Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cela fait déjà plusieurs années que nous voyageons en Suède ; pourtant, chaque voyage est unique !

Yngaren-13 8137

Bien loin de la pratique d’une simple pêche « loisir », la passion à tout ces sens dans ces lacs encore sauvages et préservés. La nature est reine, les milieux n’ont subit aucune détérioration, la reproduction des espèces piscicoles se fait depuis la nuit des temps… Pour faire court, les concentrations de carnassiers y sont juste impressionnantes au point d’y avoir vécu une nouvelle fois des moments magiques où l’on aimerait que le temps s’arrête…

Yngaren-13 8152

Beaucoup de théories et de dictons sont affirmés comme « vrais » chez nous :

« Le brochet est un chasseur solitaire » « il défend son territoire »…..

Pour avoir eu à de maintes reprises l’occasion de juger que ces affirmations pouvaient être sérieusement mises en doute, il m’a fallu attendre ce dernier séjour pour m’en convaincre de mes propres yeux dans les eaux limpides du lac Yngaren. 

Yngaren-13 8078Yngaren-13 8161

Toucher en l’espace de quelques dizaines de minutes ; 10, 15, voir 20 poissons dans quelques 100aine de m² restent des moments inoubliables. L’excitation est alors à son comble, avec des rires, des « poissons », des cris de rage ou de joie, une canne, voire deux, en demi-cercle avec un pêcheur au regard « enfanté ».

DSCF2685

Il faut comprendre que quand on débarque pour pêcher les brochets en début de saison dans ces contrées sub-glaciaires, on arrive peu de temps après la fonte de la glace qui a recouvert la surface de ces grands lacs au long d’une saison hivernale très prononcée et vouée à la pénombre. Pour la nature et les poissons, cela a été le déclenchement immédiat du processus de reproduction et d’activité.

Pour autant il ne faut pas croire que c’est la « fête » en permanence. En dehors de ces grands moments de « frénésie », tous les degrés sont possibles. Un individu posté en embuscade ou l’inactivité absolue telle que nous avons pu le vivre certains jours !

Yngaren-13 8123Yngaren-13 8201

En revanche, quel feu d’artifices de sensations quand on vit des fenêtres d’activités fastes, comme celle que je vais évoquer maintenant.


  Alors que notre équipage composé de moi même, Christian et le frangin naviguons sur les eaux du lac Yngaren avec une certaine difficulté à localiser les brochets et à les faire mordre. Nous avons pris la direction d’une grande baie (7/8ha) presque totalement colonisée par les roseaux et des herbiers aquatiques.

Par habitude nous nous arrêtons à l’entrée pour une prospection large en pleine eau. L’idée étant de s’aider de la force du vent pour atteindre le fond de la baie. Equipé de nos BX-Swimmer (leurre de la semaine) et de petits jerks, nous commençons à pêcher dans ce micro lac d’à peine deux mètres de profondeurs. Nous sommes concentrés et nous nous appliquons… Et c’est le début d’une des plus fantastiques parties de pêche que j’aie jamais vécues pour ce qui est de la concentration de brochets dans un secteur aussi réduit.

Yngaren-13 8212Yngaren-13 8227

Des lancers tous azimuts à moyennes distances, pêcheur prêt à ferrer et des leurres presque à chaque lancer attaqués après quelques tours de manivelle. Il fallait plus de temps pour mener le combat, saisir le poisson, le décroché, faire une ou deux photos et le remettre à l’eau que pour faire réagir l’un de ces congénères ! Tous les poissons capturés se tenaient dans une moyenne de 75/90cm.

Nous en avons loupé, décroché, fait suivre violemment des poissons jusqu’au bateau…nous étions dans un rêve les plus fous de pêcheurs de brochets. Dès que le leurre touchait l’eau sur une zone non explorée, une grande secousse se faisait ressentir dans la canne, s’il manquait son but, une simple pause et une reprise de l’animation suffisait à le refaire taper violemment… dingue !

