Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis quelques semaines, le duo que nous formons avec David est séparé par les kilomètres ! « Émigré » en pointe bretonne, il n’avait pas encore pris le temps de redescendre sur la région. Désormais c’est chose faite!

6

Une occasion de se retrouver au bord de l’eau et de lui faire troquer son matos truite par un petit retour aux sources : carnassiers à pescalis ! Etant techniquement opposé dans nos goûts de pêche, il a fallu trouver un terrain d’entente pour satisfaire nos envies et pêcher ensemble.

Deux thématiques étaient clairement distinguées: brochet le matin puis black-bass en après-midi.

Partie 1 : brochet

Malgré une petite brise sur l’étang et une certaine conviction sur le résultat, les premières heures aux brochets ont été laborieuses. Nos approches à l’aide de gros leurres souple en linéaire, swimbaits et autre jerkbaits ne nous ont rien rapporté. Tous les artifices « payants » des jours précédents étaient également inopérants (spinnerbait et petit jerk blanc). Aucun pattern malgré qu’à un moment j’ai bien cru être dans le vrai en alternant sur une pêche lente à gratter au jig avec deux poissons successifs (un becou de 40cm et un refus d’un +80cm). La pêche était toute autre !

1

Si les poissons étaient correctement localisés – au large et en lisière d’une zone peu profonde – il restait à trouver le ou les éléments déclencheurs !

Outillés des nouveautés 2014, nous avions apporté différents modèles de la gamme des Scatter (Scatter Rap Shad et Scatter Rap Cranck) afin de les tester aux black-bass. Sur une optique perche et pourquoi pas brochet, David décide de rapidement s’y employer avec la version Cranck.

Il souhaite pêcher vite et balayer la pleine eau. Quelques minutes plus tard, il est stoppé par un brochet de + ou - 85cm. Coup de chance ou le leurre du jour ? Nous sommes rapidement mis au parfum avec deux autres poissons dans le ¼ d’heure qui suit (40 et 70cm) puis un 4ème brochet ! David succède les touches et les suivis alors que les autres pêcheurs (dont je fais partis) ne faisions bouger aucun poisson…

02

Surprenant mais cela peut peut-être s’expliquer par une taille de leurre qui semble convenir sur ce que les brochets ciblent. La reproduction chez les cyprinidés est lancée avec un gros cheptel de poissons blancs de 8 à 10cm. Les brochets sont aux aguets derrière ces bancs et la nage erratique couplée à l’absence de bille facilite les attaques ; tout semble coïncider !

Par curiosité, j’alterne différents modèles de leurres dans les mêmes dimensions : Clackin’Rap, X-rap, Twich Stick… en vain ! La pression de pêche des derniers jours semblent avoir éduqué les brochets, les leurres à billes font choux blanc ! J’arrête alors mes essais pour imiter le frangin avec un Scatter Rap Shad que je réservai aux black-bass.

Après un lancer de pleine eau aux abords d’arbres immergés, alors que le leurre apparaît au float-tube, une gueule béante surgit des abysses ! Le poisson est gros, j’ai 40cm de bannière et j’ai juste le temps de ferrer et ouvrir le pick-up (tout en freinant la fuite avec les doigts) pour ne pas me faire exploser! Ma crucial est en deux, le frein de mon Stradic pourtant bien réglé cède plusieurs mètres de tresse… le voilà le poisson qu’on est venu chercher ! Mes premières impressions vont pour un poisson autour du mètre, malheureusement cette barre ne sera pas atteinte. Peu importe, il s’agit tout de même d’un très beau poisson autour des 90cm avec un combat à la hauteur de mon adversaire : lourd et en force !

45

Avec deux triples du Scatter visiblement bien ancrés, David profite de l’opportunité pour faire quelques clichés du poisson dans son élément. Jusque-là madame est calme et docile mais un dernier coup de tête va précipitamment arrêter la séance photo pour m’en saisir. La tension ne tenait plus qu’à un triple !

97

La matinée se terminera sur cette bonne note avant de changer intégralement nos montages pour des pêches plus fines. Les black-bass commencent à s’activer et à coloniser les arbres noyés, la fraie est encore loin mais il s’agit surement des derniers poissons avant la trêve. Nous avons l’après-midi pour les dénicher et en profiter!

Jig et montage texan sont alors présentés sur les différents postes d’affûts (rochers et arbres noyés). Les poissons, éduqués, font des touches très timides et parfois inferrables, la « non-animation » et les ferrages retardés sont de rigueur pour éviter de gâcher les rares touches. Preuve en est avec ce joli poisson de 51cm capturé du bord sur un déposé le long d’un rocher et une longue pause d’une dizaine de secondes.

2019

Pour autant, nous prendrons dans l’ensemble peu de poissons. La majorité des postes semblaient vides avec le sentiment de passer à côté de la pêche. Les fortes éclosions d’insectes et la profondeur de certains postes nous ont alors orientés sur la possibilité de black-bass suspendus et en maraudent dans la masse d’eau.

Pour faire simple nos présentations « lestées » descendaient trop vites et n’étaient pêchantes que sur les postes peu profonds. Sur le reste (profondeur de 1 à 3.5m), on passait à travers les poissons. David est alors passé en mode cranckbait (au Scatter Rap Cranck) et moi en weightless avec  des flappin’craw.

101211

Pour ma part, mon idée était de refaire tous les postes marqués en augmentant le temps de descente du leurre et prendre les poissons suspendus sur les obstacles. Une stratégie gagnante qui – sans animer – s’est retrouvée productive. Sur tous les postes où les présentations lourdes n’ont rien rapportés, j’ai pris des touches à la descente du leurre. Décalage de fil ou accélération, systématiquement je rendais la main avant d’envoyer la sauce pour des poissons calibrés entre 40 et 48cm.

1314

De son côté, David a également touché plusieurs poissons dont quelques grosses truites !

En fin d‘après-midi, nous totaliserons une dizaine de black-bass bien calibrés. Cela dit, nous gardions un sentiment d’inachevé avec les brochets. Afin de tenter un dernier gros poisson, nous n’avons pas résisté longtemps pour tenter le coup du soir. Cannes montées avec les Scatter en Cranck et Shad, nous sommes repartis sur les postes du matin. Résultat sans appel, les brochets adorent et ne chipotent pas sur les présentations.

1517

 

On rajoutera 5 sujets calibrés entre 60 et 75cm au compteur. Ainsi s’achèvera notre session « retrouvaille » avec en prime de nombreux poissons et l’adoption définitive de la gamme Scatter !

18

 


Sinon sans écrire de romans, quelques autres photos de la fin mars/début avril. Brochets et barsets...

21

Un 70/75cm bien énervé sur un buster 15cm

2223

A bientôt pour une autre histoire...

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :