Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L’étau se resserre progressivement autour de mes prospections à la recherche d’un grand sandre.

 

Après les multiples sorties de la semaine passée, je reprends la route pour un secteur que je commence à bien connaître. Je pressens que mon but est proche, les eaux se sont refroidies et il n’y a pas foule sur l’eau : je suis seul !!!

1

 

Je débute ma pêche avec les acquis des précédentes sorties, verticale et diagonale lourde sur des shads 4 et 5’’. Ma prospection est lente et minutieuse, je m’efforce de bien garder le fond et les bonnes dérives. Si j’alterne sur mes deux cannes (une en 18gr + shad 5’’, la 2ème en 14gr + shad 4’’), l’envie du premier poisson se fait tarder au point de réellement insister qu’en 4’’ pour déverrouiller le compteur.

 

Il me faudra une petite heure pour enfin ressentir un « POC ». Le poisson n’est pas bien gros, 35cm mais n’est pas rassurant quant à la stratégie du jour. Une seule touche sur 500m de dérive habituellement « productive »…

7

 

Les eaux sur le lac se sont éclaircies, est-ce un souci de teinte du leurre (chartreux) ? Ou de grammage ? De nombreuses questions me viennent à l’esprit. J’essaye plusieurs combinaisons jusqu’à revenir sur des teintes plus neutres et naturelles. Nouveau poste marqué, nouvelle dérive et « POC ». Le sandre (55cm) a engamé, c’est parfait. Je redescends et 5m plus loin c’est encore au fond avec un poisson un poil plus petit. Ça commence à me plaire avec un semblant de vérité qui se dessine.

 

Le sondeur m’indique la présence de quelques autres poissons similaires mais je passe ma route pour un de mes « spots » à gros du lac. Un faux plat succède un tombant rocheux, la profondeur varie de 2 à 9m avec un lit de rivière à proximité et la présence de blancs ; tout est là !!!

 

Les échos sont nombreux dont certains plus volumineux que d’autres. Une dérive, deux puis trois mais rien ne se passe… j’opte pour la seconde canne armée d’un leurre souple de la taille supérieure, rien non plus. En multipliant les dérives, bien qu’infructueuses, je remarque que ce que je suppose être des sandres se tiennent à plusieurs couches d’eaux. On a des poissons suspendus, d’autres posés, le tout à des profondeurs variables.

 

La boule de blanc toute proche doit avoir un rôle dans ce positionnement. Des individus doivent monter parfois en activité alors d’autres sont repus. Je m’écarte alors un peu du poste pour une prospection linéaire, pallier par pallier. Le but est très simple, coupé mon animation verticale pour intercepter les quelques poissons en mouvement.

 

Au premier lancer je suis fixé, une lourdeur dans le fil et un poisson autour des 60cm qui vient se poser sur le leurre :

4

 

J’insiste sur la zone et l’un des lancers suivants sera sanctionné de la même manière. Le poisson est cela dit plus costaud, le triple voleur est bord de gueule, juste assez pour me saisir d’un long mâle mesuré à 70cm. Le temps de trouver appui sur la bordure, la photo est loupée…

5

 

Est-ce mon raffut (c’est malin) ou la fin du pic d’activité, je n’enregistre ensuite plus aucune touche. Les poissons sont toujours présents au sondeur, le poste est occupé et des choses sont à comprendre et à essayer. Variation de plombée, de taille, de vibration… ou changer de poste ?

 

Au vu des précédents résultats sur ce lac (moi et d’autres), je prends la décision de persister et siéger sur le poste. Les poissons sont là mais il faut à tout prix éviter de saturer la zone. Pour cela, j’opte pour de grandes dérives de 100m de chaque côté en variant les présentations.

 

Tout en peaufinant les approches, la résultante me permet de laisser reposer les micros zones occupées tout en y repassant régulièrement (toutes les 30mn) pour tenter les poissons repostés et ça paye.

2

 

Sur une petite moyenne d’un à deux poissons par heure, le score grimpe progressivement. Les sandres varient entre des individus de 55/60cm et 67/72cm. Certains ont d’ailleurs les traces des gavages avec des ventres difformes:

3

86

 

Alors que le noir commence à tomber, je décide de rebrousser chemin avec 10 poissons au compteur dont 8 maillés. Mais avant de définitivement quitter le lac, je me sens obligé de repasser sur le premier poste du matin. Quelques poissons sont toujours là mais seul un modeste 45cm viendra sanctionner ma diagonale.

 

Le soir tombe, le lac est d’huile et je suis le seul qui anime la surface de l’eau avec mes palmes. Cela faisait longtemps que cela n’était pas arrivé. Une touche brève viendra me réveiller avec mon 12ème sandre de la journée ; 35cm. Mon sondeur n’a plus de batterie mais je sais pertinemment où j’en suis en terme de profondeur (autour de 7m). Ma dérive se poursuis jusqu’au dernier « POC » de la journée. A la touche et au ferrage, je suis conscient que le candidat est déjà plus sérieux. Le leurre est coffré par une jolie femelle :

10

 

Les autoportraits et les photos « minuteurs » étant tous loupés, je ne perds pas de temps précieux à la photographier pour la laisser repartir sagement d’où elle vient.

9

 Elle ne dépassait pas la barre des 80cm comme je l’espérais mais ce n’est que partie remise. Encore un ou deux repas pour les fêtes et je termine le travail commencé : la capture du dernier 90cm de l’année !

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0