Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les dérives de la verticale: suite de Verticale partie I et fin.

Après un premier volet sur la pêche au leurre souple en verticale, nous allons voir que la technique ne s’arrête pas uniquement à cette simple utilisation mais qu’elle regroupe également toutes les techniques de pêche en dandine et ces dérives.

 

Les lipless cranckbait :   

La famille des lipless cranckbait est tout de suite assimilée à une pêche en power fishing à la recherche des poissons actifs, bien que cet emploi soit tout à fait judicieux et productif, ce type de leurre peut également être redoutable sur des animations verticale.

 

Les lipless sont en général des leurres très bruiteurs (mise à part quelques modèles) et conçus pour décider et stimuler l’agressivité des carnassiers sur des attaques réflexes.

 

A l’aide de leurs attaches particulières sur le dos (ce qui les dissocient des autres poisson- nageurs) nous pouvons pêcher sur une et unique structure en dandine.  Une pêche en verticale qui s’effectue alors sur des animations de plus ou moins grandes amplitudes !

 

Ce type de présentation permet réellement d’agacer et énerver des poissons directement à l’aplomb de la berge, du bateau ou du float tube !

 

Il est évident que cette méthode est particulièrement efficace et recommandée sur des postes bien distingués !

 

A titre d’exemple : sur un immense plateau, le linéaire sera beaucoup plus efficace pour une prospection rapide et une recherche des poissons sur le haut-fond qu’une dandine minutieuse sous la canne. A contrario, dès qu’il est question de pêcher une falaise abrupte, une grosse cassure ou une faille du relief, la verticale permettra de bien insister sur la moindre déclivité.

 

L’animation reste assez basique puisqu’il suffit juste de faire décoller puis redescendre le lipless sur les structures (un peu de la même manière qu’un yoyo). Le pêcheur est ensuite libre d’alterner les pauses, les accélérations et autres stimuli afin que le lipless est une nage plus ou moins hératique.

 

Lucky Craft, Illex et Rapala ont tout un panel de leurres très efficace.

 

Clackin’ rap (Rapala):

2

 

Rattlin’ rap (Rapala):

Sans titre

 

La série des LV (Lucky Craft):

3

 

La série des TN (Illex):

4

 

Chacun trouvera midi à sa porte puisque différentes autres marques et modèles existent sur le marché!

 


 Les leurres à dandiner :  

Jigging :

 

Une des familles de leurre sur laquelle je ne pourrais plus me passer dans la traque des sandres et des perches, le jigging !

 

La découverte de ces petits bijoux lors d’une dotation d’un open float tube m’avait intrigué ! Après un premier essai de nage dans le bassin, je m’étais juré de les tester rapidement sur les percidés !

Les semaines qui suivirent m’ont tout simplement fait adopter ce leurre ! Après plusieurs essais dans nos eaux, c’est véritablement lors de notre séjour dans les Landes (en août 2011) que nous sommes devenus accrocs (un bon lot de grosses perches avec !).

 

8

 

De part une nage très hératique, leurs fortes densités malgré leurs petites tailles, les jiggings sont pêchant partout et dans toutes les conditions !

 

5

Détrompez-vous le jigging shad rap bien que plus volumineux que son cousin est moins lourd !

 

La nage de ce leurre est vraiment extraordinaire puisque la « voile » en queue, permet au jigging de partir en vrille de droite à gauche sur des bonds très aléatoires selon les coups de poignet qu’on lui inflige ! Pêchant depuis de nombreuses années le sandre, notamment au plomb palette, j’ai retrouvé dans cette nage un leurre très attirant !

 

Le seul bémol, si je peux dire, se sont également de véritables aimants à souches et autres failles rocheuses… Si au plomb palette, le plomb fait office de contre poids favorisant la décroche, 9 fois sur 10 les Jiggings restent au fond !

 

9

 

Nous pouvons également noter un nombre assez important de décrochés avec ce type de leurre. L'utilisation de canne "regular" et qui encaisse est recommandée.

 

 Plomb palette :

 

Comment pouvais-je ne pas en parler !

 

Il existe deux écoles du plomb palette, celle du lancer ramener et celle qui nous intéresse ici, sous la canne !

