Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cantal 2272

Cette année encore, nous n’avons pas dérogé à la règle ! Le mois d’Août étant synonyme de départ en vacances, c’est en compagnie de David et Walter que nous sommes partis sur un grand lac Auvergnat : Saint Etienne de Cantalès.

Cantal 2279

De véritables murs avec 18, 20 voir 25m de profondeur au pied!  

Cela faisait quelques années que nous y avions effectué un précédent séjour où les nombreux brochets, sandres, perches et black-bass y avaient répondu présents ! A cette époque nous étions encore des débutants dans la pratique de la pêche des carnassiers aux leurres.

Pour cette nouvelle édition, c’est armé de nos float tube que nous sommes partis à l’assaut des abysses du lac !

Cantal 2346

Le lac de Saint Etienne de Cantalès est un très grand lac de barrage de 560ha ! Les vallées de la Cère et de l’Authre (principaux affluents) sont noyées sous plusieurs dizaines de mètres d’eaux ! Se sont véritablement des gorges qui ont été submergées dans des profondeurs variant de 7 à +70m!

Si les berges sont très encaissées, elles restent très variées ! Falaises abruptes, grandes plages, arrivées de ruisseaux, pontons et autres structures noyées sont autant de postes qui permettent la pratique de toutes les techniques de pêches des carnassiers ! La seule difficulté et non des moindres, réside dans le fait que la profondeur moyenne du lac est très importante. On pêche en général dans des profondeurs variant de 8 à 20m !

Premier aperçu :

Dès notre arrivée sur site, après un bref rangement du matériel, une première approche du lac s’imposait !

A notre grande surprise le lac est très bas pour la saison ! Alors qu’il devait être plein, il affiche une côte de – 8/-9m. Sans compter que les dernières pluies l’ont considérablement fait remontée puisqu’il affichait – 15m quelques jours auparavant !

Alors que les locaux se plaignent des difficultés du moment à capturer quelques poissons, nous commençons à nous préparer à une semaine très difficile !

Une eau claire, très peu de poissons en surface, aucune activité carnassière… de quoi être désorienté sur une telle étendue !

Cantal 2276

Visibilité époustouflante avec des failles apparentes!  

Pêche renfermée :

Selon nos dernières informations, il y’a quelques semaines toute la pêche s’effectuait sur les bordures dans des profondeurs inférieurs à 8m. Leurres souples, lames vibrantes, spinners et autres leurres permettaient alors de capturer perches, sandres et brochets !

Avec la brusque montée des eaux, le brassage et la chute des températures, les poissons étaient complètement déstabilisés. Tout était à remettre à plat pour une recherche complète des postes et des « patterns ».

Cantal 2373Cantal 2375

Nage parmis les carpes

Si au départ nous étions motivés et remontés à bloc, nous sommes rapidement redescendus sur terre avec une pêche très délicate et compliquée ! 

Pour donner un aperçu, sur les deux premiers jours nous nous sommes partagés (à tout casser) une dizaine de poissons à trois (uniquement des perchaudes et sandrillons !). Alors que nous descendions méticuleusement les cassants rocheux en s’efforçant d’insister sur chaque pallier, chaque marche, chaque poste marqué. Alors que nous alternions sur des techniques de pêches dirons-nous « rapide » et d’autres dites à « gratter » sur les grandes plages. Les touches se faisaient rares et très discrètes, la rencontre des pêcheurs locaux ne faisaient que confirmer nos constatations : pêche difficile !

 Cantal 2282Cantal 2286Cantal 2292

Perchaudes et sandrillons !!

Le moral au plus bas, nous pêchions pour pêcher ! Sans réflexion, nous insistions sur les techniques que nous maitrisions et que nous pratiquions dans nos eaux !

Cantal 2361 

Des immenses bancs de blancs en surface!

Où était donc l’esprit de recherche ? L’envie d’apprendre et de trouver la technique payante ? Où était la remise en question sur soi même sur l’analyse du milieu, des touches, des poissons capturés … ?

Alors que nous avions capturés quelques poissons aux jigs (imitations d’écrevisses) et aux cranckbait (poissons postés en suspension sur la colonne d’eau dans des profondeurs données), nous n’avions pas plus fait attention à ces remarques et évidences ! Nous avions comme des œillères devant les yeux tellement nous étions butés et refermés sur ce qu’on savait faire !

Drop shot, verticale, plomb palette et linéaire au souple restaient nos préoccupations et continuaient à engendrer des échecs parfois réveillés par une ou deux perchettes et sandrillons ! 

Le moral au plus bas - alors que nous avions la pêche - nous faisait déjà penser à partir faire du tourisme, pêcher la truite sur les rivières de 1ère catégorie et pourquoi pas pousser plus loin sur d’autres lacs tout proche (Hautefage, Enchanet et Gour Noir).

Le float tube à quoi sert-il sur de telles étendues ? Que faisons-nous là ? Ce type de milieu est-il uniquement abordable en bateau ?

Remise en question :

On l’aura compris, la pêche n’est pas un jeu sur lequel on s’improvise.

Cantal 2391

Il s’agit plus d’un jeu de tirage et de mise (tiercé, PMU…) sur lesquels il faut avoir la bonne combinaison et la bonne connaissance.

Ce n’est pas en arrivant sur ces aprioris et sa propre expérience qu’on s’improvise sur un lac sur lequel on n’a pas l’habitude de pêcher et sur lequel tout est à découvrir ! D’autant plus que les conditions du moment sont compliquées et que nous sommes en  float tube !

Un peu déstabilisé, lundi après-midi, d’un commun accord nous décidons d’arrêter la pêche pour essayer de mieux comprendre le lac et ces différents aspects ! Nous prenons alors la direction d’Aurillac et du magasin de pêche local « Manu Centre ».

Après l’explication de notre venue basée non pas sur une recherche des postes du moment mais sur une envie de comprendre les conditions actuelles et la pêche. Frédéric (sponso mégabass) nous indique les grandes lignes de la pêche sur Cantalès. C’est alors que l’on se rend compte que nous n’avons pas réfléchit et réagit sur nos propres données!

 En effet Frédéric nous explique que :

 - Les poissons se localisent essentiellement sur les tombants rocheux (zones sur lesquels nous avons eu le plus de touches)

- Ils sont suspendus sur la colonne d’eau et sont donc plus facile à solliciter sur des cranck-baits (la technique la plus payante depuis le début du séjour en comparaison au faible temps d’utilisation).

- Avant la montée des eaux, les écrevisses muaient sur les rochers. De manière opportuniste, les carnassiers privilégiaient cette manne de nourritures ! (Pas mal de touches et de poissons capturés sur des jigs !

Autant dire que nous avions la pêche ! Manque de confiance ? Fixation sur nos pêches ? Nous n’avons pas su lire le pattern qui - avec un minimum d’analyse - était clairement dessiné !  

Cantal 2422

La pêche :

Cantal 2269

Fort de ces constations, nous avons recommencé à analyser nos pêches, nos captures et ainsi tenter de localiser les meilleures zones sur le lac. Ce n’est véritablement qu’à partir de ce moment là que nous avons réellement commencé à pêcher !

Quand on remet à plat nos données et constatations, les poissons se tenaient grosso modo en suspension entre 5 et 8m de profondeur.

Cantal 2364Cantal 2416Cantal 2412 

Les plus grandes concentrations étaient localisées sur les cassants rocheux se prolongeant nettement sous la surface, à contrario des pans de murs avec 18, 20 voir 25m de profondeur au pied ! Configuration dans laquelle les écrevisses trouvaient refuges. Une pêche lente à gratter sur des imitations réalistes était alors productive.

Cantal 2281Cantal 2294Cantal 2311

Type de postes payants 

Les carnassiers, notamment les bancs de perches étaient très mobiles, les échos étaient très ponctuels. Des pêches rapides aux cranck-baits permettaient de suivre et de pêcher rapidement les concentrations ! Néanmoins, au vu des profondeurs auxquels les poissons étaient fixés, il était nécessaire de descendre au minimum à 4 voir 5m de profondeur avec nos cranck-baits pour attirer leurs attentions!

Cantal 2304Cantal 2306

Nette supériorité du Dive To (sans billes)

L’ajout d’un teaser était également un des éléments déclencheurs des attaques ! 

DSCF2009

Les arrivées d'eaux, toujours un appel d'eau interressant !

Bilan :  

IMGP1010

Si tous les jours nous avons fait pêche, nous n’avons pas réalisé de réels cartons. Nous restons tout de même très satisfaits de nos résultats au vu des prises réalisées dans le même laps de temps sur le lac!

En peaufinant de jour en jour nos approches et nos montages, les prises se sont multipliées et ont également permis de capturer quelques jolis poissons (perches notamment).

Cantal 2379Cantal 2384Cantal 2380

De simple jig animé dans les failles rocheuses, nous sommes progressivement passés sur des montages texans et drop shot. La taille des imitations d’écrevisses ont également diminué en taille pour un maximum de réalisme. D’une animation assez sèche, nous avons au fur et à mesure basculé sur des animations les plus minimalistes possibles…

Cantal 2348IMGP1027 

Au fil des jours le « pattern » était trouvé !

Les poissons :

Les percidés très présents sur le lac ont été les poissons les plus sollicités lors de ce séjour.

IMGP1013

Si les sandres sont restés de tailles modestes (maximum à 50cm), nous avons été bluffés de la quantité et de la taille des perches ! Il n’était pas rare de faire monter au float tube plusieurs centaines d’individus dont la taille était comprise entre 25 et 40cm ! D’ailleurs nous n’avons pas compté le nombre de grosses et très grosses perches de 40 à 50cm qui sont venus jusqu’en surface nous narguer !

 Cantal 2335

L’activité carnassière restait néanmoins bénigne, dans la majorité des cas les poissons suiveurs n’attaquaient pas ! Ce n’est qu’avec stupeur et émerveillement qu’on voyait replonger les camions de grosses perches vers les profondeurs.

Cantal 2331Cantal 2415Cantal 2333Cantal 2423

Walter et les grosses perches 

Pour les sandres, la pêche a été très difficile au point que mise à part quelques poissons épars, nous ne les avons quasiment pas recherché! Selon les locaux, les sandres se tenaient soit suspendus en plein milieu du lac, soit calés dans les 17/18m de profondeur !!

Autant dire que nous avons vite compris qu’il fallait mieux miser sur les autres espèces de carnassiers.  A ce sujet, bien que les sandres et perches ont fait la réputation du lac, brochets, black-bass et silures ne sont pas en reste.

Les brochets – bien que bénéficiant d’une mauvaise reproduction - sont bien représentés sur les falaises rocheuses. Nous ne réussirons qu’à extirper deux poissons d’une quarantaine de centimètres. En revanche, nous avons eu le droit à la visite de quelques plus jolis poissons dont un gros décroché puis coupé !

Alors que les silures et les black-bass sont encore en pleine expansion, nous avons également eu le droit, Walter et moi, de toucher deux gros silures. Malheureusement sans même que nous puissions les apercevoir, ces deux poissons sont partis se réfugier dans des profondeurs confortable de +15m. Ils nous étaient alors impossibles de les remonter sur notre matériel léger !

 

En ce qui concerne les black-bass, nous avons pu - tout au long du séjour - les côtoyer. Des poissons énormes approchant ou dépassant la barre des 60cm !!! Un spectacle impressionnant que de voir ces mastodonts passés entre nos float tubes.

Alors que quelques petits sujets d’un été se sont laissés séduire au hasard de nos approches, les gros sujets étaient ultra éduqués ! Deux se laisseront séduire, le premier se décrochera et le second accusera à la mesure 62cm (photo en attente de réception) !!!!

Conclusion :

Même si la pêche fut très délicate, complexe et que nous restons un peu sur notre fin ! Ce séjour fut très enrichissant et instructif !

Si au final nous nous en sommes très bien sortis, nous avons pris une bonne leçon de pêche et d’humilité.

Quand la pêche est difficile, il n’y a pas de secret ni de montage passe partout !

Si les techniques dirons-nous usuelles donnent très peu de résultats, ce n’est qu’en cherchant et analysant chaque détails que l’ont peut tenter d’améliorer - ne serait-ce qu’un tout petit peu - le rendement !

Sans réaliser de vrais miracles, ces quelques détails qui peuvent permettre de prendre quelques poissons supplémentaires ne sont pas à négliger. Le fait de rester borné et buté sur les choses usuelles ne peut que conduire à l’erreur et ainsi fermer les portes sur des petits détails qui peuvent faire la différence.

Cantal 2319Cantal 2368

Quelques sympathiques rencontres

Même si au final nous touchons à peine 100poissons dans la semaine, les conditions restaient difficiles et nous nous en sommes pas trop mal tirés.

Au dire des locaux, lorsque les poissons sont actifs et enclin à taper dans les leurres, il est tout a fait possible de monter 20sandres au bateau en quelques heures ou de capturer 10 perches de +40cm à l'heure....

De quoi laisser pantois quand on voit les résultats de la semaine!

Il est certains que nous y retournerons, ne serait-ce que pour véritablement casser les dents des sandres et autres grosses perches !

Partager cet article

Repost 0