Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ouverture

Notre chalet:

IMGP0944suede 1336

Alors que la pêche des carnassiers vient de réouvrir en France, nous étions rendus dans ce magnifique pays nordique qu’est la Suède !

Depuis plusieurs années de pêche aux carnassiers, nous avons eu la chance de pratiquer notre passion dans différents grands biotopes français : grand lacs landais, lac de barrages auvergnats… Toutes ces vacances nous ont permis de découvrir des eaux françaises d’une grande richesse piscicole, où les prises sont nombreuses avec des tailles honorables (je précise pour nos eaux).

Cela dit, ce séjour est celui qui me laisse les plus grandes impressions et images de pêches. A l’heure où j’écris, je suis encore dans un autre monde, totalement scotché par cette semaine suédoise. Une nature saine, propre et surtout d’une très grande variété (faune et flore).

Il est évident que pour la pêche, il s’agit d’un rêve ! Une fréquentation de pêche très faible associée à une très bonne gestion ne peut que fournir des milieux d’une grande richesse. Ce qui peut également s’expliquer par la qualité et l’immensité du biotope : le lac Mälaren que nous avons pêché a une superficie de 115 000ha !

Pourtant ce voyage n’a pas été le plus chaud que j’ai connu, loin de là ! Moi, Walter, David et les autres pêcheurs présents sur le camp avons joué de malchance avec dame météo ! Alors que la semaine précédente de notre venue les températures étaient estivales, un front froid et un vent du Nord se sont installés. Ce qui fît descendre la température ambiante à -2°C le matin, et celle de l’eau dans une fourchette de 7 à 8°C _ A titre indicatif, sur certaines baies la température de l’eau étaient à 15°C avant notre arrivée ! _ De dimanche à mercredi nous avons ainsi bénéficié d’un temps très fluctuants (neige, grêle, pluie…). Ce n’est qu’en fin de séjour que les conditions se sont stabilisées et améliorées avec le retour d’un vent du Sud et des températures saisonnières!!!!

Autant se dire que tout ceci ne pouvait que couper net l’entrain des brochets. De ce fait nous avons connu des moments difficiles, de longues périodes d’inactivités sans un seul poisson mais au vu de la qualité du milieu, même avec des conditions exécrables, il y’a toujours du poisson à prendre !!

Un joli 95cm !

2 

Notre séjour :

Nous revenons à nos moutons et au séjour proprement dit.

Tout a été organisé avec la société Sweden Predator Fishing installé sur 3 lacs suédois : Le lac Mälaren, le lac Baven et le Langhalsen.

La pêche sur le camp se déroule en bateau de 2 à 3pêcheurs. On navigue sur des Quintrex de 4m avec moteur thermique de 15Cv. La possibilité d’utiliser un moteur électrique sur les journées peu venteuses est également à disposition.

Florent, David et Maxime prêt à partir:

suede 13371

Chaque bateau est équipé de gilet de sauvetage (obligatoire sur les pêcheurs), de rames et de tout l’attirail de dernier secours en cas de panne.

En dernier ustensile, l’épuisette ! Elles sont grandes et larges, conçus sur mesure pour correspondre aux attentes du site !

Tout juste 190cm dans l'épuisette!

suede 1452

Des cartes marines sont également fournies dans le bateau et permettent de se localiser sur l’immensité du lac mais également se donner une idée sur les profondeurs. L’échosondeur vient alors conforter les aprioris !

Une des cartes marines:

suede 1471

Pour les personnes souhaitant alléger leurs bagages, des combinaisons chaudes sont également proposés!

Je pense qu’il est important d’évoquer que tout le matériel à disposition est neuf ou en très bonne état ! Et que dire du logement et de la nourriture, là aussi tout est carré et nickel !

Le grand luxe:

suede 1244 

Etat des lieux

Pour notre séjour du 30 Avril au 7 Mai, notre terrain de jeu était le Mälaren : 115 000ha de superficie, 120km de long entre les deux extrémités, le tout divisé et composé de baies, d’entrelacs d’îles…

Immensité et beauté:

suede 1479

Seulement 10% de sa superficie a été navigué par les guides et 1% pêché !

Il faut vraiment s’imaginer que ce lac est un véritable labyrinthe et que les bordures sont essentiellement composées de roselières. Soit des milliers de kilomètres d’éventuels postes à brochets ! Et c’est bien là, la véritable difficulté pour nous pêcheurs français ! On ne s’improvise pas sur ce type de biotope, toutes nos connaissances du brochet sont réduites à néants, pardon, je me corrige, elles sont limitées à nos expériences françaises et comme nous l’a dit Julien (guide sur le site) « Avez-vous vu la taille du bébé ? » en citant le lac.

Les brochets n’ont pas des postes définis, ils sont mobiles en fonction de tout un amalgame de paramètres (météos, vents, températures…). Ce n’est pas selon les yeux et les envies des pêcheurs qu’il faut pratiquer mais bel et bien selon des critères physiques (conforts du poisson, zone de chasse, zone de repos, nourritures…)!

Si on arrive buter avec des idées reçues et qu’on souhaite pêcher selon son expérience, le séjour sera médiocre. D’où la présence très importante des guides.

Dernier instant avant le départ:

IMGP0941

Durant toute cette semaine, nous n’avons pas eu de guidage mais un accompagnement dans notre pêche. Les conseils dictés lors des briefings avant et après la pêche sont très enrichissants et importants. Les guides surplace ont une grande connaissance du lac et des comportements des brochets. Ils sont là pour nous faire progresser et « évoluer » tout au long du séjour.

Le mot évoluer peut paraître fort mais est entièrement réaliste !

Ici dans ces lacs, les populations de carnassiers et de fourrages sont sauvages, à l’état pur avec un équilibre établi. Les densités sont impressionnantes mais cela ne veut pas dire que le poisson est partout ! Il s’agit de véritables mers intérieures avec des mouvements d’eaux (liés au vent) où la nourriture et les poissons proies sont poussés à suivre des chemins, des trajets où ils s’accumulent. Selon les jours, les densités seront plus ou moins importantes sur tel ou tel secteur ! Les carnassiers sont évidemment très mobiles et suivent ces mouvements : nourriture, eau plus chaude…

Taille standard:

suede 1250suede 1249

La densité de brochets a beau être exceptionnelle, il faut garder à l’esprit qu’il ne suffit pas de lancer son leurre pour en capturer ! L’estimation des guides vaut que dans 80% de nos ancrages _ que se soit sur le large du plateau, une cassure ou sur la roselière, alors qu’on pêche globalement 2000m²_ on pêche sur des brochets ! L’analyse va encore plus loin, au mieux, on ne prendrait qu’1 poisson sur 9 présent devant nous (je souligne que sur certains ancrage on peut en prendre une dizaine voir plus !!), tout en sachant que tous les poissons capturés le sont pour la première fois !!

 Je laisse les esprits vaquer dans l’imaginaire et tenter d’imaginer la quantité de poissons présents !

Certains vont dire qu’on pêche sur des centaines de poissons en permanence. Effectivement c’est vrai mais la pêche n’en est pas plus facilitée ! Comme dit beaucoup plus haut, il y’a un équilibre établi depuis la nuit des temps entre prédateurs et proies, les populations sont dans leurs états purs. Il est évident que les périodes d’activités alimentaires des brochets sont beaucoup moins importantes que les périodes de non activités.

Bien choisir sa zone:

suede 1236suede 1332suede 1379

Le jeu consiste alors à pêcher des fenêtres d’activités alimentaires ! Nul besoin de faire des kilomètres de roseaux comme on aurait tendance à le faire, même si ça marche, on ne prendra qu’un poisson agacé ici et là. Il s’agit de pêcher plusieurs fois les mêmes secteurs en alternant le plateau, la roselière et la cassure. En se limitant une journée sur un secteur défini et en repassant plusieurs fois sur les postes pêchés, les chances de tomber sur un moment d’activités carnassières sont réelles !

Quand on tombe dessus les doublés sont courants: ici 60 et 95cm

suede 1304 

Leurre :

suede 1350suede 1353

Au niveau des techniques et des leurres, il ne faut pas hésiter à pêcher gros ! Les petits leurres et autres bricoles peuvent rester dans nos garages, non pas qu’ils ne permettraient pas de capturer du brochet, bien au contraire, mais qu’ils ne nous rapporteraient que des petits poissons.

La pêche consiste alors à utiliser des leurres de grandes tailles : gros jerkbaits, gros leurre souple, gros swimbait, grande cuiller ondulante et spinner. L’utilisation de fluoro carbone est fortement déconseillée.

85cm:

suede 1373

Ici les poissons sont saints, puissants et surtout contiennent une dentition impressionnante vis-à-vis de nos eaux ! Un fluoro inférieur à 80% est aussi aisément sectionné qu’un 25%. Comme le signale les guides, le voyage veut qu’on recherche des poissons records, un 80 ou 100% étant susceptible de ne pas tenir, l’utilisation de bas de ligne en titane est recommandée.

A ce propos, le camp dispose d’une boutique qui vend les meilleurs modèles de leurres, bas de ligne et autres ustensiles. Nul besoin alors de surcharger puisque tout est à disposition !

P5060065 

La semaine pêche :

Les pêcheurs français que nous sommes, sommes très rapidement désorientés face a l’immensité du lac. Si certains pêcheurs se contentent de pratiquer les roselières au gré des dérives, ce n’est pas la solution ! Ici les poissons obéissent à des phénomènes météo, nourriture et vent, de ce fait certaines zones peuvent être désertes ou très faiblement peuplées ou encore habitées par des petits poissons. Si le temps est constant, les zones peuvent restées productives plusieurs jours, sinon elles changent continuellement au gré des divers aléas !

 

suede 1253suede 1262suede 1286 

On comprend alors que la réussite passe par une prospection variée et une grande capacité d’adaptation.

Chaque soir après la pêche nous nous réunissons tous ensemble pour un briefing techniques et comportements ! Sûrement les moments les plus importants du séjour !

Comme je l’ai dit précédemment, il ne faut pas rester buter à ce que l’on connaît et ce que l’on a l’habitude de faire en France. Nous sommes là pour nous amuser et faire du poisson et pour cela une adaptation est nécessaire !

Si au départ du séjour nous nous contentions de pêcher à la Française, nos résultats ont rapidement progressé en pêchant intelligemment.

80/85cm

suede 1469 

Je m’explique, comme tout bon pêcheur Français, à la vu des kilomètres de roselières et de ces entrelacs d’herbiers, l’idée première est de ne pêcher que ces bordures de manière automatique ! Alors qu’on est briefé sur la quantité de brochets présentes, on pense que  sur chaque pointe ou recul de la roselière, des brochets y sont embusqués et ce sans aucun calcul et réflexion sur l’environnement extérieur ! En procédant ainsi on touche du poisson, plus par chance je présume, puisqu’à force de peigner sur des kilomètres, on tombera à un moment ou un autre sur une zone productive !

Haut fond de roseaux + vent:

suede 1280 

Alors qu’au final, l’idée consiste à sélectionner _ sur les cartes marines_ les meilleures zones selon les vents, les conditions des jours précédents, la température de l’air… pour ensuite tester plusieurs secteurs de pêche.

Et là encore, ce n’est pas parce qu’on touche une quantité minime de poissons que le secteur est peu productif ! On revient alors au phénomène des fenêtres d’activités alimentaires ! Si dès le premier passage les brochets sont actifs, tant mieux, mais parfois ce n’est qu’au bout de 2 ou 3 essais espacés de quelques heures qu’on touche le jackpot !

95cm:

suede 1290suede 1291suede 1295 

Si je devais analyser plus précisément notre pêche, sur la première partie de notre semaine nous avons trop voulu balayer un maximum de terrain et de postes sans retour sur les zones prospectées. Nous pêchions alors un peu à la Française, au hasard des postes nous paraissant accueillant. Coupler à cela, nous changions trop régulièrement de techniques et de leurres pour trouver l’arme fatale !!!

Poissons de 70 à 85:

suede 1391suede 1324suede 1333suede 1326suede 1385suede 1432 

Le souci est qu’on pêchait 8 fois sur 10 sur des mauvais secteurs et qu’au final, bon ou mauvais leurre, la chance de faire un nombre conséquent de poisson était minime.

L’évolution du séjour a vraiment commencé lorsque nous avons enlevé nos œillères et écouté, analysé les propos des guides. Ils sont là, je le répète, pour vous faire pêcher !

Quelques autres beaux sujets:

suede 1267suede 1309suede 1271suede 1305 

Le lac Mälaren est immense, son fonctionnement est impossible à comprendre en quelques heures de pêche ! Les guides apportent leurs expériences et connaissances des brochets dans un souci de nous aider dans nos choix et tactiques. Une fois qu’on joue le jeu, qu’on analyse tout les paramètres qui nous sont présentés, la pêche commence enfin! 

Le voyage devient alors une expérience inédite sur la pêche du brochet mais également sur toute la compréhension de cette espèce. En l’espace d’une semaine, les connaissances acquises sont immenses et font réellement voir nos mode de pêche de manière différentes : choix des coloris, de la sonorité, des vibrations, animations…

Les espèces :

Il y’aurait tant de chose à raconter et à dire ! Le seul mot qui me vient à l’esprit c’est « richesse » !

Dans ces eaux on retrouve poissons marins et d’eau douce mélangés dans des quantités qui laissent rêveur.

Brèmes, gardons, rotengles, tanches, éperlans… tous en nombre et en taille !  

Les carnassiers ne sont pas en reste puisqu’on y retrouve des lottes, des aspes, des silures, des sandres, des perches et des brochets.  

Dans ce séjour nous nous sommes ciblés, sans réussite, plusieurs après-midi sur les percidés. Quelques poissons ont été touchés mais cela reste très minime. Les conditions climatiques devaient y jouer pour beaucoup ! Au vu de certaines boules de perches et surtout de sandres à l’échosondeur, il y’a de quoi s’amuser !

suede 1325suede 1380 

Les brochets ont fait la réputation du site ! Mais attention il y’a brochet et brochet ! Si chez nous un poisson de 80cm est relativement tranquille, là-bas un 90cm est une proie !!!!

Un 60cm en a fait les frais:

suede 1312suede 1313suede 1318

Les captures :

Voilà le point que beaucoup de pêcheurs attendent !

« Alors combien ? »,  « Des gros ? » 

Sincèrement je traite ce sujet en dernier puisque à mes yeux il n’a aucune importance. Ce qu’il faut retenir c’est la quantité de poissons capturés dans des conditions extrêmes et exécrables ! Mais également la taille moyenne de ces derniers !

Sur certains sites français, nous aurions certainement pu en prendre autant dans un même laps de temps. Néanmoins il aurait s’agit de conditions de pêches agréables avec des poissons actifs et mordeurs, la taille moyenne des brochets serait restée modeste !

La dans des conditions météos détestables, on a touché entre 7 et 21poissons par jour avec une moyenne des prises se situant dans les 70cm pour un ratio d’un brochet de +80cm pour 4 poissons !

suede 1381suede 1438suede 1430suede 1446suede 1263suede 1266suede 1383suede 1384suede 1439suede 1442suede 1401 

Conclusion :

La suède a été pour nous une expérience inédite et déstabilisante ! Imaginez-vous pêcher des heures et des heures sur un nombre de brochets conséquents sans daigner en faire mordre un ! Tout est une histoire de vibrations, de fenêtres d’activités, de paramètres… De quoi faire perdre la tête à plus d’un pêcheur ! Mais quand on s’y plonge un peu plus et qu’on se lance, que du bonheur !

Je tiens également à dire un grand merci à la société Sweden Predator Fishing et plus précisément à Julien et Josselin nos accompagnateurs lors de notre séjour. Ils nous ont fait partager leurs gentillesses, savoirs et connaissances, merci les gars !

Grace à vous, nous avons vécu de grands moments de pêches et de joies, mais surtout une expérience enrichissante sur la pêche du brochet !

Je terminerais par saluer nos camarades de camp avec qui nous avons passé d’agréables journées et soirées. Au plaisir de se revoir, pour certains c’est déjà planifié ! 

Le lunker du séjour, 108cm:

 suede 1455suede 1464suede 1460

Florent et Maxime en action:

P5050050P5050055P5060062

Les insolites:

IMGP0961IMGP0960suede 1396

 

Fin

suede 1240

 

Tag(s) : #Voyage

Partager cet article

Repost 0