Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le brochet est aux yeux de l’ensemble des pêcheurs français, le poisson mythique, le roi des prédateurs !

  gros-broc 3685

Puissant, combattif et pouvant atteindre des tailles et poids records, le brochet hante nombre d’esprits !

Pourtant, aussi désiré qu’il soit, les populations ne sont plus celles d’antan. Les grosses pêches sont de plus en plus dures à réaliser, les coins de moins en moins nombreux, au point que l’espèce soit délaissée au profil d’autres plus représentées.

Toutefois, il semblerait que le brochet revienne en force sur de nombreuses régions française : politique de ré alevinage, création de frayère, mesures de protection … favorisent sa « pseudo-réimplantation ». Si encore beaucoup d’efforts restent à fournir, ce retour n’est pas sans déplaire et incite fortement à poursuivre les efforts mis en place.

En corrélation avec cette « renaissance », les densités de poissons blancs ont  fortement augmenté ces dix dernières années. Les brochets bénéficient ainsi d’une forte croissance et bon nombre de nos eaux sont susceptibles de fournir des gros spécimens.

La seule difficulté réside dans le fait que les brochets (encore en sous nombre) ont des phases d’inactivités beaucoup plus importantes que les phases d’alimentation. La tâche pour les pêcheurs aux leurres en est alors d’autant plus compliquée que nous pêchons majoritairement sur des poissons inactifs.

Loin d’être des spécialistes de la pêche aux gros brochets, je dois dire que l’expérience suédoise 2011 a beaucoup apportée et aidée à mieux aborder ces grands poissons dans nos eaux françaises : mode d’approche, animation des leurres, choix des couleurs… ont une importance bien plus élevée que nous ne l’accordions.

  

gros-broc 1291gros-broc 13132

  

Cette expérience a permis de démontrer une certaine incompétence sur le sujet et désormais, « l’approche à la française » à laisser place à « l’approche nordique ».

Est-ce un hasard ? Une coïncidence ? Est-ce cette remise en question qui a permis de capturer un grand nombre de gros brochets français l’année dernière (2011) ?

Honnêtement, je pense que cette nouvelle façon de voir et de distinguer réellement les deux pêches que sont la pêche loisir et la pêche des gros poissons ont permis ces résultats. Sans maîtriser réellement le sujet, essayons de reprendre les points les uns après les autres !

 


Approche :

Le pêcheur de brochet a toujours dans l’esprit l’étang marécageux avec végétation luxuriante. L’idée est alors de propulser ses leurres à proximité même des herbiers et de s’y tenir avec des leurres et montages adaptés !

gros-broc 2747

L’expérience suédoise et de manière plus générale l’année « brochet 2011 »  ont démontré tout le contraire dans la traque des gros brochets.

Les bordures peu profondes sont souvent occupées par des brochets mais majoritairement de petites ou moyennes dimensions. Ces secteurs aux eaux plus chaudes avec une végétation dense sont ni plus ni moins la « nurserie ».

14

 Zone dans laquelle les brochets trouvent un grand panel de poissons blancs de tailles réduites (petits cyprins, alevins…) et où les prédateurs se dissimulent facilement. Si ce fonctionnement permet aux brochets présents de se poster à l’affût, les herbiers font également office de bouclier.

Un gros brochet a besoin d’espace pour chasser, se déplacer, se retourner… mais surtout besoin de proies adaptées à sa taille !

Plus les sujets sont gros et plus ils mangent des grosses proies. Hors ces dernières sont bien souvent postés sur les premières cassures, au large des plateaux… loin des bordures peu profondes (hors période de fraie).

Les plus grands sujets sont alors souvent localisés dans les mêmes secteurs.

Plus au large, limite cassure...:

13gros-broc 2742

 

Cela peut paraître peu commode, mais l’idée dans la traque des gros brochets consiste à éviter les plus belles bordures pour une traque de pleine eau. Zone dans laquelle ils règnent sans danger. Attention cela dit à ne pas complètement délaisser les bordures !! Par conditions précises, il est tout à fait possible de capturer des grands poissons: fraie de l'espèce ou du fourrage, etc....

 Avant et après les périodes de fraies, les gros poissons sont proches des zones peu profondes:

100

 

Nota : ces données ne sont valables que dans un milieu conséquent à savoir des grands étangs, lacs, fleuves… Il est évident que sur une toute petite pièce d’eau il n’y a pas véritablement de règles !

Pêche et technique :

Loin de tout remettre à plat, il faut distinguer chez le pêcheur de brochet deux façons de procéder !

La première qui consiste à pêcher du poisson ! Dans quel cas, la pêche s’orientera plus sur une pêche rapide des bordures avec des herbiers et poissons postés. Les chances de tomber sur un gros sujet sont minimes mais les touches y sont plus nombreuses. On s’adresse alors principalement à des poissons « calibrés ».