 

Les montages sont tout aussi variés que les animations! Les 3 principaux restent les suivants :

-           Plomb palette avec gaine rouge

-           Plomb palette avec octopus

-           Plomb palette avec leurre souple

 

Chaque pêcheur à ces préférences et sa façon de faire. Ainsi, certains vont utiliser des gaines jaunes, d’autres uniquement des octopus chartreux ou alors des grubs !

Le seul point unique est ce fameux plomb !

 

6

 

De part sa forme triangulaire, lors de nos animations le plomb va faire des bonds aléatoires de droite à gauche, entraînant ainsi dans son mouvement le teaser mis en arrière. Cette nage très aléatoire a tendance à exciter et énerver les carnassiers, ce qui est d’autant plus accentué si nous rajoutons des teasers souples émettant des vibrations supplémentaires. Mais attention, les leurres souples font également office de frein.

 

Cela dit, la nage très serrée et très sèche du plomb palette est rapidement assimilable par les carnassiers, au point où certains lacs, rivières ou plan d’eau victimes de cette technique ont vu les résultats chutés !!

 

En ce qui concerne les animations, là aussi il existe de multiples écoles !  Pour les deux principales : la « bourrin » et la « finesse ».

 

Dans la première les pêcheurs ont tendance à faire des bonds de 40 à 80cm (et plus) au montage. L’animation consiste alors à effectuer des tirées de grandes amplitudes, sorte de mini ferrages. Autant dire qu’en cas de poissons suiveurs ou tatillons, ils se retrouvent souvent harponnés !!!

Dans la seconde école, celle que l’on utilise, l’animation consiste à animer sèchement sur de très faibles hauteurs d’eau (bonds de 5 à 15 cm du montage). Dans le cas de poissons inactifs ou tatillons, on arrive couramment à sortir notre épingle du jeu et les risques de grappiner sont très limités !

 

A l'heure actuelle différentes marques proposent des plombs palette (delalande, canelle ....)

 

10

Activ Jig de chez Canelle

 

Cuiller ondulante et poisson d’étain :

 

Deux autres types de leurres couramment utilisés dans la pratique de la verticale, notamment sur les perches !

 

Je ne développerais pas plus ce sujet, puisqu’il s’agit grossièrement du même type d’animations que précédemment évoqué et il faut avouer qu’en pratique nous ne les utilisons pas !

 


Le drop shot :  

Nous revenons un peu dans de la verticale « souple ».

 

Bien que le drop shot se pratique en linéaire, en verticale sur des poissons légèrement décollés du fond, elle a un atout incontestable ! Nous l’utilisons principalement sur les perches et pas assez souvent sur les sandres alors que ces derniers y répondent très bien.

 

En drop shot, l’utilisation de gomme très souple est préférable pour une nage très fluide du leurre malgré les faibles animations. On recherche principalement des modèles très imitatifs dans le sens qu’on utilise souvent cette technique sur des poissons inactifs. Le fait que se soit une pêche statique les carnassiers ont longuement le temps d'observer et d'analyser le leurre.

 

Pour cela des imitations de poissonnets, de vers mais encore d’écrevisses sont idéales et l’utilisation d’attractants (Trigger X par exemple) sont souvent bénéfique pour stimuler encore un peu plus les attaques.


 En conclusion, nous pratiquons tous d’une manière plus ou moins assidue la pêche en verticale que se soit dans sa pratique commune ou ces dérives !

 

La verticale est un mode de pêche qui englobe une multitude de choix techniques destinés à leurrer nos amis les carnassiers.

 

Elle est vraiment supérieure dans les moments difficiles et les conditions extrêmes de pêches ou les autres techniques de pêche sont inefficaces. Si la verticale reste productive et constante toute l’année, il est évident qu’en certaines périodes (printemps, été et automne), les autres « modes » de pêche peuvent permette des résultats identiques si ce n’est meilleur ou la verticale peut être inefficace !

 

La pêche d’un jour n’est jamais celle du lendemain ni de la veille.

 

Les carnassiers n’ont pas tous les jours le même degré d’activité. S'il existe des constantes selon les biotopes et les conditions, nous nous devons de reprendre nos analyses et d’effectuer des choix en conséquences à chaque nouvelle sortie !

 

Voilà tout le charme de la pêche des carnassiers aux leurres. La verticale n’est qu’une des nombreuses possibilités et solutions qui s’offrent à nous !

 

 


Tag(s) : #Conseil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :