (5.5/6.0°C) et sont teintées par les précipitations de la nuit avec des poissons scotchés entre 4.8 et 5.6m de profondeur ! Des arcs bien dessinés nous indiquent la présence de nombreux sandres sur certains postes, bref pas de temps à perdre, il faut les décider !

 

Autant dire qu’à ce jeu, si la tâche peut parfois être rapide elle peut également être longue. Nous testerons tout au long de la journée, les grammages, les teintes, vibrations et tailles de souples sans jamais trouver l’arme fatale !

 

La seule constante revenait sur les postes : les plages !

 

Contre tout attente tous les postes dirons-nous marqués étaient vides ou partiellement habités à contrario des grandes plages en pente douce où nous pouvions devenir fou au vu de l’image du sondeur.

 

Nous balayerons les zones en de multiples reprises avec des sandres qui n’en voulaient rien !

David et Papa toucherons 3 perches et un sandre de 45cm en diversifiant les approches avec le sandre pris sur un micro leurre (dans notre jargon une « crotte de nez »).

3

 

Pour ma part – je vois déjà certains sourires et commencer à charrier – je fais mieux que la veille avec 5 sandres au compteur dont une petite vachette (« petite » en comparaison de celle du frangin).

Poissons pris sur des shads 4 pouces en 7 et 14gr, animations lentes de rigueur !

 

52

 

Comment conclure sans dire que c’est terminé !

 

Après cette fermeture en demi-teinte - une pêche et des poissons difficiles avec au final deux beaux sujets à l’arrivée - nous n’aimerions que peaufiner la chose et améliorer les scores…

 

Un petit goût d’amertume que l’on va pousser jusqu’au 1er mai !

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :