Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ces derniers jours nous recevions l’ami Jean-Michel Marcon sur nos eaux ligériennes ; des eaux qu’il avait pu côtoyer à nos côtés l’année dernière avec un succès plus que relatif au point que des célèbres expressions avaient vu le jour : « c’est kouffit !!!» et « c’est tapis de sandres, tu verras !».

Autant dire qu’après avoir traîné cette réputation pendant plusieurs mois de « guide foireux » (ou peut-être que c’est Jean-Michel le chat noir ?), il fallait rehausser notre prestation ! En 2012, du poisson on en avait vu mais dans des conditions par forcément idéales avec des tailles moyennes relativement faibles. Là, l’objectif était de rentrer des poissons corrects malgré l’annonce d’un temps froid et d’un vent « nord-est » tout le week-end (fallait bien qu’on est une excuse ^^).

Cela dit, au vu des dernières pêches de sandres réalisées, nous restions confiants sur les résultats. D’ailleurs, dès son arrivée vendredi soir il a eu le droit à un petit débriefing des conditions du moment. Le programme du samedi est très simple : pêche du sandre en verticale et diagonale (moi et Jean-Michel).

Ce premier jour se déroulera sur ce qu’on pourrait appeler un « grand biotope » puisque toutes les profondeurs sont présentes (0 à 18m) avec tous les types de postes possibles (fonds vaseux, plages, cassures rocheuses, arbres noyés…). Un site que nous connaissons très bien mais sur lequel nous n’avons pas beaucoup pêché depuis le début de l’année mais malgré l’handicap, les bons secteurs restent des postes d’écoles (entrées d’anses, arrivées d’eaux…) ce qui devrait rapidement permettre de trouver la pêche !

Sur le papier, les températures sont en chute libre avec un hiver de plus en plus présent. Les niveaux d’eaux sont hauts avec des poissons encore postés sur des profondeurs moyennes (3/6m). Si toutes les tailles de leurres peuvent être prenantes, l’idée est de miser sur des tailles de leurres classiques (3 et 4’’) sur des teintes chartreuses et flashies (orange/jaune). Les poissons digérant de plus en plus lentement ; la stratégie portera sur des techniques lentes en verticale et diagonale pour décider l’opportunisme des poissons les plus inactifs.

Pour cela, nous nous étions encombrés au minimum puisque deux cannes chacun de puissance M/MH (Crucial spinning et GLoomis) suffisaient avec moulinets en taille 2000/2500 (Stradic/Rarenium) garnis en tresse 8 à 12% et terminaison en fluorocarbone 25%. Au niveau des leurres, nous avions apporté essentiellement du shad et du leurre finesse à monter sur des têtes plombées de 5 à 15gr avec  quelques leurres agressifs (jigging rap, etc…).

Il ne restait plus qu’à bien analyser la lecture du sondeur et le positionnement des sandres pour alterner l’ensemble de ces propositions…

La mise en route de notre « stratégie sandre » se fera dès le lever du jour par une prospection sur le plateau de la mise à l’eau. La profondeur y varie entre 2 et 6m et les sandres viennent régulièrement y chasser. La température de l’eau est à 7.5°C, l’activité des poissons blancs en surface est discrète mais bien présente. Les sandres ne sont pas loin !

Dès la première heure nous prenons nos premières touches ; deux sandres de 35 et 60cm + deux perches de 25 et 30/35cm sous des grosses boules de poissons fourrages ! Les teintes de leurre en orange ou vert semblent être supérieures.

12

Pour autant, au vu de la masse de fourrage je reste assez sceptique sur le poste. Les carnassiers sont peu abondants au sondeur avec des touches irrégulières. En conséquence, je décide de changer d’optique pour descendre sur des profondeurs plus importantes avec de la structure (roche).

Un choix qui aurait pu être productif mais qui nous vaudra une longue traversée du désert. 5h à galérer dans le vent, les vagues avec pour unique consolation des touches inferrables en verticale et des leurres coupés en deux ! Hors mis deux perchettes prisent sur un plateau en diagonale et deux sandres de 45 et 35cm en verticale, l’écho restera vierge sur tout le linéaire prospecté.

Ma stratégie du jour est mauvaise, les boules de poissons blancs sont absentes et nous pêchons dans le vide. Nous sommes en hiver, il faut trouver les boules de fourrages et à ce jeu, je ne vois guère d’autres solutions que de remonter à la mise à l’eau sur les concentrations repérées.

Nous palmerons une grosse heure pour retourner au point départ où au gré d’une pointe rocheuse, Jean-Michel enchainera trois sandres (45 et 2x30cm).

A la mise à l’eau, les blancs ont disparu mais quelques échos trahissent la présence de quelques carnassiers en attente. En insistant sur les dérives, un premier sandre d’un peu plus de 60cm se laissera piéger, suivis de 4 autres poissons de 45 à 55cm. Les sandres sont là ; la luminosité baisse et les sandres sont de plus en plus nombreux à remonter chasser sur le plateau.

3

L’apparition des boules de blancs coïncident avec cette montée où plusieurs perches et sandres (30/40cm) se laisseront leurrer sur les dernières dérives.

Si en fin de journée nous totalisons 16 sandres et un peu moins de perches, le résultat aurait pu être bien meilleur. La leçon du jour aura été de tester « trop » de postes alors que les poissons étaient tous sur un même secteur. Cela dit, ne nous plaignons pas d’autres sont capots et au vu de score, nous avons eu la chance de multiplier les touches !

Pour sa 2ème journée, devant m’absenter pour mes devoirs sportifs, David prend le relais en emmenant Jean-Michel sur un second site multi-carnassiers. Les derniers résultats sur ce lac avaient montré des percidés actifs et quand on connaît la taille que certaines perches peuvent atteindre, ça valait le coup de l’y emmener !

Malheureusement, si le site ressemble en caractéristique à celui de la veille, la pêche y sera complètement différente avec des poissons endormis !

Comme la veille, la verticale sera très prenante sur des poissons postés en profondeur (5 à 8m). Ils multiplieront les dérives sur les postes habituels avec un grand nombre de touches. Les poissons eux, auront plus de mal à se piquer aux hameçons. Au dire de Jean-Michel et du frangin, le ratio touche/poisson a été très faible malgré des tapes franches et sèches. Signe de poissons inactifs qui venaient se poser sur les leurres ou taper du bout du nez !

Ils totaliseront une 30aine de perches (rien de très gros), 5 ou 6 sandres chacun (40/50cm) et 3 brochets (35 à 55cm). Le chartreux et l’orange ont encore frappé, les teintes du moment !

4

En soit un week-end avec beaucoup de touches où il manque le « big fish ». Si dès lundi, j’ai repris la route du travail, David et Jean-Michel ont tenté de trouver ces gros poissons durant toute la semaine.

La suite au prochain article...

Tag(s) : #Session

Partager cet article

Repost 0