Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S’il y’a bel et bien une espèce qui fait rager bon nombre de leurristes, c’est le sandre ! Tant son comportement est énigmatique, il est souvent délaissé au profil des autres espèces de poissons carnassiers.

  gros-sandre-2 0204

 Il reste la bête noire des pêcheurs alors qu’il s’agit d’une espèce très largement étendue sur l’hexagone avec des densités très correctes.

 

 Malgré cette abondance, il est rare de toucher de manière régulière un gros sandre ! Pourtant, il s’agit bien d’une des espèces les mieux représentés en gros sujets.

 

 Après plus d’une douzaine d’années à le rechercher exclusivement jusqu’à en devenir une obsession, je dois dire que malgré un gros millier de capture, la prise de gros sandre reste une de mes questions non résolues. Si tous les ans je capture des sujets de 70 à 85cm de manière plus ou moins importantes, la barre des 90cm est difficile à franchir !

 

 Où sont-ils ? Où vivent-ils ? Comment se comportent-ils ?

  

3

  Bien des questions peuvent êtres posées au sujet des « big ZANDER »!

 

 Si aujourd'hui j'arrive régulièrement à leurrer quelques gros sujets. Dans le passé, j'estime qu’il s’agissait plus d’un coup de chance que d’une réelle connaissance du poisson et de leurs postes !

 

 Ne vous attendez pas, ici, à avoir la solution ou l’astuce miracle qui prendra tous les gros sandres du secteur mais plutôt un amalgame d’observations faites depuis quelques années.

 


Les eaux à gros sandre :

 

Avant de parler techniques et comportement, je pense qu’il est évident de préciser que certains sites français sont plus favorables à la reproduction et au développement du sandre que d’autres.

 

 Si dans certains coins, le fait de toucher 25/30 sandres maillés à la sortie est courant, ailleurs, la capture de 4 à 5 sujets est exceptionnelle.

 

De ce fait nous ne comparerons pas les valeurs piscicoles de la Seine, du Rhône et d’autres grands lacs à celles des lacs, rivières ou étangs des Pays de Loire où, hors mis la Loire qui peut rivaliser, nos eaux  ne permettent que dans de très rares occasion de tels scores.

Nous allons admettre que dans notre région, la capture d’une dizaine de gros sandre/an est acceptable si on le recherche de manière « régulière et poussée ». On est loin des 86 sujets de + 5kgs capturés « facilement » en Seine par un ami l’année dernière qui ne fait pas du sandre sa pêche principale!

 gros-sandre-2 0188IMGP1437

  Malgré tout, une nuance ressort de tout ces résultats, que se soit chez nous ou ailleurs, i. Il existe des eaux à gros sandre ! Si on élimine les grands biotopes (grands lacs ou fleuves) qui produisent forcément des grands poissons sur la quantité présente, certains milieux (petits et moyens) produisent régulièrement des trophées !

  

gros-sandre-2 0189

   

Il existerait des biotopes qui produiraient plus de gros sandre au m²  que d’autres ?

Difficile à imaginer et pourtant c’est prouvé et validé aux quatre coins de la France, un milieu eutrophe avec une eau teintée (limite verte) et d’une profondeur moyenne peu élevée produit aux pêcheurs - au prorata des captures - beaucoup plus de gros sandres que d’autres secteurs.

 

 Pour simplifier, un milieu peut très bien permettre de capturer une dizaine de sandres à la sortie (de taille moyenne) avec dans le lot de temps à autres des gros poissons (1 sujet sur 50 et plus). Alors que d’autres vont produire beaucoup moins de prises mais systématiquement des poissons aux tailles beaucoup plus élevées avec régulièrement des gros sujets.

 

 

IMGP1438

 

 


 Comportement :

 

Pour avoir étudier en aquarium le comportement de juvéniles, je pense que l’analyse est encore bien plus complexe.

  

Quand on voit ce qu’est capable de faire un sandre de 10cm, si petit qu’il est, on peut se demander ce qu’est capable un vieux poisson !

  

Plus que des eaux à gros sandre, je pencherais plus pour dire qu’il existe des eaux plus favorables à leurs traques!

   

Les eaux chaudes des milieux précédemment cités permettent une croissance rapide et la turbidité des chasses journalières. Le pêcheur a alors toutes ces chances, à longueur d’année, de lancer sur un gros sujet en activité.

 

Beaucoup moins le cas des eaux translucides où la notion de luminosité (levée du jour, couchée du soleil et nuit) joue un très grand rôle chez les poissons trophées. Conditions que l'on peut retrouver lors :

 

-        des fortes précipitations qui colorent les eaux des lacs et étangs

-        le passage des péniches en canal (bordures teintées…)

-        les rivières en crue …

  

Rares moments où quelques gros pépères se laissent séduire en pleine journée !

  

Pour synthétiser, nous pourrions dire que plus les eaux sont sales et/ou mouvementées, plus les chances de tomber sur des gros sujets en activités sont importantes.

 

1

 


 

Taille des proies :

 

 « A gros leurre gros brochet » est une des phrases couramment entendu lorsqu’on recherche les brochets. Et bien cette remarque ne marche pas sur les sandres ! Bon nombre de spécialiste et ma petite expérience sur le sujet montre que l’utilisation de leurre « standard », à savoir ni trop petit ni trop grand, reste une constante chez les gros sandres.