Plus on avançait, décalait nos dérives et plus les poissons s’enchaînaient. Cela a duré une petite heure et c’est nous qui avons demandé l’arrêt des hostilités face à des touches au fur et à mesure moins nombreuses et des poissons tous calibrés. Nous avons monté pas loin de 30poissons au bateau sur au moins 45/50 de touchés !

Yngaren-13 8169Yngaren-13 8104

Cette séance a été vécue plusieurs autres fois sur le séjour sur d’autres zones plus étendues, des zones que nous avons pêché brièvement pour pouvoir y repasser les jours suivants (ou pas).

Pour autant, cela ne veut pas dire que les poissons tapaient sur n’importe quoi et n’importe où !

Certains leurres et certaines vibrations ne produisaient aucune attaque tandis que d’autres faisaient mouche rapidement. Beaucoup plus loin dans le raisonnement, toutes les zones peuplées de brochets ne permettaient pas de faire de tels scores.

Yngaren-13 8083Yngaren-13 8250

Sur certains secteurs, malgré des densités évidentes de poissons, la prise d’un, deux ou trois poissons étaient formidables, sur d’autres, nous étions dans l’incapacité de déclencher une attaque franche… Cela dit, certaines baies bien exposées étaient peuplées de concentration telle que nous ne pouvions même pas imaginer la quantité réelle de brochets présente. Nous avons touché à l’instant « t » peut-être un poisson sur 10 !!!

Yngaren-13 8097Yngaren-13 8099

Hors mis ces zones, la pêche est restée très compliquée avec des températures d’eaux très froides (entre 1.8 et 3.5°C). Les poissons étaient inactifs et dans la majorité des cas très discrets. J’ose imaginer nos résultats dans des eaux aussi froides sur nos pauvres eaux françaises ?

Pour dire la vérité, si les carnassiers y sont en une telle abondance, c’est qu’une égale abondance de nourriture en contrôle le niveau. De telles concentrations n’existent plus dans nos milieux, puisqu’il n’y a pratiquement plus de systèmes aquatiques où la population de brochets (entre autre) soit en rapport d’abondance avec celle du poisson fourrage qui la limiterait à son niveau optimum.

Bref vous l’aurez compris, nous sommes encore revenus en France avec un léger goût de gâchis de nos eaux…

Yngaren-13 8224Yngaren-13 8243

Bien d’autres histoires seraient à narrer de ce séjour, bien trop longues pour être écrites sur un bout de papier…


 

Pour des conditions de pêches exécrables (eaux froides) avec des lacs encore à moitié glacés cela laisse perplexe ! Nous sommes surement arrivés une semaine trop tôt pour profiter d’une activité maximale des brochets et de la montée des grosses femelles ; revanche à prévoir…

Au niveau des leurres, nous avons essentiellement pêché avec les nouveautés RAPALA et avons littéralement explosé la peinture de nos BX-Swimmer sur pas loin de 100 brochets.

Yngaren-13 8207

Quelques poissons (à moindre mesure) ont également été capturés sur des Clackin’minnow, Clackin’Rap, BX minnow et X’Rap plus quelques jerks Suédois.

Yngaren-13 8246Yngaren-13 8249

Pour les deux autres bateaux ; leurres souples, grosses cuillers tournantes à Musky et chatterbait ont su rapporter leurs lots de brochets.


Merci à Alain, Claudine, Benjamin et Maxime pour l’accueil sur ces contrées nordiques, toujours un plaisir de vous revoir. Désormais, nous pouvons le confirmer, ce nouveau lac « Yngaren » où s’est installé Sweden Predator Fishing réserve de grandes surprises… (Il semble que déjà 3 métrés ont été capturés depuis notre départ : 105-108 et 109…)


Au terme du séjour, notre groupe a capturé 210 brochets (max 97cm) dont +150 entre 70 et 100cm. Si les journées ont varié entre 17 et 70 brochets/jour, les poissons ont souvent été capturés sur de très courtes fenêtres d’activités en des secteurs bien définis.

Tag(s) : #Voyage

Partager cet article

Repost 0