P1000009

 

La deuxième pêche consiste à tourner le dos aux superbes roselières et champs d’herbiers pour une prospection des fins de plateaux, cassures… Les touches sont peut-être beaucoup moins nombreuses mais en règle générale il s’agit de jolis brochets !

102gros-broc 0133

 

L’idée peut paraître farfelue mais croyez-moi, elle est très efficace sur la recherche des gros brochets. Tout est une question de patience et de confiance dans ce que l’on met en pratique. Il est toujours difficile de tourner le dos aux meilleurs postes « types », mais le jeu en vaut la chandelle, essayez !

 Des bordures si alléchantes...:

gros-broc 1236gros-broc 1336

 

Point de vue technique, je dois dire qu’il n’y a pas de réel « standard ». J’aurais tendance à privilégier des gros poissons-nageurs à nage agressive (jerkbait) dans des faibles couches d'eaux ou des swimbaits. Ces derniers savent déclencher les attaques des poissons les plus apathiques ou suiveurs grace à une nage lente et réaliste. Cela fait souvent la différence les journées difficiles.

Copeeie de Photo 003

 Dans les grandes profondeurs, la pêche au leurre souple rapporte également son lot de poisson. L’idée consiste alors à l’animer de manière assez lente avec des larges amplitudes. Il n’est pas forcément utile de raser le fond, les brochets se tiennent souvent suspendus dans la colonne d’eau. Par conséquent, l’animation peut très bien être réalisée dans les couches d’eaux supérieures ! L'idéale étant de passer au-dessus du brochet.

Gros brochet au leurre souple:

gros-broc 1267

Matériels:

 

Selon les envies du pêcheur là aussi il faut distinguer les deux approches précédemment évoqués :

-           Pêche « plaisir » : Canne puissance MH, tresse 15/17%, fluoro de discrétion 28% et bas de ligne de protection en fluoro 50% minimum

 

-           Pêche « gros brochet » : Canne puissance MH à XH, tresse 24/25%, fluoro de discrétion 35% et bas de ligne de protection en fluoro 70% minimum

 

Pourquoi une telle différence ? Tout simplement par le fait qu’on s’adresse à deux catégories de poissons aux proportions et puissances opposées.

 

La première s’adresse à des poissons en général calibrés dans nos eaux à 45/60cm qu’à la seconde, la moyenne est plus proche des 85/90cm avec possibilité de piquer un gros sujet (je parle en France).

16bgros-broc 0143

 

Quand on touche un très gros poisson, il est toujours dommageable de ne pas être monté en conséquence et de le perdre. Ce qui est d’autant plus le cas lorsqu’on les recherche spécifiquement !

A titre comparatif, en suède, la pêche plaisir dans les roselières s’adresse à des poissons de 65/90cm alors que celle de pleine eau à des sujets de 90/110cm et plus.  

gros-broc 1439gros-broc 1384

Leurre :

 

Chacun à ces leurres de prédilection, personnellement sur les deux approches nous tournons principalement de la manière qui suit :

-           Pêche loisir : Spinnerbait, Chatterbait, shad de 8/12cm, jerkbait (type clackin’minnow…), slider (Gliddin rap, Buster jerk II…), swimbait, lipless (Clackin’Rap, Rattlin Rap…) et top water

252792 157232327676679 100001697381693 325608 6419513 n

 

-          Pêche « gros brochet » : Grosse ondulante, gros slider (Gliddin Rap max, Buster-Jerk max, Zalt…), gros shad avec taille de caudale variable et parfois lipless.

1 (2)

 

Sur les couleurs, il faut sortir un peu des terrains battus ! Il se trouve que les couleurs agressives type perroquet et autres se révèlent être d’une grande efficacité sur les gros brochets. Ne serait-ce que par cette notion d’agressivité qui intervient chez les prédateurs face à une proie à la nage plus ou moins hératique. Toute les colories « brochets », « perches » ou « truites » sont également des valeurs sures sur les grands brochets !

gros-broc 2738

 


  Pour conclure je tiens à préciser que cet article n’a pas pour vocation d’être unique dans son discours, il s’agit d’un retour d’expérience.  Expérience basée sur  plusieurs séjours en Suède qui ont grandement changé nos façons de voir la pêche du brochet en France.

Cette nouvelle vision de la pêche a permis la capture d’une grande quantité de beaux brochets français de 85 à plus du mètre ! Résultats beaucoup moins évidents les années passées !

 

gros-broc 3703 copiegros-broc 4245

 

Nous espérons en réapprendre davantage en 2012 avec un nouveau séjour Suédois. Le domaine est large et il reste encore beaucoup de choses à assimilées !

 

 5gros-broc 2703

Tag(s) : #Comportement, #Conseil

Partager cet article

Repost 0