  

DSCF5803CIMG1349

 

Cela n’empêchera jamais de taper un vieux sujet avec un petit LS 2’’ ou un leurre surdimensionné. Le sandre est un poisson tellement complexe qu’il n’y a aucun standard fixe !

Tel jour, telle taille de leurre fonctionnera et telle autre le jour suivant. Toutefois, l’utilisation de leurres calibrés entre 7 et 12cm restent les plus polyvalents.

 


 

Techniques :

 

Depuis belle lurette et pour de nombreuses raisons qui ne sont pas l’objet de cet article, c’est aux pêches souples que je fais confiance.

 

Si tout autant que nous sommes, le maniement et la présentation du leurre se déclinent en de mille et une façon, pour ma part je préfère ne « pas trop en faire » !

  

J’entends dans cette animation à ne pas trop vouloir donner de nervosité et d’énergie à mon leurre ! L’idée est de le faire glisser au fond ou juste évoluer au-dessus en verticale dans une sorte de danse où le leurre représente un objet cassant auquel j’évite de trop forts chocs avec le substrat.

 

dscf1321sgros-sandre-2 0208

 

Le lestage à par conséquent une importance capitale dans la progression du montage au bon rythme avec le bon « dérapage » ! J’accorderais toutefois le fait que certains jours, le sur-lestage assure une tenue au fond qui fait toute la différence.

 

Mais là-aussi, seule l’humeur des sandres le décide et ce n’est pas l’objet de cet article.

Bizarrement et de manière totalement corrigée de ce que j’ai dit précédemment. Les techniques dites « agressives » : plomb palette, jigging rap… me rapportent régulièrement des gros poissons.

 

Non par instinct de chasse mais plus par contrariété et agacement, les gros sandres viennent régulièrement fouetter ces montages !

 

IMGP1434

 

Ils sont alors souvent pris du bout des lèvres, sous la tête et fréquemment, il arrive de se prendre de véritables décharges sur les moments de pauses avec des poissons piqués involontairement par la queue !

  


  Postes :

 

  En eau close, tous les postes de chasse (plateaux, dos d’ânes…) menant à des grands fonds (cassures, marches…) sont d’excellents postes à sandres à longueur de saison. Les zones très encombrées (arbres noyés, souches, haies noyées…) sont également des postes inévitables.

 

De là à dire que les grands sandres y sont également très présents ?

 

Si la présence de petits et moyens sujets aient garanti, celle des gros sandres est souvent « énigmatique ».  L’accoutumance et la notion du stress occasionné par la capture des plus petits sujets y jouent-elles un rôle ?

 

Toujours est-il que bien souvent, ces gros poissons sont capturés sur des postes mal-connus où nous n’aurions jamais imaginé la présence de poissons ! Est-ce le fait qu’ils n’y voient jamais de leurre ? Toujours est-il qu’effectuer de la prospection les jours où rien ne va, peut souvent conduire à de belles surprises !

 

DSCF38454

 

En rivière et fleuve : dans ces milieux dynamiques aux particularités physiques opposées aux eaux closes, il existe dans ces courants qui se tournoient, se démêlent et se reforment une attirance envoûtante.

 

Les meilleurs postes sont partout où le courant cesse son linéaire. On évitera la pleine eau et les grands remous désordonnés pour des postes de bordures, d’amortis … partout ou le courant n’est pas « comme ailleurs ».

 

CIMG0943

Une entrée de darse, une pointe de rivière, une bordure rocheuse, un arbre mort, un bras mort … sont autant de postes susceptibles d’êtres payants. Les chances de tomber sur des jolis poissons seront d’autant plus importantes, si les zones sélectionnées sont profondes avec de nombreuses caches.

 


 

Période :

 

Si l’hiver reste une fabuleuse période pour la recherche des sandres trophées, notamment en rivière et fleuve avec les mouvements d’eaux et les froids qui rassemblent les poissons. La période de transition entre le moment où nous ne sommes plus totalement en été et pas complètement en automne est également un excellent moment de l’année.

 

Des rassemblements et des mouvements de gros sandres inexpliqués se produisent  fréquemment en lac et autres grandes pièces d’eaux. Période - qui dure de quelques jours à quelques semaines - à ne pas louper si toutefois vous êtes à la pêche tous les jours pour y assister !

 

2

L’été, malgré que le sandre soit un poisson d’eaux chaudes, ne rapporte bien souvent que des petits et moyens sandres (en grand nombre). Par contre, la période printanière (hors reproduction et pêche sur frayère) peut rapporter quelques gros sujets en phase de réalimentation post-reproduction.

 


Conclusion :

 

Si la pêche du sandre est passionnante et complexe, celle des poissons trophées l’est d’autant plus qu’il ne s’agit que de quelques rares moments de l’année où les chances de capturer de nombreux et gros sujets sont réelles.

 

Les paramètres et les conditions de captures sont très précises et à ne pas louper si on veut réussir sa saison «ZANDER ».

 

Si tous les étangs, lacs, rivières et fleuves sont peuplés de gros sandres fantômes, nos chances de tomber dessus peuvent être forcées !

 

5

Tag(s) : #Conseil, #Comportement

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :