Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La zone nord a, pour la seconde année consécutive, lancé la saison 2013 du championnat de France de pêche en float-tube.

Les hostilités ont démarré le dimanche 12 mai sur le lac de la Vouraie (85) où nous étions 45 compétiteurs à nous confronter sur les 76ha du lac.

Le lac de la Vouraie est un lac préservé aux aspects encore très sauvages. Les berges se dispersent entre les bois morts et les falaises rocheuses. Ces fonds relativement propres varient de 3 à 20m.

La population de carnassiers y est intéressante avec un bon cheptel de perches, sandres et brochets. Les nombreuses anses et la typologie du site permettent la mise en œuvre d’une multitude de techniques adaptées à leurs recherches. Chaque compétiteur était en mesure de s’y retrouver.

Malheureusement depuis l’ouverture, la pêche est très difficile et les poissons semblent disparus. La manche s’annonçait difficile, la concentration des pêcheurs devait être optimale pour éviter de louper la « touche » du jour.

375118 10200486916188033 1441395356 n

Proche de chez nous, David et moi-même connaissons particulièrement bien le site pour y œuvrer en loisir tous les ans. Cependant, les échos de la pêche du moment y étaient très mauvais et nous étions dans l’impossibilité de pré-fisher le site pour un éventuel repérage (15 jours d’abstinence avant chaque date). La mise à l’eau étant assez proche du barrage et au vu du nombre de compétiteurs, nous avions comme stratégie de partir en direction de la queue de lac en power fishing des bordures.

La distance à parcourir y étant importante, nous pensions y trouver quelques poissons postés ici et là, tout en restant éloigner de l’effort de pêche (peu de compétiteurs ont fait le déplacement).

L’idée était de peigner les postes marqués et connus au brochet à l’aide de BX Swimmer, Spinnerbait et autres leurres de prospection rapide, puis insister sur les zones de tenues répertoriées à percidés en verticale et leurre souple en linéaire.

Rapidement je trouverais, une concentration de poissons blancs et de sandres sur un plateau. J’y louperais deux poissons dont un sandre correct décroché au float-tube. Malheureusement sur la berge opposée un carpiste œuvrait sur cette même zone. Les dérives en verticale ou sur des pêches linéaires étaient injouables, sous peine d’accrocher les lignes (chose faite).

En repérant ce poste comme « occupé », je me doutais que d’autres, plus en amont du lac, le seraient également.

Face à cette optique, David et moi, nous nous sommes séparés.

David a préféré insisté plus longuement sur des zones peuplées alors que je suis parti en power-fishing à la recherche des brochets.

Il trouvera rapidement quelques boules de perches et à force d’y gratter, capturera des poissons non maillés. Pour ma part, je ne déclencherais aucune attaque mais au détour de certaines anses, le sondeur m’indiquait des concentrations de sandres plaqués aux fonds sur des profondeurs de 3 à 5m.

Mes nombreux passages en verticale, pêches agressives (jigging rap, plomb palette…) n’en feront rien, hors mis quelques touchettes, pas de touches ferrables.

944471 10200486917868075 1035814193 n

Les heures tournent, les commissaires nous indiquent la capture de quelques poissons maillés autour du barrage (à l’opposé d’où nous sommes), mais rien n’est joué !

Deux heures avant la fin, je finirais par me résoudre à pêcher les perches ; dans l’espoir de rentrer un poisson maillé. David revient sur mon secteur, nous allons pour œuvrer en duo à la recherche des gros bancs de perches.

A partir de ce moment-là, ce fût un festival de touches et de perches non maillés. Les poissons (une fois repéré) s’enchaînaient facilement, mais rien qui ne permettent de valider des points. Les techniques agressives (jigging rap en petite taille, souple animée violemment…) déclenchaient les poissons.

Je ne réussirais cependant pas à prendre un poisson potable, chose que David parviendra à faire 10mn avant le Kong de fin de manche (16h) sur un sandre de 44.5cm.

L’ensemble des compétiteurs sont dans la même configuration, la pêche a été très compliquée. Quelques brochets ont été pris sur les bordures de manière assez éparse, aussi bien sur du bigbait que sur des micros leurres destinés à la perche, les sandres pourtant bien présents n’ont répondu qu’en petite taille (max 49cm) et seulement deux perches maillés seront mesurées ! Triste résultat…

14 compétiteurs classés, 31 capots et seul le premier a réussi à mesurer deux poissons maillés (un brochet et une perche). David se classera 10ème de la compétition.

Peut-être que nous avons mal défini notre stratégie de départ puisque les poissons se sont essentiellement capturés à proximité de la mise à l’eau. Nous ne le serons jamais, il fallait (à notre sens) être au bon endroit au bon moment. Les touches loupées et les décrochés sont à oublier, prochaine manche le 08 juin à Laval où nous tacherons de combler ce premier échec.

Tag(s) : #Compétition

Partager cet article

Repost 0