Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fermeture est l’occasion de se pencher sur la saison passée : l’an 2014 et cela tombe bien puisqu’au terme de nombreux essais, il y’a deux leurres qui m’ont étonné: le Scatter Rap Shad et le Scatter Rap Cranck !

 

Qu’est ce qui fait la force de ces leurres ? La simplicité.

 

Dans l’utilisation de forme de bavette classique, la simple action du moulinet suffit à faire vivre le leurre. Mais nous le savons tous, une nage parfois trop linéaire ne déclenche pas les attaques. Les carnassiers ont besoin d’une action plus évasive d’une proie en fuite pour être déclenché. A ce jeu, beaucoup de pêcheurs tentent justement de compliquer ces nages trop linéaires. Ils décident donc de faire virevolter le leurre par des actions de cannes, de le changer de direction ou de cadence dans un but ultime d’imprimer une nage erratique. Mais parfois ils en font de trop !

 

L’avantage de ces deux modèles, d’où l’appellation « Scatter » vient de la forme de la bavette : arrondie. Terminés les casse têtes d’animations, le leurre pêche pour vous et tout seul !

 

En effet cette nouvelle forme de bavette reçoit une pression d’eau plus diffuse et à la fois irrégulière. Le leurre s’axe puis se désaxe avant d’être redirigé et ce, sans que le pêcheur ne change quoi que ce soit ! La simple action du moulinet accorde naturellement au leurre une nage erratique. Elle n’est peut-être pas aussi démonstrative que les leurres à « jerker » mais suffisamment évasive pour imiter un poisson blessé ou en quête de nourriture, rien de plus simple et efficace !

2

 

A l’origine, je m’étais équipé des Scatter Rap Shad et Cranck pour les pêches du black-bass. Distribués en 5 et 7cm (uniquement la version « Shad » sur cette taille), il s’agissait pour moi de petites proies adaptées aux eaux que je fréquente. D’autant plus que dotés d’un corps en Balsa (cela offre légèreté et mobilité), ils avaient l’avantage d’être silencieux. Ma surprise fût que ces deux modèles se sont également et surtout révélés efficaces sur les brochets.

4

 

SI la forme trapu des leurres doit y être pour quelque chose (volume d’eau plus important déplacé) , c’est avant tout la nage et la discrétion (absence de bille) qui m’ont permis de leurrer des poissons éduqués sur des sites à forte pression de pêche. Sur les poissons suiveurs, la différence a été énorme avec des attaques accélérées jusque parfois dans les palmes où d’autres leurres n’étaient que reniflés.

 

Mais attention, si les jours où les poissons avaient besoin d’être déclenché les Scatter Rap Shad et Cranck se sont révélés efficaces, je n’annonce pas non plus un leurre miracle à toutes les situations. Comme cité auparavant, parfois le pêcheur en fait de trop où une simple récupération linéaire suffit.

1

L’emploi des modèles « classiques » (Shad Rap) sont alors recommandés puisqu’ils adoptent une nage linéaire sans évasion qui reste la plus imitative d’un poisson blessé ou malade.

 

Vous l’aurez compris, si l’un peut être un avantage, le second peut également tout à fait l’être. La complémentarité des formes de bavette permet de pallier aux conditions de pêche du moment. A vous de choisir la bonne…

3

 

Toujours est-il que ces deux modèles ont été testés toute une saison, en loisir et compétition, et qu’ils ont fait leurs preuves sur de nombreuses espèces de carnassiers. Deux leurres à avoir dans ces boîtes. Pour ma part les couleurs DCW (écrevisse), P (perche) et CRSD (bleu/jaune) ont été mes favoris.

 

Tag(s) : #Matériel

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :