Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A l’origine de cet article, l’idée était de détailler jour après jour les résultats des dernières sorties mais ce dernier coup du soir à tout chamboulé ! Un poisson attendu depuis de nombreuses années qui est enfin arrivé (sans se décrocher). Bref, je l’ai et j’en suis encore aux anges, j’ai mon BIG ONE !

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet de cette capture, reprenons de manière succincte les dernières sessions qui ont menés à ce grand poisson.

Tout commence jeudi soir à la veille d’un week-end de trois jours. Avec David, nous décidons d’aller faire du wadding en rivière. Une canne chacun, quelques leurres et nous partons traquer les brochets sur un parcours habituellement riche en touche.

J’ai bien dit « habituellement » puisque nous déclencherons que deux poissons sur 2km de linéaire. Le premier a tapé deux fois dans mon spinner et je le foire à quelques mètres des wadders (la taille ??). Le second (un brochet de + ou – 75cm) se décrochera sur une erreur de ma part lors du combat ; toujours au Spinnerbait.

Samedi, j’ai réalisé une matinée entière en lac en compagnie d’Eric, Pascal et François. Une nouvelle fois, nous pourrons écrire la phrase magique : « pêche difficile ».

Eric s’en sortira avec un sandre de 40/45cm alors qu’avec François nous ne sortirons que des perchaudes en bordures. Je noterai juste l’attaque foireuse d’un beau broc (70+) sur mon spinner et le magnifique loupé sur un sandre (je pense joli) au shad en linéaire. Bref, plus de concentrations et ces deux poissons étaient pris !!

12

L’après-midi, pour changer d’air, j’ai remis les voiles pour une pêche de brochet en rivière. J’ai tenté un premier secteur que je ne connaissais pas et qui ma foi, semble en contenir une population correcte. 300m de linéaire prospectés pour 3 brochets de 35/50cm (encore au Spinnerbait).

Sur le second secteur, j’y descendrais en float-tube pour 5 perches et 1 broc de 40cm en 1h30 de pêche.

Un après-midi sans la capture de gros poisson mais de la touche !!

Dimanche, sortie de 10 à 15h sous la flotte avec le frangin. Du courage par cette magnifique météo qui nous vaudra une de notre plus belle session depuis l’ouverture.

Nous toucherons - sur des postes assez variés - 12 sandres et 1 perche. Les pêches agressives (plomb palette et jigging-rap) auront permis de séduire 80% des poissons. En revanche rien de très gros, nous ne comptabiliserons que 4 poissons maillés (60-55-55-50cm) avec le reste des sandres entre 25 et 35cm.

112

Lundi, dernier jour de pêche passé en compagnie d’Eric sur notre bateau. Mission power-fishing sur les brochets en bordure. Malheureusement le début de journée a été très difficile avec aucun brochet au compteur. Sur des dérives relativement rapides, je réussirai à extirper quelques sandres au shad en linéaire (poissons de 35 à 45cm sur nage encore agressive) ainsi que des perches.

14

David m’imitera avec un sandre de 55/60cm.

L’après-midi, avec la levée du vent, sera meilleure. Les brochets étaient régulièrement postés sur le linéaire de berges. Bien qu’au final, nous en monterons qu’un seul au bateau (60/65cm), nous en décrocherons 4 autres et en ferons bouger autant…

Au final que 9 poissons au bateau (5 sandres, 1 perche et 1 brochet) mais nous aurons eu de nombreuses touches. Bon signe pour les prochaines sessions…

Mardi soir, alors qu’il ne pleut pas, François et moi partons 2 petites heures à la recherche des brochets en rivière. La rivière est haute, un léger courant ne permet pas de pêcher correctement du bord les différents postes d’affûts des brochets. Se sera sur un léger calme en cul de courant que nous toucherons deux poissons successifs. Le plus gros sur un shad 6 pouces en linéaire : 71cm.

13

Mercredi soir, date de l’écriture de cet article avec le fameux poisson XXL…

Tout commence sur un coup de tête avec David, nous décidons d’effectuer un rapide coup du soir aux silures et sandres. Les float-tube chargés dans la voiture, nous partons en direction d’un poste en rivière que nous commençons à bien connaître.

Nous n’avons pas beaucoup de temps devant nous pour trouver la pêche et nous nous basons sur les dernières sorties : pêche agressive ! Tranquillement, nous descendons les premiers postes, chacun sur notre berge. Les touches sont peu nombreuses mais nous restons concentrés sur notre pêche, tout peut arriver…

A l’abord d’une fosse, j’entame une dérive en linéaire et au redémarrage de mon leurre je ressens une lourdeur. Le ferrage est instantané, je suis comme pris au fond.

Rapidement, la « chose » se décolle et je récupère lentement mon fil avec une certaine méfiance. Une méfiance que je tiens d’une anecdote similaire où je pensais tenir une grosse branche alors qu’il s’agissait d’un gros sandre ; évidemment perdu !!

Doucement, la « chose » se rapproche et les premiers signes de vies apparaissent. Deux légers à coups dans la canne m’indiquent qu’il s’agit bien d’un poisson et pas un petit !

Monté en 24% sur une canne M, je ne peux pas faire grand chose. Le poisson me promène sur plusieurs mètres, je suis obliger de suivre. Canne cintrée, tranquillement j’entame ma phase de récupération, le nœud de raccord tresse/fluoro apparaît en surface et je ne souhaite qu’une chose : voir le poisson ! Chose que je ne peux commander puisqu’il repart en force dans un large remous.

Le combat continue et s’intensifie au point que nous commençons sérieusement à pencher sur un silure, une grosse carpe par le travers ou un gros brochet.

Les minutes s’écoulent, le poisson ne fatigue pas et j’ai ne cesse de penser à une hypothétique coupe de brochet. La lutte reste, cela dit ; très sereine, le poisson se ballade mais je ne donne pas de fil. Plus les secondes défilent et plus j’ose imaginer la taille du bébé de l’autre côté (un gros brochet ??).

C’est finalement à l’approche d’un haut fond (50cm de profondeur) que je serais fixé. Alors que le poisson semble dans un premier temps l’éviter, il finit (une fois bridé) par s’y engager ! Mon nœud de raccord sort progressivement de l’eau, le poisson monte et un large dos apparaît.

97

Un énorme sandre, dorsale toute hérissée… Le temps semble s’arrêter, mon cœur s’emballe mais le poisson lui repart en force vers la pleine eau.

A ce moment là, qu’une seule phrase sort de ma bouche : « David c’est un sandre, il est énorme, j’ai besoin de toi… ».

68

Le combat n’est plus de la même donne, d’une certaine sérénité, je passe en mode « il monte, je le choppe le plus rapidement possible ». Le poisson est sous nous en verticale, quelques signes de fatigues apparaissent, je décide de pomper avec prudence.

Le poisson explose la pellicule de l'eau, redescend sur quelques dizaines de centimètres et se pose droit devant moi !!!

Je donne une légère impulsion et l’échoue dans mes palmes. David se précipite pour se saisir de la queue alors que ma main est déjà rentrée dans les ouïes. Il est à nous et il est énorme…

Le poisson dépasse allègrement les 90cm et à la mesure sur l’eau, David m’annonce qu’il est proche du mètre !!!

Pas le choix, pour une mesure plus fiable et des photos sans risques, nous nous échouons sur la bordure. Le poisson est remesuré à tout juste le mètre, monstrueux ! Pour avoir pris et déjà vu des sandres de 80, 85 à 90cm, là c’est juste impressionnant. Sur un poisson avec de telles dimensions, tout est démesuré.

10

Bien que je recherche le sandre depuis de nombreuses années de manière presque exclusive et que j’ai vécu des moments de folie, là je reste sur mon nuage. Je viens de prendre le poisson de mes rêves, un poisson que j’ai vu disparaître sous mes yeux à de nombreuses reprises ces dernières années, cette fois-ci je l’ai eu !!!

Sur le retour à la voiture, notre joie est partagée et nous sommes encore dans l’excitation de cette capture. Un sandre du mètre… je ne suis pas prèt de l'oublier !!!

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :